Un journaliste algérien condamné à huit mois de prison

Le tribunal de Tamanrasset (sud de l’Algérie) a condamné le journaliste algérien Rabah Kariche, incarcéré depuis la mi-avril dernier, à un an de prison, dont huit mois, par le tribunal de Tamanrasset (sud de l’Algérie), le journal French Liberty, pour lequel il travaille. , annoncé.

“Le reporter de Liberty à Tamanrasset a été condamné à un an de prison, dont huit mois et quatre mois avec sursis. Rabah Karish passera encore quatre mois en prison”, a déclaré le journal privé Liberty sur son site Internet.

Le journaliste a été inculpé d’« avoir délibérément publié de fausses informations qui porteraient atteinte à l’ordre public ».

Il a également été accusé d’avoir “créé un compte en ligne dédié à la diffusion d’informations susceptibles d’attiser la division et la haine dans la société” et de “porter atteinte à la sécurité et à l’unité nationales”.

Le 5 août, le parquet a requis contre lui une peine de trois ans de prison et une lourde amende.

Une réforme du code pénal adoptée l’année dernière criminalise désormais la diffusion de “fausses informations” qui “portent atteinte à l’ordre public”.

La nouvelle loi, critiquée par les militants de la liberté de la presse, prévoit un à trois ans de prison pour les fonctionnaires, et deux pour les délinquants.

Rabah Karish a été inculpé et emprisonné le 19 avril après avoir publié un récit de la protestation des Touaregs, la minorité berbère locale.

C’était un professionnel expérimenté et respecté avec une longue histoire à Tamanrasset, et il a mentionné que les habitants historiques de la région condamnaient la « confiscation de leurs terres » lors d’un nouveau découpage territorial.

READ  Les ventes au détail ont chuté en juillet, soulignant la reprise économique volatile

Les Touaregs de l’extrême sud algérien dénoncent régulièrement leur marginalisation économique et sociale au sein d’un État très centralisé.

L’arrestation de M. Kariche a suscité un tollé parmi ses collègues en Algérie et à l’étranger, et les avocats se sont mis en colère après que le président algérien Abdelmadjid Tebboune ait qualifié le journaliste de “brûleur” dans une interview à l’hebdomadaire français Le Point.

Ses avocats ont dénoncé “une violation de la présomption d’innocence” et “tentative d’influencer la justice”.

Lors des plaidoiries, la défense a demandé l’abandon de toutes les charges et la libération du journaliste.

Dans un communiqué, Amnesty International a qualifié cette condamnation de « nouveau coup porté à la liberté de la presse en Algérie ».

« Aucun journaliste ne devrait être emprisonné simplement pour avoir fait son travail », a déclaré Amnesty, ajoutant que « Rabah Karish doit être libéré immédiatement et sa condamnation injuste et sa peine annulées.

Selon le Comité pour la protection des journalistes basé à New York, « le seul crime de M. Karishi était de faire son travail de journaliste. Les autorités ne devraient pas le forcer à passer un seul jour en prison pour son travail.

Le CPJ a également appelé à la libération « immédiate et inconditionnelle » du journaliste de Liberty, et a exhorté les autorités à autoriser les journalistes en Algérie à « couvrir l’actualité sans crainte d’emprisonnement ».

L’Algérie se classe 146 (sur 180) au classement de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF) pour 2021, comme elle l’était en 2020. Mais le pays a perdu 27 places depuis 2015.

READ  Les économistes mettent en garde contre la nécessité de prendre des mesures drastiques pour aider l'économie algérienne à se redresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *