Nigeria : les délégués demandent la pose d’un gazoduc transsaharien

La Chambre des représentants a exhorté la Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC) Limited à fournir des informations concernant la mise en œuvre, l’utilisation des fonds et l’état de la construction du gazoduc transsaharien.

La Chambre des représentants a également demandé à la NNPC de revoir le plan directeur national du gaz lié au projet pour l’adapter aux variables de l’économie mondiale actuelle.

Cela fait suite à l’adoption d’une proposition sur l’urgence d’aborder le projet de gazoduc transsaharien lors d’une session plénière mercredi par Hoon. Ahmed Munir est un membre représentatif de la circonscription fédérale de Leer, dans l’État de Kaduna.

En évoquant la proposition, M. Mounir a noté que le 14 janvier 2002, la Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC) Limited et la Société nationale algérienne du pétrole et du gaz (Sonatrach) avaient signé un protocole d’accord pour un contrat de gaz naturel de 12 milliards de dollars sur 4 128 kilomètres. projet d’oléoduc. Avec une capacité annuelle projetée de 30 milliards de mètres cubes, l’approvisionnement en gaz s’étendra à l’Europe.

Il a également noté qu’en juin 2005, NNPC et Sonatrach ont signé un contrat avec Penspen Limited pour étudier la faisabilité du projet, qui a été achevé en septembre 2006.

Selon lui, le gazoduc a été jugé techniquement faisable, économique et fiable, ce qui a conduit à un accord intergouvernemental sur le gazoduc signé par les ministres de l’énergie du Nigeria, du Niger et de l’Algérie le 3 juillet 2009 à Abuja.

Le législateur de la All Progressives Conference (APC) s’est dit préoccupé par le fait qu’en 2013, le gouvernement fédéral avait approuvé un budget de 400 millions de dollars pour lancer le projet initialement prévu pour commencer à fonctionner d’ici 2020, mais sans progrès proportionnés jusqu’à présent.

READ  Les sénateurs et les assistants de Biden luttent pour sauver l'accord bipartite sur les infrastructures

« Un nouveau Plan directeur du gaz (GMP) doit être rédigé compte tenu des réalités géopolitiques actuelles. »

« La réussite de ce projet vital créera des opportunités d’emploi, stimulera la croissance économique et renforcera la sécurité énergétique et régionale », a-t-il déclaré.

Après l’adoption de la motion par un vote à la majorité, la Chambre a donc délégué sa commission des ressources gazières pour assurer la conformité et faire rapport dans les quatre semaines à d’autres mesures législatives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.