Qu’est-ce qui cause le syndrome du côlon irritable ? La sensibilité à la gravité à blâmer, pensent les scientifiques

Les scientifiques ont suggéré que les personnes atteintes du syndrome du côlon irritable (IBS) pourraient en fait être sensibles à la gravité.

La cause exacte du syndrome du côlon irritable est inconnue, mais un scientifique pense que cela pourrait être dû à la gravité qui tire sur les intestins dans le corps.

L’abdomen est maintenu en place par les muscles et les os, mais si le corps ne peut pas supporter la force de gravité, il peut écraser la colonne vertébrale et provoquer le déplacement des organes vers le bas.

Cela peut déclencher des symptômes du SCI, notamment des douleurs, des crampes, des étourdissements et des problèmes de dos, selon le Dr Brennan Spiegel, directeur de la recherche sur les services de santé à Cedars-Sinai en Californie.

Les scientifiques ont suggéré que certaines personnes sont mieux équipées pour faire face à l’attraction de la gravité sur nos organes

Il peut même provoquer une prolifération de bactéries dans les intestins – une autre cause du SCI.

Entre 25 et 45 millions d’Américains souffrent de cette maladie, et elle est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes. Ses principaux symptômes sont des douleurs à l’estomac, des gaz, de la diarrhée et de la constipation.

Le Dr Brennan Spiegel croit que certaines personnes s’adaptent mieux à la gravité que d’autres.

Qu’est-ce que le syndrome du côlon irritable ?

Le syndrome du côlon irritable (IBS) est un trouble intestinal courant qui se traduit par des douleurs à l’estomac, des gaz, de la diarrhée et de la constipation.

READ  La protection vaccinale de Pfizer contre l'infection tombe à 64% en Israël

La condition affecte entre 25 et 45 millions d’Américains.

Près de deux sur trois d’entre eux sont des femmes.

La plupart des gens développent les premiers symptômes du SCI avant l’âge de 40 ans.

La cause de ce trouble est inconnue, mais on pense qu’il est dû à des anomalies des bactéries intestinales.

Les symptômes peuvent être gérés, mais il n’y a pas de remède pour le SCI.

Le traitement consiste en des soins personnels par le biais de changements dans le régime alimentaire, le mode de vie et l’exercice.

On pense qu’un régime pauvre en oligosaccharides, monosaccharides, monosaccharides et polyols (FOMAP) est efficace pour les personnes atteintes du syndrome du côlon irritable.

Contient des œufs, de la viande, des fruits et des légumes, tout en évitant les produits laitiers et le blé.

Par exemple, les individus peuvent avoir un système de suspension « extensible » où l’intestin pend.

D’autres personnes ont des problèmes de colonne vertébrale qui provoquent un affaissement du diaphragme ou une saillie de l’estomac, ce qui comprime l’abdomen et peut entraîner des problèmes de mouvement.

La théorie peut expliquer pourquoi l’exercice peut aider avec IBS, puisque l’exercice renforce le système de soutien qui maintient les organes.

La théorie de la gravité du Dr Spiegel s’étend au-delà de l’intestin.

«Notre système nerveux a également évolué dans un monde de gravité», a-t-il déclaré, «et cela peut expliquer pourquoi de nombreuses personnes ressentent des« papillons »dans l’abdomen lorsqu’elles sont anxieuses.

Curieusement, ces « sensations viscérales » se produisent également lors d’une chute vers le sol, comme lors d’une chute sur des montagnes russes ou dans un avion turbulent.

READ  L'étude suggère que le HDL, ou "bon" cholestérol, est moins bénéfique qu'on ne le pensait auparavant, en particulier pour les adultes noirs

Les nerfs dans l’intestin sont comme un ancien détecteur de force G qui nous avertit lorsque nous assistons – ou sommes sur le point de subir – une chute dangereuse. Ce n’est qu’une hypothèse, mais les personnes atteintes du syndrome du côlon irritable peuvent être sujettes à surestimer les menaces G-Force qui ne se produisent jamais.

Le Dr Spiegel a fait valoir que les gens réagissent différemment à la gravité, ce qui entraîne un spectre de « réveil G-Force ».

Certains apprécieront la sensation de cheveux qui se dressent lorsqu’ils tombent sur les montagnes russes, tandis que d’autres souhaiteront que ce soit fini.

D’autres conditions peuvent être causées par l’intolérance à la gravité, a déclaré le Dr Spiegel, notamment l’anxiété, la dépression et la fatigue chronique.

Il affirme qu’un corps qui lutte pour gérer la gravité peut également avoir du mal à pomper la sérotonine – appelée hormone de l’amour – et d’autres neurotransmetteurs dans le corps.

Il a dit, « La sérotonine irrégulière peut être une forme d’échec de la gravité. »

Lorsque la biologie de la sérotonine est anormale, les personnes peuvent développer un SII, de l’anxiété, de la dépression, de la fibromyalgie et de la fatigue chronique. Il peut s’agir de formes d’intolérance à la gravité.

D’autres théories sont que le SCI est un trouble qui résulte de l’interaction entre l’intestin et le cerveau, car la thérapie comportementale et des substances comme la sérotonine peuvent aider.

Une autre idée est que le SCI est dû à des bactéries nocives dans l’intestin. Des études montrent que la maladie peut être contrôlée avec des antibiotiques et un régime comprenant beaucoup d’œufs, de viande, de céréales, de fruits et de légumes.

READ  La nouvelle conception de Megarocket en Chine montre que le SLS de la NASA est déjà obsolète

La cause peut également être une hypersensibilité dans l’intestin, des niveaux anormaux de sérotonine ou un système nerveux irrégulier.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour tester l’idée du Dr Spiegel et examiner les traitements potentiels.

Le Dr Shelly Lew, présidente de la Women’s Gastroenterology Association et directrice de la division de gastroentérologie et d’hépatologie de Cedars-Sinai, a déclaré que la théorie était « provocatrice ».

« La meilleure chose à ce sujet est qu’il est testable », a-t-elle déclaré.

Elle a ajouté: « Si cela s’avère vrai, c’est un énorme changement de paradigme dans la façon dont nous pensons au SCI et potentiellement au traitement également. »

L’hypothèse a été publiée dans Journal américain de gastroentérologie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *