Un agriculteur australien calcule le coût de la peste des rats après une sécheresse

L’agriculteur australien Norman Morris lève une bâche de protection couvrant sa précieuse récolte de céréales par une soirée froide – pour révéler une masse déchaînée de rongeurs.

Moeris fait partie des milliers d’agriculteurs de certaines régions de la Nouvelle-Galles du Sud, du Queensland et de Victoria qui sont aux prises avec une infestation de rats qui a détruit les récoltes, rongé le matériel et les appareils agricoles, provoqué des pannes de courant et envahi les supermarchés.

“Ces pilules ici, les souris les ont complètement foutues. (Nous allons) probablement creuser un trou et en enterrer une grande partie”, a déclaré Morris. “Il ne vaut pas la peine de nourrir le bétail s’il est tué.”

Pour Moeris et d’autres agriculteurs, le moment de la peste est déchirant, avec des pluies torrentielles ces derniers mois qui ont atténué la pire sécheresse du pays depuis des années.

Non seulement le temps humide a aidé à produire la plus grande récolte de céréales d’Australie, mais il a également fourni suffisamment de nourriture aux rats, ce qui a entraîné leur cycle de reproduction rapide.

Moeris cultive du blé, de l’orge, de l’avoine, des pois chiches et des haricots, et élève 900 moutons mérinos sur 2800 acres dans sa ferme près de Gilgandra, à 430 kilomètres au nord-ouest de Sydney.

L’homme de 65 ans a déclaré qu’il avait perdu 130 000 dollars de céréales à cause de la peste des rats, après avoir perdu environ 2 100 moutons au cours de la sécheresse de trois ans, et il ne pouvait pas faire grand-chose.

Malgré les appâts autour des pâturages et la mise en place de pièges et de seaux d’eau autour de la maison, les souris n’arrêtent pas de venir.

«C’est difficile, après une sécheresse, c’est le plus gros problème», a déclaré Moeris. “Nous nous sommes mis à genoux, nous nous sommes un peu relevés, et maintenant nous sommes de retour à genoux avec les souris.”

Le gouvernement de l’État de Nouvelle-Galles du Sud au début du mois a offert aux agriculteurs des appâts gratuits pour tuer les rongeurs, mais a jusqu’à présent résisté aux appels de certains pour autoriser l’utilisation de la bromadiolone, une toxine actuellement interdite en Australie. Certains agriculteurs et experts environnementaux ont mis en garde contre les conséquences imprévues de leur utilisation pour les animaux locaux.

Moeris n’a d’autre choix que de presser.

“Que faites-vous? Faites-le à nouveau au printemps prochain, et j’espère que tout cela vient à Dieu.” Nous le referons, les souris reviendront dans deux ans, et peut-être que nous le referons. C’est la vie australienne. “

(Cette histoire corrige la faute de frappe dans le paragraphe 2)

Nos critères: Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *