Président du Conseil présidentiel : Les périodes de transition ont prolongé la crise libyenne

Dans son discours au sommet de la Ligue arabe en Algérie, le président du Conseil présidentiel, Mohamed Manfi, a déclaré que la poursuite des périodes de transition ne reflète pas les aspirations du peuple libyen à construire son État, et ne sert pas ses désirs permanents . Suite.

Al-Manfi a souligné que les périodes de transition prolongent et exacerbent les crises, considérant qu’elles font obstacle au droit de vote pour tous les Libyens, soulignant la nécessité d’orienter tout dialogue vers la mise en œuvre de la feuille de route émanant du Forum de dialogue politique libyen. Il a réitéré la nécessité de renforcer la légitimité politique à travers des élections parlementaires et présidentielles selon des fondements constitutionnels clairs.

Il a exigé de rester à l’écart des actions qui aggravent les divisions en Libye conformément aux résolutions du Conseil de sécurité et aux résolutions de la Ligue des États arabes, et a exhorté la Chambre des représentants et le Conseil suprême d’État à s’entendre sur la création d’un système constitutionnel. base pour la tenue d’élections libres et équitables aussi rapidement que possible.

L’exilé a appelé à l’adoption d’une position arabe unifiée sur la situation en Libye, notamment en ce qui concerne la sortie de tous les mercenaires et forces étrangères de Libye, l’arrêt des interventions négatives et non constructives et le soutien à la voie démocratique et au transfert pacifique du pouvoir.

Il a précisé le rôle du Conseil présidentiel dans la conduite des efforts de réconciliation nationale en vue d’un transfert pacifique et démocratique des pouvoirs législatifs et exécutifs par le biais d’élections parlementaires et présidentielles. Il a également salué les efforts régionaux qui vont dans le sens des travaux du Conseil présidentiel pour lancer le projet de réconciliation nationale, qui, selon lui, « représente la base la plus importante pour soutenir toutes les pistes pour atteindre la stabilité et la paix souhaitées en Libye ».

READ  Les investisseurs piégés alors que Standard Alliance et Niger Insurance perdent leurs licences d'exploitation

L’exilé a exhorté les États membres de la Ligue arabe à soutenir le Conseil présidentiel en exerçant son rôle dans la construction de ponts de confiance entre les Libyens, en plus du rôle joué par les Nations unies, l’Union africaine et les organisations régionales et internationales.

Le président du Conseil présidentiel a souligné la nécessité d’aborder les questions économiques, qui sont des composantes très importantes de la crise en Libye, compte tenu de la nature rentière non diversifiée de l’économie libyenne. Il a déclaré que les fonds publics devraient être tenus à l’écart de la lutte politique et a insisté pour que des dépenses justes et rationnelles soient assurées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.