South Park Commons s’étend à Bangalore avec Bansal, co-fondateur de Flipkart – Karnataka News

South Park Commons (SPC), un groupe de fondateurs et d’ingénieurs qui gère également un fonds de capital-risque en phase de démarrage, a ouvert un avant-poste à Bangalore, marquant ainsi son premier site international en dehors des États-Unis. Le fonds, nommé d’après un quartier de San Francisco, entre en Inde en collaboration avec Binny Bansal, co-fondateur de Flipkart.

publicité

La SPC a été fondée en 2016 par Ruchi Sanghvi et Aditya Agarwal. Sanghvi, la première femme ingénieure de Facebook, et Agarwal, ancien directeur technique de Dropbox, ont lancé SPC en tant que groupe d’ingénieurs, de fondateurs et de chercheurs. Le fonds a depuis levé deux fonds pour accompagner très en amont les entrepreneurs dans leurs idées.

« Notre objectif à long terme chez SPC a toujours été d’appliquer notre philosophie « Negative One to Zero » partout où se trouvent du talent, de l’ambition et le désir d’explorer de nouveaux terrains et de créer des entreprises. L’Inde est peut-être le pays le plus dynamique et le plus intéressant en matière de technologie. l’entrepreneuriat dans le monde à l’heure actuelle.

Distinguant SPC d’entités comme Y Combinator, Sanghvi a noté : « Beaucoup de gens qui viennent à SPC avant même d’avoir une idée ou de vouloir créer une entreprise. C’est très différent de YC ou de tout autre incubateur, où la monnaie de votre entreprise est la même. le statut est le montant d’argent que vous gagnez.

SPC-Inde vise à bâtir sur la réputation de la communauté en tant que destination de choix pour les chercheurs et fondateurs en IA en début de carrière. Les premiers membres du SPC comprenaient les futurs fondateurs d’entreprises comme Anthropic et Imbue, ainsi que les premiers ingénieurs d’OpenAI. La CPS a l’intention de reproduire cette approche en Inde.

READ  Modena en Indonésie et Atlant en Biélorussie deviennent des partenaires stratégiques

« Je suis ravi de m’associer à Ruchi et Aditya pour aider la prochaine génération de fondateurs indiens à franchir l’étape -1 à 0 de leur parcours de startup », a déclaré Bansal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *