Qui est Taos, le chanteur amazigh algérien que Google célèbre ?

Au sommet de sa carrière, Taos n'a pas été invité à chanter dans son Algérie natale en raison de la censure de l'époque contre la communauté amazighe.

Taos est décédé en 1976 en France, où il vivait depuis 1945. [Getty]

Un Google Doodle a célébré lundi le 111e anniversaire de l'artiste algéro-français Taos Amrouche, icône amazighe qui a rendu la poésie kabyle plus accessible.

Il est né à Tunis le 4 mars 1913 dans une famille algérienne convertie au catholicisme. Bien que son nom de baptême soit Marie-Louise, elle s'appelait Taos.

Influencé par les chansons amazighes de sa mère, Taos s'intéressait profondément à la tradition orale amazighe, en particulier à la poésie kabyle.

La civilisation traditionnelle kabyle, une importante communauté amazighe du nord-est de l'Algérie, est une civilisation de « poésie ».

Cependant, depuis les origines jusqu’au milieu du XXe siècle, la littérature kabyle était essentiellement orale. Tandis que d'autres peuples avaient gravé leur gloire dans le marbre ou consigné leur histoire dans des livres, les Kabyles confiance Leur mémoire pour leur poésie.

Aujourd’hui, grâce à des artistes et des écrivains comme Taos, le monde possède un corpus important de poésie kabyle ancienne, un trésor rassemblé par Hanoto (1867), Boulifa (1904), Amrouche (1939) et d’autres, qui offre une vision intime. Événements historiques, traditions, coutumes et éléments de la culture séculaire d’une société marginalisée.

Le Google Doodle de Taos était visible en Tunisie, en Algérie et dans d'autres régions de la région, ainsi qu'en France. Elle fut l'une des premières femmes d'Afrique du Nord à publier ses propres romans.

READ  Informations sur les tremblements de terre : Mac modéré. 4.4 Tremblement de terre - Méditerranée occidentale, 29 km à l'ouest de Jijal, Algérie, 19 juillet 20h21 (GMT +1)

Ses œuvres littéraires, dont des romans tels que « Jacinthe noire » (1947) et « La rue des tambourins » (1960), reflétaient des éléments autobiographiques et exploraient les thèmes de l'identité et des barrières raciales qu'il avait vécus pendant son séjour en Tunisie et en France.

Taos a également publié « Le Grene Magic » (1966), un recueil de poèmes, d'histoires et de proverbes traduits de Kabili. Il fut l'un des co-fondateurs de « l'Académie Berbère de Paris » en 1966.

Outre ses activités littéraires, Taos, comme sa mère, était un chanteur talentueux qui chantait des chansons traditionnelles Amasi dans des lamentations mélancoliques, faisant frissonner les auditeurs et évoquant la lutte constante de la communauté pour affirmer son identité.

Cependant, au sommet de sa carrière, il n'a pas été invité à chanter dans son Algérie natale en raison des censures de l'époque contre la langue et l'art amazighs.

Taos est décédé en 1976 en France, où il vivait depuis 1945.

Après sa mort, de nombreux chanteurs amazighs Il a rendu hommage L'héritage de Taos dans leurs œuvres telles que Ferhat Imajihen dans « Kabili's Revolutionary Songs » et « Marguerite Taos Amruch » d'Olahlov.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *