Président de la Banque centrale de Tunisie: le FMI d’abord, les marchés de capitaux plus tard

Avec la montée en flèche du ratio dette / PIB et les finances publiques sous pression, certains se demandent si la Tunisie succombera à la restructuration de sa dette. Mais le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie, Marwan Abbassi, a déclaré à GlobalCapital que le pays avait l’intention d’obtenir un nouveau financement du Fonds monétaire international comme condition préalable à l’entrée sur les marchés des capitaux.

La Tunisie s’est trouvée dans une position difficile lorsque la pandémie a frappé l’année dernière. Alors que le tourisme – l’une des principales sources de revenus du pays – a diminué, le verrouillage national a freiné l’activité économique et accru la pression sur les finances publiques.

Son déficit budgétaire s’est creusé, passant d’environ 3,5% à 11,5% du PIB en 2020, et le ratio dette / PIB a bondi de 15 points de pourcentage à près de 90%. La majeure partie de cette dette étant libellée en devises, certains acteurs du marché craignent que la Tunisie soit sur la voie de la restructuration de sa dette.

Abbasi n’est pas d’accord. Il dit que le pays ne cherche pas à restructurer sa dette bientôt. Au lieu de cela, l’accent est mis sur l’obtention d’un nouveau paquet du Fonds monétaire international qui améliorerait la position de la Tunisie parmi les investisseurs à revenu fixe.

La Tunisie a prêté le Fonds monétaire international l’été dernier pour un instrument de financement rapide de 750 millions de dollars, et des représentants du gouvernement tunisien se rendront à Washington, DC, la semaine prochaine à la recherche de nouveaux financements.

Al-Abbasi affirme également que la communauté internationale doit faire plus pour aider la Tunisie et les autres marchés émergents à revenu intermédiaire, faisant écho à ce que le vice-ministre mexicain des Finances a déclaré. Capitale mondiale Avancez ce mois-ci.

Capitale mondiale: Quelles sont les perspectives de reprise économique en Tunisie en 2021?

Marwan Al-Abbasi, Banque centrale de Tunisie: À partir de février de l’année dernière, nous avons rencontré les mêmes problèmes à la suite de Covid-19 qui se produisaient dans toute l’Europe. Nous avons pris des décisions difficiles dès le début, à partir du verrouillage à partir de mars. Cela a gravement affecté l’économie.

De plus, la baisse du tourisme, qui a reculé de 80% par rapport à 2019, et la fermeture des frontières avec la Libye et l’Algérie ont exacerbé notre situation économique. Notre économie s’est contractée de près de 9% l’an dernier – le pire niveau que la Tunisie ait connu en plus de six décennies – ce qui a affecté notre balance des paiements.

Les envois de fonds sont cependant restés bons et la baisse des prix du pétrole l’année dernière a contribué au déficit énergétique de la Tunisie, étant donné que nous sommes importateurs de pétrole.

Malgré l’épidémie, nos réserves de change augmenteront en 2020, pour atteindre cinq mois d’importations, par rapport à 2018, ce qui équivaut à trois mois d’importations. Cette croissance des réserves a également contribué au maintien du taux de change.

Nous prévoyons d’atteindre une croissance économique de 3,8% en 2021, bien que cela dépende de la façon dont nous gérons le reste de l’épidémie et de notre programme de vaccination. L’économie tunisienne se redresse cette année. Les exportations ont augmenté grâce à la reprise en Europe.

Cela a aidé nos réserves de devises et le solde de notre compte de crédit. De plus, la stabilité en Libye a également contribué à la reprise. Les exportations vers la Libye au premier trimestre de cette année ont été nettement plus élevées que l’an dernier. Ces deux facteurs, ainsi que la conduite de la campagne de vaccination, contribueront à la poursuite du redressement de la Tunisie.

READ  Suivi des vaccins Covid-19 (mai 2021)

Cependant, le tourisme ne devrait pas atteindre des niveaux prépandémiques, ce qui est un défi pour nous. Il est clair que, économiquement, nous ne pouvons pas procéder à un autre arrêt. Nous avons été confrontés à un compromis entre le verrouillage et la nécessité de fournir des revenus aux gens et de maintenir l’activité économique. Les décisions difficiles prises l’année dernière ont durement frappé l’économie.

Aujourd’hui, nous nous concentrons sur d’autres mesures importantes, telles que le port obligatoire du masque et la distanciation sociale. Notre objectif est d’essayer de préserver l’activité économique pour nous assurer que nous ne voyons pas les niveaux de déflation que nous avons connus en 2020.

De nombreux marchés émergents commencent à inverser l’assouplissement monétaire introduit l’année dernière. Quelle est l’orientation de la politique monétaire en Tunisie?

Entre 2018 et 2019, la banque centrale a relevé le taux d’intérêt à trois reprises, de 275 points de base. Cela a contribué à renforcer la crédibilité de la politique monétaire, la valeur du dinar tunisien et a finalement réduit l’inflation de 1,6%.

Cependant, au cours de la dernière année de crise, nous avons réduit le taux à deux reprises d’un total de 150 points de base.

À ce jour, l’inflation est d’environ 4,8%, ce qui est inférieur à ce que nous attendions. Nous nous attendions à ce qu’il atteigne la zone à deux chiffres. Par conséquent, nous n’augmenterons pas encore les taux d’intérêt. Contrairement à certains autres marchés émergents, notre taux d’intérêt réel est positif. Nous attendons toujours de voir ce qu’il adviendra de l’inflation dans les mois à venir.

Dans la modélisation initiale, il était censé baisser en 2021, mais nous constatons maintenant une volatilité externe. Les taux d’intérêt devraient augmenter aux États-Unis et l’inflation en Europe. Étant donné notre lien avec les marchés internationaux, nous importerons naturellement une partie de cette inflation.

Nous avons effectué de nombreux tests de résistance en juillet et prévoyons d’en faire plus. Nos tests partiels de l’année dernière ont montré que la majorité des banques ont traversé la crise sans grand impact – la stabilité financière et d’autres indicateurs pour les banques étaient très bons.

En tant que banque centrale, nous maintenons une surveillance étroite du système bancaire, en particulier en ce qui concerne les créances douteuses. Nous recevons une assistance technique de la Banque mondiale pour y contribuer.

Nous ne voulons pas traiter les taux d’intérêt comme le yo-yo – la stabilité est importante.

La soutenabilité et la restructuration de la dette sont devenues une question de plus en plus importante pour les marchés émergents depuis le début de la crise. Avec un ratio dette / PIB de près de 90%, la Tunisie cherchera-t-elle à restructurer sa dette bilatérale en euro-obligations et dette bilatérale?

Chaque pays doit mieux gérer sa dette. L’un de nos objectifs, convenu avec le Fonds monétaire international, est d’améliorer la gestion de notre dette interne et externe.

Plus important encore, nous discutons avec le Fonds monétaire international d’un nouveau plan de financement. Nous sommes passés par l’article 4 [a visit from IMF economists to assess a country’s economy and financial health and meetings with the government and central bank to discuss policies] Elle en a discuté avec toutes les parties prenantes concernées, y compris les syndicats et les associations du secteur privé en Tunisie. Nous avons toujours entretenu de bonnes relations avec le Fonds monétaire international et avons fait partie du programme de facilité financière venant à échéance de 2016 à 2020.

READ  Avec la reprise des manifestations algériennes, les manifestants diffèrent dans leurs objectifs

La semaine dernière, le Premier ministre tunisien a envoyé une lettre à Kristalina Georgieva [the IMF’s managing director], Demande officiellement un nouveau programme. Les discussions se termineront probablement en mai.

Nous avons déjà commencé à discuter des domaines de l’assistance technique avec le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, y compris l’assistance sur le taux de change et la gestion des réserves.

Nous n’aurons aucun problème à traiter avec le FMI – nos objectifs en matière de mesures de réforme ont déjà convergé. L’accent est désormais mis sur la manière de gérer les répercussions de la crise et de réaliser ce qui n’a pas été réalisé avec les programmes officiels originaux du FMI, qui comprenaient les programmes de facilité et d’accord de réserve du FMI.

Un domaine de discussion important est celui des subventions. Les subventions – pour l’électricité, l’eau et même les produits de base – créent un énorme problème pour nous. Cela a conduit à des distorsions importantes, à la fois avec le déficit général et avec les entreprises publiques. Pour cette raison, nous cherchons à restructurer cinq entreprises publiques différentes auxquelles la banque centrale participe.

La Tunisie a d’importants besoins de financement à combler cette année Les conditions sont-elles propices pour que la Tunisie profite du marché obligataire international?

En tant que conseiller du gouvernement, je vois que la priorité est maintenant notre relation avec le Fonds monétaire international.

Nous pouvons avoir un déficit budgétaire pour le financer de l’extérieur. Dans ce cas, notre objectif est de cibler les prêteurs multilatéraux et bilatéraux. Pour l’instant, l’objectif ultime est de garantir un programme permanent pour le Fonds monétaire international.

Si nous obtenons cela, nous aurons une meilleure visibilité dans les trois ou quatre prochaines années en ce qui concerne les investisseurs internationaux qui se tournent vers la Tunisie.

Il n’est pas juste de se tourner maintenant vers les marchés financiers internationaux. Nous pouvons vendre les obligations garanties cette année et renouveler les garanties que nous avions dans le passé, ce que nous essayons d’obtenir avec certains prêteurs bilatéraux.

Nous avons une dette d’un milliard de dollars venant des États-Unis à échéance en juillet et en août. Nous essayons d’obtenir l’approbation pour obtenir à nouveau le même montant. Nous allons à Washington, DC au début de mai pour en discuter davantage.

Nous sommes également en pourparlers avec d’autres prêteurs bilatéraux, comme le Qatar, pour obtenir des prêts privés. Cette année, l’accent est mis sur les accords bilatéraux avec les banques multilatérales de développement et les prêteurs, et non sur le marché financier international.

La Tunisie a montré un intérêt pour l’émission de dette verte dans le passé. Y a-t-il des perspectives pour une émission d’obligations vertes cette année?

La Tunisie est un pays bien connecté à la numérisation et à l’économie verte et nous investissons beaucoup dans les deux domaines. D’ici 2030, nous voulons que 30% de notre énergie provienne de sources d’énergie solaire et renouvelable.

Nous devons financer cela. Nous n’envisageons peut-être pas d’obligations vertes cette année, mais nous devrons innover en nous appuyant sur l’expérience d’autres pays comme l’Égypte. Mais pour être honnête, nous devons prioriser nos actions.

De nombreux autres marchés émergents profitent des faibles taux d’intérêt mondiaux pour atteindre des niveaux records pour collecter des liquidités. Pourquoi pas la Tunisie?

Par rapport aux autres pays émergents, la Tunisie n’est pas un emprunteur fréquent sur les marchés internationaux des capitaux. Le pays n’a jamais débloqué plus d’un milliard de dollars par nouvelle transaction ou émission.

READ  Les espoirs sont grands pour une reprise rapide du Royaume-Uni; Des goulots d'étranglement de l'offre frappent les entreprises allemandes - Live Business | Affaires

Tout d’abord, nous devons parvenir à un accord avec le Fonds monétaire international et introduire des réformes crédibles et durables. Les investisseurs veulent voir des réformes et une stabilité politique. Nous avons besoin d’une histoire à raconter. Il y a de nombreuses variables qui doivent être fixées avant pour prendre la décision de profiter des marchés financiers internationaux.

La Tunisie reçoit-elle le soutien dont elle a besoin de tiers?

La Tunisie a besoin de flexibilité, mais elle a également besoin du soutien de la communauté internationale. Nous sommes dans une énorme crise internationale. Les pays qui se situent au milieu comme nous – c’est-à-dire ni très pauvres ni très riches – ont eu du mal à gérer une crise à ce niveau.

Au cours de la première vague de la pandémie, les mesures de réaction rapide du Fonds monétaire international ont beaucoup aidé notre économie, mais il y avait peu de ressources subséquentes pour des pays comme nous. Le FMI peut restructurer la dette des pauvres, les pays riches disposent de suffisamment de liquidités pour offrir de l’argent par hélicoptère et ont des taux d’intérêt historiquement bas. Mais des pays comme nous ont également besoin d’aide pour gérer l’impact de la crise. Cela fait partie de ce à quoi la communauté internationale doit réfléchir pour maintenir la stabilité économique et politique mondiale.

Nouvelle personnalisation pour [IMF] Les DTS sont bons mais pas suffisants. Nous avons eu une bonne discussion avec Kristalina dans laquelle nous avons été très clairs sur le fait que les pays à revenu intermédiaire sont pris au piège dans une situation avec d’énormes restrictions et ne disposent pas de suffisamment de ressources pour faire face, des déficits publics et une inflation élevée.

La communauté internationale doit mieux comprendre la gravité de la situation pour des pays comme nous. La Tunisie, avec les banques centrales de Russie, d’Inde, d’Afrique du Sud et du Brésil, a récemment rencontré Gita Gopinath, économiste en chef au Fonds monétaire international, et nous avons discuté des retombées de la crise. Nous avons tous dit la même chose: la crise continue.

Quel est le principal défi de l’année à venir pour la Tunisie?

Nous sommes très prudents face à la hausse des prix aux États-Unis et aux retombées sur les prix du pétrole et les marchés émergents. Cette semaine, nous avons augmenté de 5% les prix du carburant pour la première fois en 2021 pour les consommateurs afin de combler notre déficit budgétaire. Lors de notre discussion avec le Fonds monétaire international, nous nous sommes mis d’accord sur un 2%.

Il est difficile de prédire où ira l’inflation, en raison de la hausse des prix mondiaux des matières premières combinée aux mesures strictes prises par le gouvernement pour augmenter les prix sur le marché intérieur. Je veux maintenir la crédibilité de la politique monétaire, voir l’inflation diminuer et voir le taux de change se stabiliser. Le taux de change affecte notre dette, et c’est un autre défi dont nous sommes conscients.

Comme mentionné, notre principale priorité aujourd’hui est d’avoir un programme avec le Fonds monétaire international pour aider à restaurer la croissance économique. Nous devons également gérer les groupes vulnérables en Tunisie, car le chômage a augmenté en Tunisie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *