Un journaliste algérien affirme avoir été expulsé de son pays sans explication

Un journaliste algérien dénonce son expulsion du pays après son arrivée en provenance de France et son interdiction de quitter l'aéroport le week-end dernier.

Alilat a déclaré qu'il prenait régulièrement des vols de Paris à Alger pour faire des reportages sur l'Algérie, journaliste bien connu depuis des années pour son travail dans les quotidiens francophones dont Liberté, qui ont fermé leurs portes en 2022 en raison de problèmes financiers et de conflits. Le gouvernement et la compagnie pétrolière nationale algérienne sont tous deux d'importants annonceurs des journaux du pays.

Dans un long article qu'il a écrit comme s'il faisait un reportage sur son exil, Alilat a affirmé que des policiers présents sur le tarmac d'Alger lui avaient dit qu'ils agissaient sur ordre « d'en haut ».

Il a déclaré avoir été interrogé sur ses voyages, sur les personnes qu'il avait rencontrées et sur Jean Afrique, qui, selon les responsables algériens, favorisait leur voisin et rival régional, le Maroc.

« Je comprends parfaitement que mes articles puissent provoquer des irritations. Je suis journaliste indépendant. En tant que journaliste libre et indépendant, je couvre l'actualité de mon pays », a écrit Alilat, ajoutant qu'aucune explication verbale ou écrite n'a été donnée pour son expulsion.

READ  Macron discute des règles de contenu de Twitter lors d'une réunion avec Musk

Il a écrit qu'il n'avait jamais entendu parler de problèmes de la part des forces de l'ordre ou des tribunaux algériens concernant ses articles, y compris un voyage de reportage en décembre 2023.

L'éviction d'Alilam a été rapportée par certains médias algériens et certains responsables politiques l'ont commentée. L'ancien ministre de la Communication, Abdelaziz Rahabi, l'a qualifié de « nouvelle mesure de l'époque qui ne sert ni le peuple ni le gouvernement ».

« Personne ne peut être arbitrairement privé du droit d'entrer dans son propre pays », a-t-il écrit sur Facebook.

Cet épisode est le dernier en date de la répression menée par le gouvernement algérien contre les journalistes, avec des journalistes de premier plan emprisonnés pour avoir utilisé des fonds étrangers pour financer des journalistes et perturbé l'ordre public.

Cependant, le gouvernement a recommencé à accorder des accréditations aux journalistes qui lancent de nouveaux médias ou programmes télévisés et a adopté l'année dernière une loi prévoyant de nouvelles protections pour les journalistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *