Startups en quête de devenir la “ super application africaine ”

Les super applications – des plates-formes qui offrent divers services sous un même toit – se répandent sur divers marchés émergents, y compris l’Afrique.

Ces derniers mois, le russe Yandex a annoncé son entrée dans l’espace, et l’indien Tata veut lancer sa super application au début de 2021. D’autres exemples internationaux incluent Gojek, Grab, Rappi, Meituan Dianping et WeChat.

En fait, les super applications deviennent de plus en plus le Saint Graal de l’économie Internet, en particulier sur les marchés émergents. Emeka Ajene est la co-fondatrice d’une société basée au Togo Le sperme séminal, Qui a commencé comme un service de passagers mais qui est maintenant Excellente construction d’application par Ajouter des services, y compris la livraison de nourriture. Il dit que des entreprises comme Gojek et Grab ont inspiré son entreprise.

«Lorsque nous avons lancé divers services de covoiturage, des motos-taxis aux tuk-tuks en passant par les voitures-taxis ordinaires, nous avons remarqué que certains utilisateurs utilisent Gozem au-delà de son utilisation prévue en tant que service de transport personnel afin de créer divers types de services commerciaux et livraisons personnelles, a-t-il dit Ajene, nous avons créé ces fonctionnalités dans l’application pour mieux servir ces cas d’utilisation.

Aujourd’hui, avec l’application Gozem, les clients peuvent commander un trajet et organiser la livraison de marchandises et de marchandises via les offres d’expédition Gozem, la commande d’épicerie, l’électronique et d’autres articles de commerce électronique provenant de supermarchés et de fournisseurs partenaires. En août, il est passé à une nouvelle interface de super application afin de faciliter l’utilisation des différents services par nos clients.

Gozem n’est pas la seule entreprise africaine à adopter cette approche, qui a fait ses preuves dans le monde entier. Algérie Avoir Il a également commencé à adopter dans le secteur des transports, et c’est maintenant Plus d’icônes s’exécutent au fil du temps. Le fondateur Kamel Hadar a déclaré que les projets préexistants de la société pour devenir une super application avaient été accélérés par COVID-19.

“ La stratégie étant déjà de passer d’un ancien service patrimonial à un service à grande échelle dans une seule application via un écosystème de super-applications, nous avons rapidement déployé le COVID-19 et nous avons poussé à nous concentrer sur le lancement de nouveaux services comme l’épicerie. livraison, achats en ligne et services à domicile et soins de santé. “

Mais est-ce pertinent pour l’Afrique?

Ajene et Haddar estiment que ce qui a fait ses preuves sur d’autres marchés émergents, en particulier en Asie du Sud-Est, pourrait également fonctionner en Afrique.

«Nous pensons que l’Afrique, comme certaines régions d’Asie l’ont fait, sautera directement dans le nouveau monde, où les services et les paiements sont disponibles directement sur votre smartphone ou votre ordinateur. Par conséquent, l’Afrique vise les installations numériques et numériques en résolvant de nombreux problèmes quotidiens. «La mobilité, les transports, la logistique, les finances et l’éducation sont des domaines qui souffrent d’un faible développement et de particularités que la technologie peut résoudre grâce à la création de marchés directs et faciles d’accès et à des services logistiques améliorés.

Ajene a déclaré que les super applications sont bien adaptées aux marchés segmentés où il y a peu d’acteurs dominants dans les secteurs verticaux et où il existe des opportunités significatives de créer une valeur réelle pour les consommateurs au-delà de ce qui existe actuellement.

«Bien que cela ne convienne pas à de nombreux marchés tels que l’Europe ou les États-Unis aujourd’hui, il capture certaines des caractéristiques les plus importantes de nombreux marchés dans des pays comme l’Afrique et l’Asie du Sud-Est», a-t-il déclaré.

“ De plus, sur les marchés africains d’aujourd’hui, les utilisateurs se tournent largement vers une utilisation mobile d’abord ou même uniquement mobile, et il y a eu une prolifération de smartphones bas de gamme avec une capacité de stockage limitée, les coûts de données sont relativement élevés par rapport aux niveaux de revenus, et vous avez de nombreux utilisateurs qui accèdent à Internet pour la première fois. ”

Ajene estime que ces caractéristiques du marché augmentent les opportunités pour des applications supérieures sur le marché de diverses manières.

Par exemple, les utilisateurs disposant d’un espace de stockage limité sur le téléphone sont susceptibles d’accorder une valeur plus élevée à une seule application qui leur permet de répondre à une variété de besoins contrairement à de nombreuses applications différentes qui les obligent à penser d’abord aux images et à la suppression d’autres contenus afin d’enregistrer le contenu requis. espace sur l’appareil.

Dans ce cas, pourquoi y en a-t-il eu si peu jusqu’à présent?

READ  Comité OPEP + actualise les estimations de la demande de pétrole | Regson

Pour une opportunité apparemment très importante, il semble y avoir relativement peu de super applications africaines. Ajene dit que cela est dû à la nature émergente de l’écosystème. Les super applications sont un phénomène relativement récent à l’échelle mondiale avec WeChat, généralement connu sous le nom d’astronaute, n’ayant été lancé qu’en 2011.

«Aujourd’hui, il existe un certain nombre de super-applications ou d’applications ultra-ambitieuses à travers le continent africain et il semble qu’elles tombent généralement en quatre groupes. Il existe des applications haut de gamme qui reposent sur la flotte de services de transport comme leur principal atout, super -applications dirigées par les acteurs financiers, et super-applications qui sont dirigées par eux », a déclaré Agin. D’autres grandes entreprises, des super applications avec des liens directs vers l’Asie.

Gozem et temtem, ainsi que l’Ouganda SafeBoda, font partie du groupe A, avec des joueurs maliens comme Cellulant et GTBank dans le deuxième groupe. Ajene cite les partenariats MTN et Jumia comme exemple du troisième groupe, et pour marquer quatre points pour les entrants chinois sur le marché africain tels que OPay et PalmPay, ils semblent reproduire des modèles similaires qui ont réussi en Chine et dans d’autres régions d’Asie.

“Le modèle, qui en est à ses débuts, a une part équitable de supporters à travers le continent. Cela ne mentionne même pas les différents acteurs qui aspirent à posséder toutes les opportunités dans des secteurs spécifiques. Par exemple, Healthlane au Cameroun s’est décrit comme” un excellent app pour quiconque autour du continent l’accès aux soins de santé, “alors qu’Eden du Nigeria se décrit comme” une excellente application des services locaux “, at-il dit.

«Le secteur des applications haut de gamme en Afrique est quelque peu dynamique et en croissance à mesure que de plus en plus d’entrepreneurs et d’investisseurs se rendent compte de l’importance du modèle sur les marchés africains».

Quels sont les défis du lancement de super applications?

READ  L'économie indienne prend un virage en juin, selon les données

Il existe de nombreux services ou applications africains locaux qui souhaitent fournir des services spécifiques dans des domaines tels que le transport ou le shopping, mais les offrir tous en un seul endroit nécessite une base d’utilisateurs initiale forte pour en profiter. C’est ce que font Gozem, temtem, etc., construisant un écosystème de clients dans un secteur avant de passer à d’autres.

L’expansion dans divers autres secteurs de l’entreprise nécessite une compréhension des comportements, des mentalités et des faiblesses des différentes parties prenantes, y compris les clients et partenaires, et la construction de solutions qui répondent en nature.

«Étant donné que les services sont offerts dans plusieurs secteurs, il est non seulement important de satisfaire le client, mais aussi le chauffeur, le fournisseur, le restaurant ou un autre tiers. La question devient rapidement de savoir comment s’assurer que tout le monde dans l’écosystème tire une valeur significative de ce que vous offrez. La manière efficace de répondre à cette question vient d’une compréhension approfondie des acteurs de l’écosystème et de ce qui les motive. “C’est simple, mais ce n’est pas facile”, a déclaré Ageni.

Le simple fait de regrouper autant de services indépendants en un seul n’en fait pas une super application, ce que WeChat a découvert quand il a commencé son lancement condamné en Afrique avec une super application prête à l’emploi qui n’a pas réussi à créer autant de base d’utilisateurs sur aucun de ses domaines.

«Les super applications réussies sont dictées par des cas d’utilisation à haute fréquence, souvent le transport personnel à deux roues, mais aussi peut-être la messagerie instantanée, les portefeuilles de paiement ou même la livraison super locale, et elles exploitent également les actifs de base de la plate-forme. , sont les cas d’utilisation à haute fréquence qui mènent à un engagement et à une adoption importants des consommateurs.

Hadar est d’accord, affirmant que temtem veille à maximiser le flux au sein de l’application en offrant des services d’utilisation quotidienne tels que la mobilité et la finance.

«Cela se traduit par des revenus et des données, ce qui est essentiel car cela nous permet de profiter des opportunités sur certains marchés car nous en savons désormais plus sur les consommateurs que les marques qui veulent les cibler», a-t-il déclaré.

“Le grand défi réside également dans l’organisation, car vous devez constamment offrir vos services en un seul endroit, pour servir les consommateurs de la meilleure façon possible avec la meilleure technologie, un excellent support client, une gestion solide des partenaires, une logistique rapide et un financement fiable.”

Gozem et temtem, pour les startups en Algérie et au Togo au moins, sont très bien financés, et cela peut être important car ils sont les pionniers dans le domaine des super applications en Afrique.

«Les partenariats sont essentiels pour créer une marque, attirer des clients et profiter des avantages des grands partenaires – taux d’achat, marketing, actifs logistiques…», a déclaré Haddar.

Il permet également une présence rapide et efficace au niveau national ou multinational. Un financement est également nécessaire pour augmenter rapidement les investissements importants – technologie, logistique et talent. “

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *