Mira Mai : « L’impact de la musique sud-africaine sur le monde est grand » – Reportages

Selon vous, quel est l’impact d’Amapiano sur le son britannique ?

L’impact de la musique sud-africaine au Royaume-Uni et dans le monde est énorme. C’est plein de punch, c’est rafraîchissant et c’est beau. La musique elle-même est belle à entendre : la langue, le chant, les cris, les cris, les sifflets – c’est tellement unique et incroyable à regarder. C’est formidable de voir l’Afrique du Sud présenter ce nouveau genre en force.

Que pensez-vous du chemin ?

Les idées étaient géniales. Nous y travaillons toujours, mais ce sera terminé d’ici à aujourd’hui. On verra ce que je pense ensuite.

Quelle a été votre principale inspiration pour « Miracle Tales » ?

Musicalement, j’ai essayé de revenir au vieux Skool R&B, et Razmoket Thème musical, ce genre de chose. J’ai essayé de voir comment traduire le sentiment de ces chansons dans ma propre musique, plutôt que d’échantillonner directement. J’ai essayé d’être plus honnête et véridique dans les choses que j’ai vécues; C’est brut et honnête. Je voulais que les gens sachent que nous pouvons rapper, chanter et parler de choses profondes, mais aussi que ça n’a pas besoin d’être profond, mais c’est ce que je voulais que mon premier album soit.

Vous intégrez tant de sonorités mondiales, qu’appréciez-vous dans une musique qui transcende les frontières culturelles ?

Donc, comme la voix dominante de l’Afrique du Sud dans la musique en ce moment, cela fait que les gens se sentent différents et inspirés. Je me sens inspiré par de nombreuses voix, j’aime le raï d’Algérie et d’Afrique du Nord, et j’aime rester proche de mes racines. J’aime beaucoup le hip-hop, le R&B et le blues old school – j’aime prendre les meilleurs morceaux de tout ce que j’aime, les avaler et rendre ce que j’interprète. Loin du son, je garde la musique très spirituelle car mon parcours musical est très spirituel pour moi. Si j’écris un verset, ou si je participe à quoi que ce soit, j’y pense dans sa forme la plus pure. La musique de différentes parties du monde, ce n’est pas nécessairement de la pop occidentale – cela peut être du rai, de l’amabiano ou des chœurs traditionnels japonais – c’est émouvant et j’en fais ma propre musique.

READ  Pourquoi les gens veulent-ils que Jeff Bezos achète et mange la Joconde ?

Lisez ceci ensuite: Scorpio Kings: « Ambiano n’a même pas atteint son plein potentiel »

As-tu déjà associé certains sons à certains sentiments ?

sûrement! Parfois, c’est amusant de mélanger les choses, parfois c’est amusant de parler de choses tristes sur un rythme rapide ou parfois c’est amusant d’être heureux sur un rythme lent. Et même les genres musicaux, le rock m’a toujours fait ressentir un certain genre de chemin. Je dirais que selon ce que je ressens, c’est tout pour moi. Je vais utiliser la musique pour faire comprendre au public ce que je ressens.

Alors, quand tu montes un morceau, un EP, un album, etc, est-ce que tu prends le processus comme il vient ou est-ce systématiquement planifié ?

Je viens de l’embrasser. Je ne pense pas qu’il soit préférable de trop penser à la musique, vous n’êtes pas censé penser à « comment pouvons-nous le faire fonctionner », ou « comment pouvons-nous faire en sorte que les gens écoutent ». La musique, bien qu’il y ait tout un travail derrière elle, dans sa forme la plus pure vient avec ce qu’on ressent, avec le temps et ce qui se passe dans le monde. C’est pourquoi je le prends tel quel. La planification préalable ne fonctionne pas toujours, ce n’est pas original.

Quel est votre projet préféré ?

album. Ainsi que ce que j’avais prévu après l’album. Je ne peux pas partager grand-chose sur ce sujet, mais il y en aura d’autres.

Précommandez l’EP Mix It Up Amabiano de Nando par ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.