Présence policière intense à Alger

Une forte présence policière dans le centre d’Alger s’est étouffée vendredi, entravant la reprise du mouvement de protestation hebdomadaire, que les autorités ne pouvaient plus tolérer.

Un journaliste de Reuters a vu une vingtaine de véhicules des forces de sécurité dans le centre-ville et six policiers assis dans un dans un café où des gens buvaient du café. À proximité, la police s’est tenue à côté de barrages routiers bloquant les rues secondaires.

Un manifestant régulier qui n’a donné que son prénom Amrouche, craignant des représailles après une vague d’arrestations, avait initialement prévu de manifester comme d’habitude. Il a déclaré plus tard vendredi qu’il n’avait pas pu le faire.

«C’était tout simplement impossible», ont déclaré de nombreux policiers là-bas.

Vendredi après-midi, Reuters a vu plusieurs parties de la capitale où des manifestations se déroulaient normalement, mais toutes étaient calmes avec une importante présence policière.

Après avoir amené des centaines de milliers de personnes dans les rues en 2019 pour renverser le président vétéran, le mouvement de protestation Hirak a continué avec des marches hebdomadaires visant à empêcher l’armée d’interférer dans la politique.

Le ministère de l’Intérieur a déclaré ce mois-ci que les nouvelles manifestations nécessiteraient une autorisation formelle pour désigner les organisateurs, avec les heures de début et de fin incluses.

Il semblait cibler le mouvement non organisé et sans chef, qui a cessé de manifester en mars 2020 lorsque la pandémie mondiale a frappé, mais est revenu en février avec des milliers de manifestants tous les vendredis depuis lors.

Deux des manifestants qui sont revenus en février, Ahmad Abdish et Muhammad Baji, ont décidé avant vendredi de ne pas marcher, anticipant une répression, bien que tous deux aient déclaré que cela ne mettrait pas fin à leur quête de changement.

READ  Le Maroc se classe mieux que l'Algérie et la Tunisie, selon l'institut allemand GIISA

L’économie est en grande difficulté

Le mouvement se poursuivra, que ce soit avec des marches ou d’autres moyens. Abdish a dit: “Nous nous en tiendrons à des moyens pacifiques”.

«Utiliser la force pour arrêter nos marches ne changera rien car nous sommes déterminés à atteindre nos objectifs et nous ne reculerons pas», a déclaré Bagi.

Les manifestations du Hirak ont ​​représenté un tremblement de terre politique en Algérie et ont été le test le plus difficile depuis des décennies pour l’élite dirigeante au pouvoir depuis l’indépendance de la France en 1962.

Le président Abdelaziz Bouteflika a été contraint de démissionner après deux décennies, et plusieurs hauts fonctionnaires ont été emprisonnés pour corruption.

Les manifestants ont déclaré que les changements sont en grande partie cosmétiques et visent une purge complète de l’élite dirigeante et le retrait de l’armée de la politique.

Le mouvement a boycotté l’élection du successeur de Bouteflika, Abdelmadjid Tebboune, en décembre 2019, et un référendum sur la modification de la constitution a été voté en novembre 2020 avec un faible taux de participation de 25%.

L’économie étant en grande difficulté grâce à la baisse des revenus énergétiques, à la pandémie mondiale et après avoir atteint certains des objectifs du mouvement, de nombreux partisans de la première heure ont décidé de cesser de manifester.

Il est temps de choisir le dialogue et de mettre fin à cette crise. “Marcher et scander des slogans ne résoudra pas nos problèmes”, a déclaré Ali Bashiri.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *