Où sont les réacteurs nucléaires français et que prévoit-on ?

Le président Macron veut tripler la production d’énergie nucléaire d’ici 2050

La France compte 19 sites nucléaires, dont Cruz en Ardèche (photo).

La France est le troisième producteur mondial d'énergie nucléaire et espère tripler sa production d'ici 2050. Nous regardons où se trouvent les sites nucléaires du pays et les projets du président Macron.

L'énergie nucléaire représente jusqu'à 70 % de la production d'électricité en France avec 282 térawattheures (TWh), derrière la Chine (395 TWh) et les États-Unis (772 TWh) et loin devant le Royaume-Uni (42 TWh).

Cependant, bon nombre de ses plantes approchent de la fin de leur cycle de vie. La plupart des 56 réacteurs français datent des années 1980, et seuls deux ont été construits depuis 2000.

Pour répondre aux exigences des accords de Paris sur le climat de 2015, le président Macron a annoncé son intention de réinvestir dans les centrales nucléaires françaises vieillissantes lors de la COP28 sur le climat à Dubaï l'année dernière.

« L'énergie nucléaire est de retour », a déclaré M. Macron (en anglais), ajoutant qu'il était temps de reconnaître « le rôle essentiel que l'énergie nucléaire peut jouer dans les efforts visant à atteindre zéro émission de dioxyde de carbone à l'échelle mondiale ».

Nous triplerons notre capacité de production d’énergie nucléaire entre 2020 et 2050, a-t-il déclaré.

Où sont les sites nucléaires français ?

Les 56 réacteurs français sont répartis sur 19 sites. Un autre réacteur devrait entrer en service cet été à Flamanville, portant le nombre total de réacteurs à 57.

READ  Scènes folles du grand jour de la France aux Championnats du monde des Gets

Il est également prévu d'installer six nouveaux réacteurs dans trois centrales existantes.

  • Deux à Benly (Seine-Maritime) d'ici 2035

  • Deux à Gravelines (Nord) pour 2038

  • Deux au Bugey (Ain) en 2042

La construction du premier de ces nouveaux réacteurs à Penley devrait démarrer à l’été 2024 et, comme les autres, utilisera la nouvelle conception puissante de l’EPR-2. Le coût total estimé des six réacteurs est d'environ 67,4 milliards d'euros.

Mais six nouveaux sites ne tripleront en aucun cas la production française, d'autant que les usines les plus anciennes seront fermées pour réparations et maintenance.

En effet, en décembre 2021, des fissures ont été découvertes dans les systèmes de refroidissement d'urgence de quatre des nouveaux réacteurs français, arrêtés depuis plus d'un an.

Quoi qu’il en soit, M. Macron a annoncé en février 2022 que les centrales françaises les plus anciennes seraient soit incapables de produire de l’électricité, soit ne seraient plus sûres dans un avenir prévisible – au-delà de leur 60e année.

Lire la suite : Des réacteurs nucléaires autorisés pour plus de 40 ans, une première en France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *