Un Français condamné à 8 ans de prison en Iran pour espionnage

Une photo non datée de Benjamin Brier, un touriste français emprisonné en Iran pour espionnage depuis le printemps 2020, qui a entamé une grève de la faim, a déclaré son avocate et sa sœur Blandine Brier dans un communiqué le lundi 27 décembre 2021. Blandine Brier/Report via Reuters

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

  • Un Français a été arrêté en mai 2020 après avoir piloté un hélicoptère dans le désert
  • Un tribunal iranien déclare Benjamin Brier coupable d’espionnage
  • Son avocat dit que le procès était une « farce ».
  • Brier en grève de la faim

PARIS (Reuters) – Un tribunal iranien a condamné mardi le ressortissant français Benjamin Brier à huit ans de prison pour espionnage, a déclaré son avocat basé à Paris, qualifiant le procès de canular à motivation politique et son client de « monnaie d’échange ». « .

Brier, 36 ans, est détenu en Iran depuis mai 2020, date à laquelle il a été arrêté après avoir piloté un hélicoptère – un petit hélicoptère télécommandé utilisé pour obtenir des images aériennes ou en mouvement – ​​dans le désert près de la frontière entre le Turkménistan et l’Iran. Lire la suite

La décision intervient à un moment sensible alors que les États-Unis et les parties européennes à l’accord sur le nucléaire iranien de 2015 tentent de rétablir l’accord que le président américain de l’époque, Donald Trump, a abandonné en 2018.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

« Il est inacceptable que Benjamin Brier reste l’otage des négociations d’un régime qui continue de vouloir détenir arbitrairement un citoyen français et de l’utiliser comme monnaie d’échange », a déclaré l’avocat Philippe Valent dans un communiqué.

READ  Des employés de Google et d'Amazon publient une lettre anonyme condamnant le contrat des entreprises avec Israël

La France est considérée comme beaucoup plus dure dans les négociations nucléaires avec l’Iran que certaines des autres parties à l’accord.

Valent a déclaré que Brier, qui a toujours nié tout acte répréhensible, a été condamné à huit mois de prison supplémentaires pour « propagande contre la République islamique ».

Saeed Dehghan, l’un de ses avocats iraniens, a déclaré que Breyer ferait appel du verdict. Il a déclaré que son client avait été choqué par le verdict, qui était plus sévère que prévu et comprend une accusation supplémentaire de coopération contre l’Iran avec des pays hostiles.

« Son jugement était basé sur une clause légale différente de la précédente… Il a été reconnu coupable de coopération avec des pays hostiles contre l’Iran et il a été condamné à une peine plus longue que son prédécesseur », a déclaré Dehghan.

grève de la faim

Brier est en grève de la faim depuis Noël.

« Benjamin Brier n’a clairement pas – et n’a jamais – bénéficié d’aucune forme de procès équitable devant des juges impartiaux », a déclaré Valent. « Cette décision est le résultat d’un processus purement politique. »

Il n’a pas été possible d’obtenir un commentaire de la justice iranienne. Le ministère français des Affaires étrangères a déclaré que la décision était « inacceptable », ajoutant qu’il était en contact régulier avec Brier.

La France a averti Téhéran dans le passé que la manière dont elle traite les cas de ressortissants français détenus en Iran pourrait gâcher les relations.

Valent a déclaré que la famille de Brier était préoccupée par son état physique et psychologique et il a exhorté les autorités françaises à intervenir.

READ  Une Hongkongaise de 90 ans a volé 33 millions de dollars dans une escroquerie téléphonique

Ces dernières années, le CGRI a arrêté des dizaines de binationaux et d’étrangers, la plupart pour espionnage et sécurité.

Des groupes de défense des droits ont accusé l’Iran d’essayer d’obtenir des concessions d’autres pays par de telles arrestations. Les puissances occidentales exigent depuis longtemps que Téhéran libère ses citoyens, qu’elles qualifient de prisonniers politiques.

Plus tôt ce mois-ci, l’Iran a réincarcéré l’universitaire franco-iranienne Fariba Adelkhah, qui a été condamnée à cinq ans de prison en 2020 mais a récemment vécu en résidence surveillée. La France a exigé la libération immédiate d’Adelkhah. Lire la suite

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

(Reportage de Sophie Lott, Tassilo Hamill et John Irish à Paris et Parisa Hafezi à Dubaï; Écriture par Ingrid Melander et Richard Love; Montage par Raisa Kasulowski et William McClean

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *