Tous les yeux sont tournés vers la force de la star du football arabe alors que le compte à rebours de la Coupe du Monde de la FIFA au Qatar commence

Dubaï : Le 22 novembre, l’Arabie saoudite affrontera l’Argentine lors de son premier match de la Coupe du monde Qatar 2022. C’est-à-dire l’Argentin Lionel Messi. Les joueurs seront tentés de regarder le plus grand footballeur du monde avec respect (et non à sa place).

Alors qu’il affronte le double champion du monde Messi et que Messi reste un honneur, il est peu probable que l’entraîneur de la France saoudienne Hervé Renard laisse ses joueurs penser à autre chose qu’à obtenir un résultat au stade Lusail.

Pour l’Arabie saoudite, l’heure n’est pas au complexe d’infériorité.

La première Coupe du monde qui se tiendra sur le sol arabe verra quatre pays arabes égaler un record, comme en Russie 2018.

Le Qatar (hôte), l’Arabie Saoudite, le Maroc et la Tunisie seront autant culturels que sportifs.

Alors que des dizaines de milliers de supporters descendront à Doha du monde entier, le soutien aux équipes arabes ne se limitera pas à quelques drapeaux éparpillés dans les stades, comme c’était souvent le cas lors des tournois précédents.

Le Qatar abrite de grandes communautés arabes, dont beaucoup viennent de pays qui ne se sont pas qualifiés pour la Coupe du monde, mais on espère qu’il apportera son soutien à ses voisins participants, tandis que des milliers d’autres devraient faire le court trajet depuis. Pays voisins, ou légèrement plus longs que l’Afrique du Nord.

Les équipes arabes, peut-être pour la première fois lors d’une Coupe du monde, devraient être à l’honneur. Plus que jamais, les joueurs arabes ont un véritable pouvoir de star.

L’équipe du Qatar, championne d’Asie, est composée de joueurs qui se sont entraînés dès leur plus jeune âge pour participer à ce tournoi, progressant à travers l’Aspire Academy et les équipes des groupes d’âge pour atteindre l’objectif ultime.


Équipe nationale de football du Qatar. (Association qatarie de football via Twitter)

Les médias du monde, dont certains ne sont pas toujours de bonne foi, examineront probablement ses moindres gestes et performances comme jamais auparavant.

Dans le trio Al Hilal – Salman Al Faraj, Salem Al Dosari et Yasser Al Shahrani – l’Arabie saoudite comptera trois des meilleurs joueurs d’Asie, comme en témoignent les rôles de leader qu’ils ont joué lors des récentes victoires de leur club en Ligue des champions de l’AFC.

Pendant ce temps, le Maroc et la Tunisie ont depuis des années des équipes soutenues par des stars jouant dans certaines des principales ligues européennes qui peuvent être reconnues par les fans du monde entier.


Les joueurs de l’équipe nationale tunisienne posent pour une photo de groupe lors du match de football des quarts de finale de la Coupe arabe 2021 entre la Tunisie et Oman à Rayyan, le 10 décembre 2021 (AFP)

C’est loin de certaines des précédentes participations à la Coupe du monde des nations arabes, qui ont été à peine traitées avec une condescendance subtile par les critiques et les commentateurs.

READ  Les stations de radio françaises touchées par des grèves de financement coupent les craintes - date limite

Les joueurs émiratis qui ont participé à la Coupe du monde 1990 en Italie ont parlé du manque absolu de connaissances des journalistes étrangers aux EAU à cette époque.

Souvent aussi, les équipes elles-mêmes n’ont fourni aucun service, comme ce fut le cas au Koweït en 1982 et en Irak quatre ans plus tard. Sur le terrain comme en dehors, ces jours doivent remonter le temps.

Seules huit équipes arabes ont atteint la finale de la Coupe du monde depuis la tenue du premier tournoi en 1930 : l’Égypte, le Maroc, la Tunisie, l’Algérie, le Koweït, l’Irak, les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite.

Remarquablement, jusqu’à ce qu’elle affronte le pays hôte, l’Équateur, lors du match d’ouverture de Qatar 2022 le 20 novembre, l’Arabie saoudite reste le dernier participant arabe à la finale de la Coupe du monde. Aucune nouvelle équipe de la région n’a réussi à se qualifier depuis que les Green Falcons ont atteint la Coupe du monde 1994 aux États-Unis.


Les joueurs marocains s’alignent derrière leur drapeau national lors du match de quart de finale de la Coupe d’Afrique des Nations 2021 contre l’Égypte à Yaoundé, au Cameroun, le 30 janvier 2022. (AFP)

Cela signifie que le monde arabe a dû compter sur le même groupe de pays pour porter ses espoirs au cours des trois dernières décennies. L’Arabie saoudite a continué à jouer dans quatre autres tournois depuis ses débuts, tandis que le trio nord-africain du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie se qualifie régulièrement pour les finales de la CAF.

Ces quatre pays – malgré l’élimination brutale de l’Algérie – ne rêvent plus de se qualifier mais l’attendent.

Avec cela vient, ou devrait venir, la responsabilité de performer à un niveau toujours plus élevé – et de gagner. La nouveauté de côtoyer les meilleurs du monde ne suffit plus.

Lorsque l’Arabie saoudite affronte Messi et son équipe à la Coupe du monde, il n’est pas surprenant que les chances soient contre eux.

Mais encore une fois, ce fut également le cas le 29 juin 1994 au RFK Stadium de Washington, DC. Après avoir perdu contre les Pays-Bas et battu le Maroc, l’équipe saoudienne a disputé son dernier match de groupe contre la Belgique et a encore une chance d’avancer. aux huitièmes de finale de leur toute première Coupe du monde. La mauvaise nouvelle, c’est que c’était contre la grande équipe nationale belge.


Ahmed Madani tente d’arrêter l’attaquant suédois Kennet Anderson lors du match de football de la Coupe du monde le 3 juillet 1994 à Dallas, au Texas. (fichier AFP)

Ce qui s’est passé ensuite allait devenir l’un des plus grands moments sportifs du pays, et certainement le plus emblématique.

READ  Les Super Eagles pourraient affronter l'Algérie, le Sénégal et la Tunisie

À peine cinq minutes après le début du match, le numéro 10 saoudien Saeed Al-Owairan a reçu le ballon au plus profond de la moitié de terrain de son équipe et s’est lancé dans une course passionnante qui a gâché la défense belge, avant de tirer le ballon devant le gardien avancé Michel Priudhomme. .

Ce fut immédiatement l’un des buts les plus excitants de l’histoire de la Coupe du monde, à noter aux côtés de la course et de la fin de match légendaires de Diego Maradona contre l’Angleterre au Mexique en 1986 et du superbe effort individuel de Roberto Baggio contre l’Italie contre la Tchécoslovaquie en 1990.


Saïd Al-Owairan. (AFP)

Le moment fascinant d’Al-Owairan a suffi à assurer une célèbre victoire 1-0 pour l’Arabie saoudite et à se qualifier pour les huitièmes de finale, où après un vaillant effort dans la chaleur torride de midi à Dallas, ils ont perdu 3-1 contre les éventuels demi-finalistes Suède . .

Les choses n’iront jamais mieux pour l’Arabie saoudite en Coupe du monde, malgré quatre participations successives, dont la dernière remonte à quatre ans.

C’est quelque chose que Renard et ses joueurs cherchent à corriger au Qatar.


Les joueurs d’Arabie saoudite portent l’entraîneur français Hervé Renard pour célébrer après avoir battu l’Australie lors du match de football des éliminatoires asiatiques de la Coupe du monde de football 2022 à Djeddah le 29 mars 2022. (AFP)

Toutes les nations arabo-africaines ont également partagé des moments inoubliables lors de la Coupe du monde, même si ces moments se sont souvent terminés par un chagrin.

En 1978, sous la direction du légendaire entraîneur Abdelmajid Chetali et de l’incroyable talent du détenteur de la Gold Cup de la CONCACAF, Tarek Diab, la Tunisie a battu le Mexique 3-1 lors de ses débuts en Coupe du monde en Argentine.

C’était la toute première victoire d’un pays arabe en finale de la compétition.

Les Aigles de Carthage ont même réussi un match nul 0-0 avec l’Allemagne de l’Ouest, vainqueur de la Coupe du monde, mais la génération dorée tunisienne n’a pas réussi à se qualifier pour les quarts de finale.


Les joueurs de l’équipe nationale algérienne se préparent avant le début du match du groupe D de la Coupe arabe 2021 contre le Liban au stade Al Janoub d’Al Wakra, au Qatar, le 4 décembre 2021 (AFP)

Après quatre ans en Espagne, l’Algérie a livré l’un des plus grands chocs de la Coupe du monde en battant la puissante Allemagne de l’Ouest 2-1 à Gijon, un résultat qui a rendu tout plus doux que le manque de respect manifesté par les joueurs européens et l’entraîneur de l’Afrique. adversaires dans les jours précédant le match.

READ  Roland-Garros Finale 2021 : comment regarder le match Barbora Krejsikova contre Anastasia Pavlyuchenkova, temps en simple féminin, chaîne de télévision, diffusion en direct

Mais la participation de l’Algérie s’est terminée dans des circonstances controversées lorsque l’Allemagne de l’Ouest a battu l’Autriche (seulement) 1-0 dans le tristement célèbre match « Gijon », qui a assuré la qualification de ses voisins européens aux dépens de la nation arabe.

Les retombées du scandale ont conduit à l’exigence que les derniers matches de groupe commencent en même temps pour éviter toute collusion future. Ce n’était pas une consolation pour les guerriers du désert, qui rentraient pourtant chez eux en héros.

Mais on se demande comment un tel comportement de jeu flagrant peut être fait aujourd’hui avec une couverture médiatique impitoyable et une armée d’utilisateurs de médias sociaux attendant de bondir.

Ensuite, il y a eu la deuxième participation du Maroc à la finale de la Coupe du monde au Mexique, en 1986. On s’attendait à ce qu’il revienne tôt dans son pays natal après avoir été placé dans le « groupe de la mort » avec l’Angleterre, la Pologne et le Portugal, mais à la place, les Lions de l’Atlas ont pris d’assaut en tête du groupe avec une superbe victoire 3-1 contre le Portugal lors de leur dernier match.


Une vue générale du stade Lusail du Qatar lors de l’événement d’orientation des bénévoles pour la Coupe du monde 2022 au Qatar (Reuters/Mohammed Dabbous)

En huitièmes de finale, le Maroc a affronté les éventuels finalistes de l’Allemagne de l’Ouest, mais a succombé au vainqueur décédé via Lothar Matthaus. Une autre histoire d’une nation arabe qui est très proche, mais si loin.

Le poids de cette histoire peut être paralysant, mais le Quatuor arabe a une chance de changer le récit et de rendre ses fans fiers au Qatar.

Et que veulent ces fans ? Rien de plus que tout autre fan dans le monde voudrait : des buts, des victoires et un football dont nous devrions être fiers. Plus d’excuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.