Mon ordinateur portable volé est passé d’un bar londonien à Alger en 48 heures – et j’ai tout suivi en temps réel

Mercredi dernier, alors qu’un collègue laissait des boissons dans un pub du centre de Londres, mon MacBook a été volé dans mon sac. Grâce à la fonction intéressante mais inutile « Find My… » d’Apple, qui suit leurs produits, j’ai pu suivre mon ordinateur portable dans ses aventures ultérieures. Il ne fournit pas d’emplacement en direct, mais fournit des mises à jour lorsque, via Bluetooth, il se connecte à d’autres appareils Apple (il ne veut pas être connecté au Wi-Fi, car les différentes fonctions de numérisation et de blocage peuvent alors être lancées).

Au cours des cinq derniers jours, j’ai regardé les progrès de mon MacBook, fantasmé sur les personnes impliquées et pensé à des pensées sombres similaires au film d’horreur de vengeance sud-coréen, Old Boy.

La première fois que je suis arrivé, « Ed’s MacBook » était à Whitehall, à l’extérieur du Trafalgar Theatre. À ce stade, je rêve encore que je l’ai laissé quelque part ou l’ai laissé tomber, et lentement un chauffeur de taxi amical ou un autre bon samaritain me l’a ramené.

Les fonctions Apple vous permettent également d’effacer à distance l’appareil, ce que vous avez fait ou tenté de faire, et d’envoyer des messages à quiconque déverrouille l’appareil. Quiconque aurait déverrouillé un MacBook aurait reçu le message : « Cela a été volé, s’il vous plaît, ED CUMMING AU TELEGRAPH. »

Ce rêve est mort pendant le week-end. Le MacBook d’Ed a déménagé de Whitehall à une adresse à Archway. Je pense toujours que cela pourrait être la maison d’un chauffeur de taxi mignon, qui passe du temps de sa vie économique stressante à Google « Ed Cumming + Telegraph » et scanne des dizaines d’articles de style de vie jéjou dans l’espoir de trouver une adresse. Vendredi après-midi à l’aéroport de Stansted, quelque part au fond du terminal. Les présages n’étaient pas bons. Le samedi soir, elle était à Alger. Lundi matin, elle s’était déplacée de quelques kilomètres sur la route, apparemment dans une tour sur « Avenue Freire, Bouadou, Père, Algérie ». J’ai trouvé fatiguant d’aller à Petersfield pour le week-end.

READ  Questions-réponses du Monitor Economy : Malcolm Jones, PDG de l'aéroport de Christchurch

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.