Rapport : L’économie du Minnesota peine à transformer ses atouts en croissance

rue. CLOUD — L’économie du Minnesota possède des atouts de grande qualité, mais cela ne s’est pas traduit par une croissance significative, selon le dernier rapport de référence de la Chambre de commerce du Minnesota.

Selon le rapport, il s’agit d’une statistique sous-performante courante pour l’État pendant près de deux décennies.

Si l’économie de l’État croissait au même rythme que celle du pays au cours des 15 dernières années, le PIB réel serait supérieur de 16 milliards de dollars, selon le rapport.

« Une croissance lente érode le succès du Minnesota au fil du temps », indique le rapport.

Le rapport a commencé par collecter des indicateurs clés du climat des affaires pour évaluer la croissance économique globale de l’État par rapport à d’autres États, selon son auteur principal, Beth Cadon, vice-présidente de la politique fiscale et fiscale.

« À l’heure actuelle, ce que nous avons vu lors de la session législative de 2023, franchement, c’est beaucoup de nouveaux mandats, de nouvelles réglementations et des augmentations d’impôts pour nos créateurs d’emplois du secteur privé », a déclaré Cadon. « Je pense donc que nous mettons davantage d’obstacles sur le chemin. »

Beth Cadon, vice-présidente de la politique fiscale et fiscale de la Chambre de commerce du Minnesota, prend la parole lors d’une tournée politique à l’échelle de l’État le lundi 6 juin 2022, à Potlatch Deltic à Bemidji.

Madeline Haskin/Bemidji Pionnière

« De toute évidence, nous pouvons apporter certains de ces changements politiques pour rendre notre État attractif pour la croissance des entreprises », a-t-elle ajouté, « parce que nous savons que sans un secteur privé en croissance, nous n’aurons pas d’économie en croissance. »

READ  Le président algérien fixe le 12 juin aux législatives anticipées | Nouvelles sur les élections

Voici quelques points clés pour le Minnesota tirés du rapport de la chambre.

  • Maintien de la stabilité et de la reprise économiques à long terme.
  • Améliorer les indicateurs du coût de la vie et de la qualité de vie.
  • Force continue dans l’héritage de l’innovation.
  • Améliorations des infrastructures.
  • La main d’œuvre continue de se redresser.
  • Ralentissement de la croissance économique globale.
  • Fiscalité et réglementation élevées.
  • Augmentation du coût des affaires.
  • Changements démographiques, migration interne négative nette.

Alors que le Minnesota était autrefois un foyer de migration interne, cette tendance s’est inversée, a déclaré Cadon.

Elle a déclaré que cette tendance notable avait commencé au début du siècle dernier.

« Cela s’est en fait poursuivi au cours des deux dernières décennies, avec plus de personnes quittant l’État que d’y entrant », a déclaré Cadon. « Malheureusement, nous assistons cependant à une accélération… Nous constatons que les chiffres vont dans la mauvaise direction. »

Depuis 2020, le Minnesota a vu près de 36 000 personnes quitter l’État, se classant au 42e rang en termes de migration intérieure nette. De mi-2021 à mi-2022, l’État a enregistré une perte nette de 19 400 personnes, selon le rapport.

Plusieurs facteurs peuvent être attribués à ce déclin, notamment le climat et la charge fiscale de l’État, a déclaré Kedone.

« Je pense que ce qui est intéressant, c’est que si vous regardez les États en croissance, ce n’est pas seulement une question de météo », a déclaré Cadon. «Souvent, nous voulons penser que les gens iront ailleurs parce qu’ils veulent un temps plus chaud… voir d’autres États, comme le Dakota du Sud, dont la population augmente mais qui auront des quatre saisons (climatiques) similaires à celles du Minnesota. » « 

READ  Emirates Post Group nomme un nouveau président

La croissance de la population active devrait rester essentiellement stable au cours des prochaines décennies, selon le rapport.

Cependant, l’État a connu une croissance de la migration internationale nette, le nombre de personnes ayant augmenté de 14 194 personnes entre mi-2021 et mi-2022, selon le rapport.

Le classement de l’État en matière de migration internationale nette est resté inchangé, au 19e rang du comté.

« C’est là que nous constatons vraiment une croissance, à savoir la migration internationale, mais cette croissance a également ralenti récemment, juste avec quelques changements et d’autres choses dans la loi fédérale », a déclaré Cadon.

Les éléments que l’État peut contrôler, tels que les réglementations et le coût des affaires, ont récemment connu une augmentation, a déclaré Kedone. Cela a conduit à l’anxiété.

« C’est vraiment préoccupant si l’on considère la croissance économique future de notre État », a déclaré Cadon.

Le Minnesota se classe au 49ème rang en termes d’environnement fiscal global selon le rapport, qui cite le Massachusetts High Technology Council.

Le taux de l’impôt sur les sociétés est resté inchangé à 9,8 %. En 2024, l’État aura le taux d’imposition des sociétés le plus élevé du pays en raison du taux inférieur du New Jersey, a déclaré Cadon.

« Ce que nous avons constaté, c’est franchement que d’autres États qui ont des taux d’imposition plus élevés ont abaissé leurs taux. Ainsi, à cause de l’inaction du Minnesota dans ce domaine, nous sommes devenus moins compétitifs », a déclaré Cadon.

Bien que l’économie de l’État dispose d’atouts de grande qualité, elle peine à les convertir en une croissance significative, selon le rapport. Même si le ralentissement de la croissance économique pendant un an ou deux n’est pas un signe d’inquiétude, il s’agit d’une tendance à long terme, a déclaré Cadon.

READ  Le coronavirus stimule le transfert d'énergie grâce à l'intelligence artificielle | Entreprise | Nouvelles économiques et financières d'un point de vue allemand | DW

Depuis 2015, le PIB global de l’État a chuté de trois places pour se classer au 20e rang.

« C’est une réalité troublante d’avoir une économie en déclin, alors que d’autres pays nous dépassent en quelque sorte », a déclaré Cadon.

Faits marquants : En chiffres

  • 1er en survie des entreprises depuis cinq ans (57,6%)
  • Deuxième taux d’impôt sur les sociétés le plus élevé (9,8 %)
  • Septième climat fiscal le plus élevé du pays
  • Classé 20e en termes de coût de la vie (98,4)
  • 42ème en migration interne nette (perte de 19 400 personnes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *