Un éducateur algérien fait face à des menaces de mort lors d’un procès pour outrage

Plus tôt cette année, l’islamiste Syed Jabalkir a été accusé de «se moquer de la religion et des rites de l’islam» après avoir interrogé certaines personnes. Hadiths – Les paroles du Prophète – et les rituels de l’Islam.

Les plaignants comprennent Bachir Boutzra Aberezak, professeur à l’Université District Leapes de CD Bel-Abes, et plusieurs autres avocats.

Ils prétendent être les écrits de Tajbelkir Hajj Pèlerinage, sacrifice d’animaux à l’Aïd et autres commentaires critiques “Attaque et ridicule des hadiths authentiques சுன்னா [the custom and practice] Prophète “.

Jabalgir, qui nie cela, dit qu’il a seulement mis en doute la validité de certains hadiths racontés au Prophète.

“J’ai été très surpris par ce procès intenté contre moi pour un certain nombre de raisons – parce que le plaignant est professeur d’université, il devrait me contacter et discuter de mes commentaires et publications avec moi”, a-t-il déclaré. Nouvel arabe.

«J’aurais bien accueilli sa conversation dans le format qu’il avait choisi à l’époque, mais son retour à la justice contre les opinions avec lesquelles il était en désaccord, même s’il était professeur d’université, m’a surpris et étonné», a ajouté Jabalkir.

Jabelkir, qui est considéré comme l’un des principaux experts du soufisme, a reçu des menaces de mort en attendant un verdict dans son cas.

Les commentaires de Jabalgir suivent le point de vue de penseurs musulmans de longue date, y compris l’écrivain maroco-suisse et envoyé de l’ONU auprès de l’Internationale humanitaire, Kesem El Kassali, qui a commenté les croyances et pratiques courantes de l’islam.

“L’approche de Jabalgir à certains des textes les plus complexes de la tradition islamique n’est pas différente de celle de certains érudits musulmans, tels qu’Averos ou Avicenne”, a déclaré El Qazali. Nouvel arabe.

Lire aussi: Un universitaire algérien est menacé de mort après avoir soutenu que les musulmans ne devraient pas jeûner

“Il fait partie de la longue lignée des penseurs musulmans qui ont été marginalisés et persécutés pendant des siècles à cause de la libre pensée. Il est dommage que la justice algérienne ait un rôle à jouer ici.”

READ  Le pare-brise Kia de la PGA pourrait jouer entre les mains de Mickelson

Jabalkir a été convoqué pour la première fois au tribunal le 25 février. Un plaignant dans l’affaire a déclaré au juge lors d’une deuxième audience en avril que les écrits controversés de Jabalkir lui avaient causé un préjudice psychologique. La journaliste Linda Abdu, qui a assisté à l’audience, a rapporté.

Jabalkir a fait part au juge de son point de vue selon lequel son but était “l’ijtihad” [interpretation] Pas le jihad ».

Un verdict a été reporté au 22 avril, mais les militants espèrent que les charges contre Jabalkir seront abandonnées avant ce stade.

“Nous exhortons vivement les autorités algériennes à retirer les charges retenues contre Syed Jabalkir pour blasphème, à abroger les lois existantes sur la diffamation et à garantir la liberté d’enseignement”, a déclaré El Kasali. Nouvel arabe.

Jabalkir risque jusqu’à trois à cinq ans de prison pour avoir enfreint l’article 144 du Code pénal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *