Oshodi dit que mon élection en tant que vice-président de l’ITTF est une approbation des étapes du Nigeria dans le tennis de table

Waheed Anitan Oshodi est récemment entré dans l’histoire en tant que deuxième Nigérian à être élu vice-président de la Fédération internationale de tennis de table (ITTF). Dans cette interview avec TheCable Rémy Solola, Oshodi parle de son succès électoral, de ce que gagner signifie pour lui, de ce qu’il espère réaliser à son nouveau poste et de ses plans pour améliorer la qualité du jeu en Afrique.


Lorsque vous avez décidé pour la première fois de vous présenter à la vice-présidence de l’ITTF, quelles étaient vos chances ?

Le plan à exécuter est venu des revendications de beaucoup de personnes dans d’autres syndicats avec qui j’avais interagi et travaillé à l’ITTF au cours des dernières années. L’accueil et l’organisation de plusieurs événements au Nigeria ont montré que nous avons les compétences nécessaires pour développer notre sport. Beaucoup de CAF pensaient que je pouvais aider au plus haut niveau, alors nous avons poursuivi nos plans.

Comment se sent votre victoire ?

Un peu écrasant pour être honnête. Nous avons fait notre devoir et il y a eu une grande unité au sein de notre continent et cela a encouragé nos amis du monde entier à soutenir les deux candidats africains. Nous espérions gagner, mais nous étions vraiment ravis de sonder ce genre de chiffres. C’était vraiment une approbation du travail que nous avons fait dans le sport au cours des dernières années.

Quelle amélioration du tennis de table africain comptez-vous mener avec votre nouveau poste ?

Deux plans majeurs sont le développement de la jeunesse et la création d’événements de première classe à travers le continent. L’Afrique a beaucoup de grands jeunes joueurs et nous devons les aider à développer leurs compétences et à devenir les meilleurs joueurs. Nous faisons cela depuis un certain temps mais cette situation aidera grandement à fournir des ressources pour aider ces jeunes garçons et filles dans leur développement. Nous devons continuer à produire des événements importants qui attirent les meilleurs joueurs à venir en Afrique.

READ  Google ouvre la voie au progrès de l'initiative d'accélération des entreprises africaines | Porte de la Paix

Il y a eu une pénurie de jeunes joueuses nigérianes ces dernières années. Quelle en est la cause et comment y remédier ?

Le NTTF a beaucoup de travail à faire à cet égard. De nombreux problèmes empêchent les filles de jouer. Nous sommes à la traîne de l’Égypte, de l’Algérie et de certains autres pays. La NTTF travaille dur pour accélérer le développement de certaines des jeunes filles que nous avons repérées lors de nos tournois plus tôt cette année. Il n’y a pas moyen de contourner cela. Nous devons commencer à créer plus d’opportunités pour ces jeunes de jouer dès leur plus jeune âge. Cela aidera les entraîneurs à créer des programmes pour leur développement. Le NTTF est sur la bonne voie, mais davantage de financements doivent être trouvés pour faire ce travail.

Les joueurs de tennis de table nigérians se plaignent souvent qu’il n’y a pas assez de compétitions pour les maintenir au niveau requis pour rivaliser avec leurs pairs du monde entier. Qu’est-ce qui est fait pour changer cela?

Ce sont les enjeux du financement du jeu localement. Tous les événements ne sont pas financés par les gouvernements fédéral et des États, nous devons donc travailler très dur pour rechercher un financement alternatif pour les compétitions. C’est la seule façon de développer nos propres événements. Le financement est difficile en raison de la situation économique mais l’association doit chercher plus de partenaires qui peuvent aider à sponsoriser nos événements et former les joueurs. Je pense que nous commencerons à en voir plus à mesure que l’économie commencera à s’améliorer.

READ  Explorez l'histoire de l'Holocauste en Afrique du Nord

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *