Plusieurs membres de l’équipe de France ont fait l’objet d’insultes racistes haineuses sur les réseaux sociaux

Paris: Plusieurs membres de l’équipe de France qui a perdu contre l’Argentine lors de la finale de la Coupe du monde de football 2022 ont fait l’objet d’insultes racistes haineuses sur les réseaux sociaux, a annoncé mardi la Fédération française de football (FFF), qui a l’intention de porter plainte.

L’abus, visant Kingsley Coman et Aurelian Dichoumeni, qui ont raté les tirs au but lors des tirs au but, a été repris par trois joueurs anglais après la défaite finale de l’Euro 2020 contre l’Italie l’an dernier.

Les chefs du football français ont publié une déclaration critiquant les agresseurs sur les réseaux sociaux après une finale palpitante au cours de laquelle la France a mené 2-0 et 3-2 pour se lancer dans une séance de tirs au but.

L’équipe a été bien accueillie par la majorité du public français lors du tournoi et 50 000 personnes l’ont accueillie place de la Concorde lundi après son retour du Qatar.

« A l’issue de la finale de la Coupe du monde, plusieurs joueurs de l’équipe de France ont fait l’objet de propos racistes et haineux inacceptables sur les réseaux sociaux », a tweeté la FFF sur le compte Twitter de l’équipe de France de football. « La FFF les condamne et va porter plainte contre ceux qui ont écrit ces propos. »

Koeman – dont l’introduction en seconde période par l’entraîneur Didier Deschamps a déclenché un renouveau français – a déjà devancé son club, champion d’Allemagne, le Bayern Munich, à sa défense.

« Le FC Bayern condamne fermement les commentaires racistes contre Kingsley Coman », ont-ils tweeté lundi. « La famille du FC Bayern est derrière vous, King. Le racisme n’a pas sa place dans le sport ou dans notre société.

READ  Le tweet de Zinedine Zidane de Kylian Mbappe a expliqué: Pourquoi la star française est en colère contre le président de la FFF Noel Le Crate

Le Parti socialiste d’opposition a exhorté la FFF à porter plainte et les politiciens ont condamné les abus. La ministre de l’Égalité et de la Diversité, Isabel Rome, a qualifié les abus d' »inacceptables ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.