Plus de 6 000 analyses révèlent à quoi ressemble le TDAH dans le cerveau

Grâce à une nouvelle technique analytique, les scientifiques ont pu étudier les images cérébrales de plus de 6 000 enfants pour identifier les schémas de communication courants chez les personnes atteintes du trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH).

La plupart de nos comportements sont contrôlés par une communication coordonnée entre les neurones de différentes zones du cerveau. Les neuroscientifiques peuvent apprendre comment les régions du cerveau coordonnent des fonctions complexes en surveillant l’activité neuronale dans un examen d’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (rs-fMRI) au repos.

« État de repos » signifie exactement ce à quoi cela ressemble : ces analyses sont effectuées pendant que la personne est au repos et on ne lui demande pas d'effectuer une tâche cognitive particulière ni de penser à des pensées particulières. En supposant que vous ne souffrez pas de claustrophobie et que cela ne vous dérange pas de rester complètement immobile, cela peut être une expérience plutôt agréable.

Les données des analyses rs-fMRI sont inestimables pour les scientifiques qui étudient une gamme complète de troubles et d’affections neurologiques. En comparant les analyses d'individus atteints de maladies telles que le TDAH, par exemple, avec celles de personnes neurologiquement normales, nous espérons pouvoir identifier des modèles pouvant expliquer certaines caractéristiques de ces conditions.

Cependant, ce type de recherche sur le TDAH a jusqu’à présent été entravé par la petite taille des échantillons et les méthodes incohérentes, de sorte qu’il a été difficile de tirer des conclusions définitives. Une étude récente dirigée par Michael Mooney de l’Oregon Health & Science University a cherché à changer tout cela.

READ  La découverte de l'intrication quantique est une avancée révolutionnaire • Earth.com

À l’aide de plusieurs ensembles de données à grande échelle, l’équipe a développé une nouvelle façon d’analyser les données d’imagerie qui couvrent des régions du cerveau plus larges que jamais. Ils ont appelé cela le score Polinoro (PNRS).

« Nos résultats démontrent une forte association entre les modèles de connectivité à l'échelle du cerveau (PNRS) et 554 symptômes du TDAH dans deux groupes indépendants », expliquent-ils dans leur article.

Les auteurs poursuivent en expliquant comment leur approche peut être utilisée pour extraire de meilleures informations, même à partir de petits ensembles de données, et peut également être utilisée pour identifier des mécanismes qui peuvent être partagés dans différentes conditions neuropsychiatriques – par exemple, est-ce que cela pourrait être le cas ? Le PNRS typique du TDAH prédit-il les symptômes dépressifs ? Cela peut aider à identifier les patients à risque de comorbidités.

Le diagnostic du TDAH est en augmentation et nous en apprenons chaque jour davantage sur cette maladie, mais il existe encore de grandes lacunes dans nos connaissances sur sa neurobiologie fondamentale. La collecte d’un grand nombre de données d’imagerie n’est qu’une pièce du puzzle : vous avez également besoin de moyens d’utiliser ces données pour répondre à vos questions. Les auteurs de cette étude espèrent que leurs méthodes rendront cet objectif plus réalisable pour le TDAH et de nombreuses autres pathologies.

L'étude est publiée dans Journal des neurosciences.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *