Un groupe de surveillance a déclaré que les forces de sécurité birmanes avaient tué plus de 80 manifestants

Des manifestants avant un affrontement avec les forces de sécurité à Taz, dans le district de Sagaing, au Myanmar, le 7 avril 2021, sur cette photo obtenue par Reuters.

Reuters

Un groupe de surveillance affilié à l’Association pour l’assistance aux prisonniers politiques et aux médias locaux a déclaré que les forces de sécurité du Myanmar avaient tiré des grenades sur des manifestants dans une ville près de Yangon vendredi, tuant plus de 80 personnes.

Les détails du bilan des morts dans la ville de Paju, à 90 kilomètres (55 miles) au nord-est de Yangon, n’étaient pas disponibles au départ car les forces de sécurité avaient rassemblé les corps dans le complexe du temple de Ziyarat Muni et bouclé la zone, selon des témoins oculaires et des médias locaux. . .

L’APN et la Myanmar Now News Foundation ont déclaré samedi que 82 personnes avaient été tuées lors du coup d’État militaire du 1er février dans le pays. Myanmar Now a déclaré que la fusillade avait commencé avant l’aube vendredi et s’était poursuivie dans l’après-midi.

“C’est comme un génocide”, a déclaré un organisateur de la manifestation, Yi Hutut, cité par les médias. “Ils tirent toutes les ombres.”

De nombreux citadins ont fui, selon des comptes rendus sur les réseaux sociaux.

Un porte-parole de la junte birmane n’a pas pu être joint samedi.

L’association, qui tient un décompte quotidien des manifestants tués et arrêtés par les forces de sécurité, a déclaré plus tôt que 618 personnes avaient été tuées depuis le coup d’État.

Le numéro a été remis en question par l’armée, affirmant qu’il avait organisé le coup d’État parce que les élections remportées par le parti d’Aung San Suu Kyi en novembre dernier avaient été truquées. La Commission électorale a rejeté cette affirmation.

READ  Lula da Silva, ancien président brésilien, critique les dirigeants mondiaux sur la réponse à la pandémie

Le porte-parole du conseil militaire, le général de division Zhao Min Tun, a déclaré vendredi lors d’une conférence de presse dans la capitale Naypyitaw que l’armée avait enregistré 248 morts parmi les civils et 16 morts dans la police, et a déclaré que les forces de sécurité n’avaient pas utilisé d’armes automatiques.

Une coalition d’armées ethniques au Myanmar, opposée à la répression de la junte, a attaqué samedi un poste de police dans l’est du pays, tuant au moins 10 policiers, ont indiqué les médias locaux.

Les médias ont rapporté que le poste de police de Nongmun, dans l’État de Shan, a été attaqué tôt ce matin par des combattants d’une coalition qui comprend l’armée d’Arakan, l’Armée de libération nationale Tang et l’Armée nationale de l’Alliance démocratique au Myanmar.

Au moins 10 policiers ont été tués, a déclaré Shan News, tandis que Shwe Mayi News a rapporté que le bilan était de 14 morts.

Les dirigeants militaires du Myanmar ont déclaré vendredi que les manifestations contre son régime diminuaient parce que les gens voulaient la paix et qu’il organiserait des élections dans deux ans.

Vendredi, les législateurs évincés du Myanmar ont exhorté le Conseil de sécurité de l’ONU à prendre des mesures contre l’armée.

“Notre peuple est prêt à payer n’importe quel prix pour restaurer ses droits et sa liberté”, a déclaré Zain Mar Aung, qui a été nommé ministre des Affaires étrangères par intérim auprès d’un groupe de législateurs déchus. Et elle a exhorté les membres du conseil à exercer une pression directe et indirecte sur le conseil militaire.

READ  L'auteur de Madness of Crowds: The New York City Teacher a sifflé à l'endoctrinement de l'école

«Le Myanmar est au bord de la faillite et de l’effondrement de l’État», a déclaré Richard Horsey, conseiller principal du Myanmar auprès de l’International Crisis Group, lors de la réunion informelle de l’ONU, la première discussion publique du Conseil sur le Myanmar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *