Un parlementaire suisse s’inquiète des fermetures d’églises en Algérie

30/03/2021 Suisse (International Christian Concern) – Le conseiller national suisse Erik Nussbaum a appelé le Conseil fédéral suisse à aborder la fermeture des églises protestantes en Algérie, que beaucoup considèrent comme une violation de la liberté religieuse algérienne. Nuspamer a cité la fermeture continue de 17 églises protestantes qui ont été scellées depuis novembre 2017 comme preuve de la violation systématique par le gouvernement de la liberté religieuse des chrétiens algériens.

L’appel de Nussbaum au Conseil fédéral intervient au milieu d’une série de réponses internationales aux préoccupations de liberté religieuse en Algérie. Le mois dernier, l’ONU. Le Conseil des droits de l’homme a annoncé dans une lettre au gouvernement algérien l’année dernière qu’il cherchait plus d’informations à la suite de la fermeture des églises par le gouvernement à travers le pays.

L’année dernière, l’International Christian Concern (ICC) a envoyé une lettre similaire au président algérien Abdelmadjit Debén par 21 organisations partageant les mêmes idées, lui demandant de résoudre les fermetures d’églises en cours. Deb வு n, qui est arrivé au pouvoir en décembre 2019 avec des plans de réforme, est resté silencieux sur les fermetures malgré la réouverture de centaines de mosquées à travers le pays.

Dans son rapport annuel 2020, la Commission américaine sur la liberté de religion internationale a classé l’Algérie comme un chien de garde spécial pour les pays où la liberté de religion est de plus en plus menacée. En plus de la question de la fermeture continue des églises protestantes à travers le pays, le gouvernement algérien est connu pour faire appliquer les lois anti-chrétiennes sur la calomnie.

READ  Le sélectionneur algérien Jamel Belmadi a déclaré que Nice déconseille aux joueurs africains de rejoindre les équipes nationales

Alors que le gouvernement algérien n’a pas encore résolu la question de la liberté religieuse, la condamnation de la communauté internationale, comme le conseiller suisse Nuspamer, contribuera à accroître la pression sur le gouvernement algérien pour qu’il défende la liberté religieuse dans le pays. La CPI continuera de surveiller le statut des églises algériennes et de soulever ces questions auprès des décideurs politiques aux États-Unis.

Pour des interviews, veuillez contacter Alison Garcia à: [email protected]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *