Un forgeron algérien utilise la ferraille dans l’art contemporain

Dans la ville algérienne de Sétif, une statue de cheval en or et noir se dresse sur un socle dans l’atelier de l’artiste algérien Walid Tribeche. Un regard approfondi sur la statue aide à révéler un étrange secret… cette œuvre d’art étonnante est entièrement faite de noix, de clous et de ferraille, selon Reuters.

Après deux décennies de travail comme forgeron, Tribeche a transformé son atelier en un atelier où il peut exprimer ses idées artistiques avec une touche magique. L’ancien forgeron utilise les ferrailles éliminées par les ateliers d’entretien automobile, les recycle et les utilise comme outils d’art contemporain pour fabriquer diverses formes d’œuvres d’art.

« J’ai commencé ma vie comme forgeron, mais avec le temps, le métal est devenu si cher que j’ai commencé à créer des œuvres d’art à partir de ferraille recyclée. Je recycle tous les types de déchets métalliques et les utilise dans mes créations artistiques, comme vous pouvez le voir », a-t-il déclaré.

« Je vis de ces œuvres et la fréquentation est bonne. D’abord, la demande était lente parce que c’est un type d’art peu familier, mais maintenant, les clients commandent mes œuvres pour décorer leurs maisons et leurs magasins. Les résultats sont satisfaisants car les gens aiment les pièces que je crée », a expliqué Tribeche. Il dit aussi qu’il rêve d’étendre son travail à l’étranger et de participer à des expositions internationales.

« C’est l’art contemporain qui aide à préserver l’environnement. Cela pourrait également aider à stimuler l’économie nationale en exportant ces œuvres d’art pour apporter des devises étrangères ou en participant à des expositions internationales », a-t-il ajouté. Comme presque toutes les industries, l’artisanat a été profondément touché par la pandémie, mais l’artiste algérien continue son travail, espérant des jours meilleurs.

READ  La reprise économique du Royaume-Uni pourrait être affectée par l'épidémie | Ville et affaires | la finance

« Tous les types d’artisanat ont été très durement touchés en Algérie pendant la pandémie. La participation est beaucoup plus faible et beaucoup de gens sont au chômage, mais nous devons continuer à travailler jusqu’à ce que la situation s’améliore », a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *