“Soleil” trouve la lumière du jour

“Soleil Ô”, l’un des nombreux films perdus ou presque perdus que Martin Scorsese a contribué à faire sortir de l’obscurité dans le cadre d’un projet de cinéma mondial, l’écrivain / réalisateur mauricien Med Hondo révèle qu’il est profondément politique mais aussi farouchement créatif. Le texte de la légende a été initialement publié en 1967, et la légende confirme que le film a été retrouvé, “dans les archives audiovisuelles de la branche parisienne du Parti communiste”.

Et l’histoire elle-même est aussi sauvage que sa redécouverte, sans progression narrative stricte mais avec de nombreuses scènes engageantes. Prenez une première séquence où un groupe d’immigrants africains est baptisé dans la foi chrétienne et porte des croix en bois autour du cimetière … seulement pour entrer par effraction dans la formation militaire, tourner les croix dans l’autre sens et les utiliser pour pratiquer le combat à l’épée.

Les noms des personnages individuels sont difficiles à comprendre (personne n’est correctement présenté) mais nous marquons souvent notre héros africain anonyme (Robert Linsoul) alors qu’il cherche du travail et un logement dans un Paris hostile. Notre homme est un comptable qualifié mais n’a pas eu l’occasion d’être interviewé pour un emploi répertorié dans le journal. Il rencontre fréquemment un balayeur de rue noir, son sourire sarcastique montrant à quel point nous sommes loin de la promesse française de liberté, de générosité et de fraternité. Le plus grand groupe d’immigrants agit comme une sorte de chorale, rejoignant notre héros qu’il se retrouve dans une cathédrale ou dans un appartement exigu pour une réunion de révolutionnaires communistes.

READ  Le parti au pouvoir en Algérie remporte les élections législatives avec une faible participation

Hondo lui-même raconte la voix off pleine de proverbes comme: «Ta culture m’a blanchi mais je suis toujours un nègre» Le film a été réalisé à une époque où l’immigration africaine en France était en augmentation, avec environ 300 000 immigrants entrant dans le pays chaque année. Dans une série de scènes timides de style interview, nous voyons des femmes blanches marmonner: «Il y en a vraiment trop», avant de suggérer que le gouvernement devrait peut-être «prendre soin d’elles comme des Indiens d’Amérique». Ils se moquent également des hypothèses de base sur les prouesses sexuelles des hommes noirs, et Hondo affiche un humour brutal lorsqu’il chevauche la rencontre de notre héros et d’une femme blanche avec une bande sonore aux sons de l’annihilation. Plus tard, White Barfly a dit: “J’aime la spiritualité nègre”, de la même manière que le père libéral de Bradley Whitford a dit dans “Sortez”, “Je voterais pour Obama pour un troisième mandat si je le pouvais.”

Les options cinématographiques de Hondo sont également excellentes – même certains plans de dialogue apparemment simples sont compliqués par les nombreux panoramiques et zooms, la caméra atterrissant dans un gros plan inconfortable où un interlocuteur insiste sur le fait que seuls les immigrants “plus utiles” devraient venir en France. Parfois, nous obtenons de nouveaux clichés réalistes impromptus de la vie de quartier rythmés par un ensemble de fantasmes extatiques, comme lorsqu’un homme noir jouant un soldat meurt pour être ressuscité avec une seule pièce d’un franc.

Alors que «Soleil Ô» peut parfois être déroutant, son charme décalé vous attire. Après une fin vraiment audacieuse, la carte de titre promet de “durer”. Malheureusement, il n’y a pas de suite à regarder, bien que l’héritage brutal du colonialisme européen persiste.

READ  Le pilote vétérinaire de la marine Adam choisit une épée pour le «dernier duel»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *