« Plus de vote » : réactions après la victoire de l’extrême droite aux élections anticipées en France | Nouvelles sur les élections

Marine Le Pen et son parti d’extrême droite, le Rassemblement national, ont remporté une victoire écrasante lors des élections anticipées en France, suscitant des réactions de la part des partis rivaux nationaux et des hommes politiques étrangers.

Le Parti du Rassemblement national a remporté environ 34 % des voix au premier tour des élections législatives, ce qui constitue une victoire majeure, mais qui ne lui donnera pas la majorité absolue au Parlement.

Le Pen, dont la coalition de gauche Nouveau Front populaire est en retard d’environ 29 pour cent et la coalition centriste du président Emmanuel Macron d’environ 20,5 pour cent, a appelé les citoyens français à voter pour son parti lors du second tour.

Malgré sa défaite, Macron s’est félicité du taux de participation élevé, qui a atteint 65,8 pour cent, et a réitéré son appel à tenir tête à l’extrême droite au second tour.

Le Président a affirmé dans un communiqué officiel que « devant l’Assemblée nationale, l’heure est venue d’une grande union républicaine démocratique et claire pour le second tour ».

Jean-Luc Mélenchon, le leader de centre-gauche, a déclaré que le président avait subi une « défaite sévère et incontestable » et qu’il était responsable de la décision choc de dissoudre le Parlement, mais qu’arrêter l’extrême droite était la priorité.

Il a souligné qu' »il n’y aura pas une voix de plus pour le Parti républicain, et il n’y aura pas non plus un siège de plus pour le Parti républicain ».

« Chaos et échec »

La percée réalisée par le Front national a été chaleureusement accueillie par l’extrême droite dans la politique européenne.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a exprimé son « optimisme » après le résultat du premier tour.

READ  Un médecin israélien décrit la guérison mentale et physique des otages libérés

Les commentaires d’Orban interviennent alors que la Hongrie assume la présidence tournante de l’Union européenne, dans un contexte d’inquiétudes généralisées concernant ce que les critiques considèrent comme un gouvernement autoritaire et favorable à la Russie dans le pays.

« Les choses ne peuvent pas continuer ainsi à Bruxelles. Les choses doivent changer. C’est pourquoi le Premier ministre belge est tombé, et c’est pourquoi le gouvernement français est tombé », a déclaré Orban dans une interview accordée lundi soir à la chaîne de télévision hongroise M1.

« La première source de notre optimisme est que les gens veulent du changement », a-t-il déclaré. « Mais les bureaucrates à Bruxelles pensent autrement. Ils ne veulent pas de changement. Mais cela augmente notre optimisme car cela montre plus clairement que le changement est nécessaire. »

La Première ministre italienne Giorgia Meloni, d’extrême droite, a affirmé que les tentatives visant à « diaboliser » les électeurs d’extrême droite avaient échoué.

« La tentative constante de diaboliser et d’emprisonner les gens qui ne votent pas à gauche… est une astuce dans laquelle tombent de moins en moins de gens », a déclaré Meloni à l’agence de presse Adnkronos.

Au Royaume-Uni, le leader de l’opposition et travailliste Keir Starmer a déclaré que l’avancée du parti travailliste en France était la preuve que la gauche doit prouver que « seuls les progressistes ont les réponses » aux problèmes au Royaume-Uni et dans toute l’Europe. Les élections générales britanniques devraient avoir lieu jeudi.

« Nous devons prendre cette décision progressiste. Mais en prenant cette décision, nous devons comprendre pourquoi, après 14 ans de chaos et d’échecs au Royaume-Uni, les gens sont insatisfaits de la politique, remettre la politique au service et continuer à avancer l’argument selon lequel la politique est une force pour le bien.

READ  Goldman réduit le PIB de la Chine pour 2022 au milieu des blocages, Omicron
(Al Jazeera)

Le ministre israélien de la Diaspora, Amichai Shikli, s’est dit « admiré » par les positions adoptées par Le Pen, ajoutant que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu était apparemment également « du même avis ».

Shikli a déclaré lundi à la radio publique Kan qu’il serait « excellent pour Israël » si Le Pen devenait présidente en France – les prochaines élections pour le poste le plus élevé auront lieu en 2027 – compte tenu de sa position « ferme » contre le Hamas, la Cour pénale internationale et la lutte contre le Hamas. -Sémitisme. La plupart des dirigeants juifs en France même sont contre Le Pen et le Front National.

Parallèlement, le Premier ministre polonais Donald Tusk a lancé un avertissement contre l’extrême droite.

« Ils aiment Poutine, l’argent et le pouvoir sans contrôle », a-t-il écrit dans un message en ligne. « Ils sont déjà au pouvoir ou cherchent à l’acquérir en Europe de l’Est ou de l’Ouest. »

« Ils rejoignent les rangs du Parlement européen. En Pologne, nous avons réussi à inverser cette tendance meurtrière à la dernière minute. Ne perdons pas cette opportunité », a-t-il ajouté.

Le chancelier allemand Olaf Scholz et son gouvernement ont semblé respecter l’interdiction informelle de commenter les élections étrangères.

Mais Michael Roth, membre du Parti social-démocrate de Schulz, a reproché au parti de ne pas mieux soutenir Macron.

Il a ajouté : « Nous ne prêtons pas suffisamment attention aux discussions politiques et aux problèmes des autres pays », notant que l’alternative à Macron « n’est plus dans la réalité ». [former French President Nicolas] « Je ne suis pas un partisan de Sarkozy, mais plutôt un fan des nationalistes d’extrême droite comme Marine Le Pen. »

READ  La recherche montre que les singes, comme les humains, tendent la main pour dire bonjour et au revoir

Le leader socialiste espagnol, le Premier ministre Pedro Sanchez, a également vu la victoire de l’extrême droite en France comme un avertissement.

« La progression de l’extrême droite en France n’est pas distincte de ce qui se passe dans d’autres parties du monde – notamment en Espagne – où l’on voit comment l’extrême droite progresse directement ou indirectement au niveau institutionnel et dans les sondages d’opinion », a-t-il déclaré. dans une interview avec la chaîne de radio Cadena Ser.

Dans le même temps, les marchés français et européens ont accueilli positivement les résultats des élections de lundi.

Les actions françaises et l’euro ont augmenté, l’indice CAC 40, qui représente 40 des plus grandes sociétés cotées à Paris, en hausse de 2,7 pour cent à l’ouverture avant de se calmer légèrement.

L’euro, qui a pâti de l’annonce surprise de Macron dans le contexte des élections européennes début juin, a atteint ses plus hauts niveaux face au dollar américain depuis plus de deux semaines.

Les actions européennes ont également augmenté, l’indice paneuropéen Stoxx 600 se remettant des pertes subies la semaine dernière, en partie grâce au soutien de l’indice CAC 40.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *