Un tribunal américain autorise la vente des actifs des théoriciens du complot mais préserve leurs entreprises

Alex Jones est largement décrit comme un bénéficiaire de la désinformation. Photo : Olivier DOULIERY / AFP
Source : Agence France-Presse

Un juge américain a accepté vendredi de liquider les avoirs personnels du théoricien du complot Alex Jones, ouvrant ainsi la voie au paiement d’une partie des près de 1,5 milliard de dollars de dommages et intérêts qu’il doit aux familles dont les proches ont été tués dans une fusillade dans une école.

Mais un juge des faillites de Houston a épargné à Jones la liquidation par la société mère de son site d’extrême droite InfoWars – connu depuis longtemps pour diffuser de la désinformation – dans un sursis qui lui permettrait de rester en activité.

L’agitateur en série a été condamné à payer des dommages et intérêts parce qu’il a qualifié la fusillade de masse de 2012 à l’école primaire de Sandy Hook dans le Connecticut – qui a fait 20 morts parmi les élèves de première année et six adultes – de « canular ».

Mais Jones a ensuite déclaré faillite personnelle dans son État d’origine, le Texas, en 2022, affirmant que son passif dépassait de loin ses propres actifs, qui, selon les derniers documents judiciaires, valaient environ 9 millions de dollars.

Lire aussi

La Chine attend avec impatience son plan économique alors que la morosité règne

Free Speech Systems, la société mère d’InfoWars basée au Texas, a également déposé son bilan.

Un juge a autorisé vendredi Jones à transformer son dossier de faillite personnelle en liquidation directe, ce qui n’entraînerait qu’une petite partie de l’indemnisation accordée aux familles des victimes.

La décision signifie que de nombreux biens personnels de Jones – y compris un ranch texan d’une valeur d’environ 2,8 millions de dollars – seront vendus pour aider à rembourser la dette. Certains actifs, comme sa maison dans la région d’Austin, seraient exemptés de liquidation judiciaire.

Jones aurait perdu le contrôle de l’empire commercial rentable d’InfoWars si le tribunal avait ordonné la liquidation de la société mère.

Avant la décision, Jones avait averti son large public de droite que son entreprise était sur le point de fermer ses portes.

Lire aussi

Musk affirme que les actionnaires de Tesla votent « avec une large marge » sur son programme de rémunération

Plus tôt vendredi, un titre sur son site Internet disait : « C’est peut-être la dernière diffusion d’Infowars ! Ne manquez pas ça ! »

Mais après la décision du juge, InfoWars a salué la « victoire incroyable » du site devant le tribunal, lui permettant de « rester en activité ».

« Nous devons célébrer le fait que nous ne sommes pas encore morts », a déclaré Jones.

Un bénéficiaire de la désinformation

Il n’y a pas eu de réaction immédiate de la part des familles des victimes de la fusillade de l’école de Sandy Hook.

Jones, largement décrit comme un profiteur de la désinformation, semble avoir fait fortune en intégrant avec succès des théories du complot dans les produits et suppléments de sa boutique InfoWars.

Le site Web faisait la promotion de suppléments de vitalité masculine et de boosters de testostérone, tout en affirmant que le gouvernement féminisait les hommes ou les rendait homosexuels en utilisant des polluants chimiques.

READ  Yale commence à retirer le nom de Sackler du campus au milieu de l'indignation des opioïdes | Actualités économiques et commerciales

Il a affirmé que son public pourrait survivre à divers scénarios apocalyptiques en utilisant d’autres produits que son magasin pouvait fournir : de la nourriture stockable, des gilets pare-balles et même des composants d’armes faits maison.

Lire aussi

L’Islande accorde un permis de chasse à la baleine pour la saison 2024

Dans son dernier message sur X, anciennement Twitter, Jones a exhorté ses 2,3 millions de followers à soutenir un autre site Web : Dr. Jones’ Naturals – qui propose des produits similaires disponibles sur InfoWars.

Les experts en désinformation affirment que ce commerce lucratif met en évidence l’incitation financière des créateurs de contenu à diffuser du matériel conspirateur susceptible de devenir viral.

Les experts estiment que cela illustre le défi que représente la lutte contre la désinformation en ligne, où les contenus faux et incendiaires se propagent souvent plus rapidement et génèrent plus d’engagement – ​​et plus de revenus – que la vérité.

Les citoyens américains et les groupes pro-démocratie utilisent désormais de plus en plus les poursuites en diffamation comme outil pour demander des comptes aux diffuseurs de désinformation.

Les familles dont les proches ont été tués dans la fusillade dans le Connecticut disent avoir été harcelées et menacées pendant des années par les fans de Jones, des inconnus se présentant chez elles pour les confronter et lancer des injures en ligne.

Certains ont même déclaré avoir reçu des viols et des menaces de mort.

Source : Agence France-Presse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *