Tokyo se prépare pour les Jeux olympiques, mais les gagnants seront rares si les Jeux se poursuivent les jeux olympiques

sPeut-être que les Jeux olympiques de Tokyo de 2021 apporteront la réponse à une vieille question: que se passe-t-il lorsqu’une force imparable rencontre un objet stationnaire? Alors que la pandémie de Covid-19 continue de dévaster le monde et que le Comité international olympique reste fidèle à sa devise selon laquelle les Jeux auront lieu, le monde attend la cérémonie d’ouverture le 23 juillet pour voir ce qui se passera en cas de collision.

Les Jeux olympiques ne sont pas transférés pour une seule raison: l’argent. Les trois quarts des revenus du CIO proviennent uniquement des droits de diffusion télévisuelle et deux événements – les Jeux d’été et d’hiver – ont lieu tous les quatre ans. Pour le Comité International Olympique, le risque d’un trou noir de milliards de dollars dans son budget est trop grand à supporter. Maudit Covid.

Pendant ce temps, pour les gouvernements du Japon et de Tokyo, les dépenses officielles de 20 milliards de dollars australiens pour les jeux rendent l’annulation désagréable (le total réel est estimé à deux fois ce montant). Alors que Pékin accueillera les Jeux d’hiver au début de l’année prochaine, après les Jeux du Commonwealth et accueillant les Jeux olympiques en 2024, 2028 et 2032, un report supplémentaire n’est pas pratique.

Le jeu du poulet continue donc avec la pandémie, malgré la désapprobation croissante des citoyens japonais. Un récent titre d’Associated Press disait: “Les Jeux de Tokyo ont besoin de 500 infirmières; les infirmières disent que les besoins sont ailleurs”. La moyenne de sept jours pour les cas de Covid à Tokyo oscille autour de 1000 par jour. Cependant, dans moins de trois mois, la ville accueillera 11 000 athlètes et peut-être doublera ce nombre d’employés, d’entraîneurs, de juges et de journalistes. De plus, presque inévitablement, le virus Covid-19.

READ  Le chef de la charité du prince Charles démissionne au milieu du scandale des donateurs

Le Comité international olympique et le gouvernement japonais espèrent que beaucoup de paperasse peut déjouer le problème. Samedi dernier, les journalistes qui avaient toujours l’intention de se rendre à Tokyo ont reçu un “règlement” de 51 pages, envoyé par le comité d’organisation local, décrivant en détail les règles et les restrictions que chacun d’entre eux devrait suivre. Les organisations de médias sont tenues de nommer un «agent de liaison Covid-19», tandis que tous les journalistes doivent élaborer un «plan d’activités» quotidien et signer un engagement écrit avec la responsabilité de se conformer aux règles du jeu. Aucun engagement, aucune entrée au Japon.

Il reste à voir si les règles du jeu survivront à cet ennemi particulièrement pernicieux, mais les restrictions continuent de monter – apaisant sans doute les angoisses du public japonais. Avant le départ, les délégations olympiques doivent être testées deux fois pour le virus (dans la version précédente du document, ce n’était qu’une seule fois), puis à nouveau à l’arrivée. Les médias sont tenus d’isoler les trois premiers jours – une autre nouvelle exigence – même s’ils sont toujours en mesure d’effectuer des «activités de jeu de base» tout en étant nominalement mis en quarantaine. Les visites touristiques de Tokyo pourraient ne pas être à l’ordre du jour.

Pour les sportifs, les restrictions sont plus difficiles. Bien que les contre-mesures finales à Covid ne soient pas confirmées avant un certain temps, parmi les règles avancées jusqu’à présent figurent les tests quotidiens, l’interdiction d’encourager les membres de l’équipe et de ne pas contacter des concurrents d’autres pays. Pour aider avec cette «bulle», les athlètes olympiques seront encouragés à éviter l’aire de restauration des athlètes, et à la place recevront des aliments emballés préparés à la maison. Ce sont les efforts que fera le Comité olympique australien pour donner à ses athlètes un avantage supplémentaire que même l’AOC entend apporter, Machine d’essai ultra-rapide Covid du Japon. Des gains déjà marginaux.

Un entraîneur d’aviron thaïlandais regarde les qualifications à Tokyo ce mois-ci. Crédit photo: Kazuhiro Nogi / AFP / Getty Images

Les spectateurs internationaux ont déjà été interdits et le comité d’organisation local n’a pas encore décidé si les résidents locaux seront autorisés à remplir les gradins. Cela semble peu probable; Les médias japonais ont publié des rapports sur la possibilité que les jeux se déroulent avant des étals vides, dans ce qui semble être une stratégie de relations publiques délibérée pour jeter les bases de la publicité. Ainsi, sur des places étrangement calmes, les meilleurs athlètes du monde s’affronteront – dans tous les sens du terme – dans une scène dédiée à la télévision.

Quoi qu’il arrive à la fin, il y aura quelques vrais gagnants. Les athlètes qui ont passé les cinq dernières années à se préparer pour ce moment, mais leurs espoirs pour la médaille pourraient être anéantis par un contact étroit avec un cas confirmé de virus Covid dans le village d’Al-Riyadi. Le gouvernement japonais, qui a investi des milliards dans des jeux dont on se souviendra à jamais, pour les mauvaises raisons. Le Comité international olympique, qui serait à juste titre critiqué si les Jeux se transformaient en un événement très populaire, ne gagnera pas de toute façon beaucoup d’éloges.

C’est un air d’incrédulité quant à savoir si les Jeux vont vraiment se poursuivre à un tel point que, un peu plus de 10 semaines avant le voyage des athlètes à Tokyo, beaucoup sont encore sceptiques. La douleur psychologique causée par cette incertitude, alors qu’ils continuent de repousser leurs limites physiques dans l’espoir de la gloire olympique, doit être angoissante.

Mais à moins que le CIO ne clignote, ils iront à Tokyo. Les athlètes sont autorisés à arriver seulement cinq jours avant la compétition et doivent voyager dans les 48 heures suivant la fin. A leur retour en Australie, ils disposeront de 14 jours en quarantaine hôtelière pour envisager leur participation à ce qui sera sans aucun doute les Jeux Olympiques les plus étranges enregistrés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *