Une décennie et 1,2 milliard de dollars plus tard, la NASA révèle son butin Bennu : 121 grammes

Agrandir / Une vue de huit échantillons contenant le matériau final de l'astéroïde Bennu.

NASA/Erika Blumenfeld et Joseph Aebersold

Après des années de spéculation, la NASA Enfin révélé Jeudi, le total de l'échantillon d'astéroïde revenu de Bennu sur Terre l'automne dernier était de 4,29 onces (121,6 grammes).

Pour mettre ce chiffre en perspective, la masse totale est d'un peu plus d'une demi-tasse de sucre ou d'une boîte de 100 trombones. C'est à peu près la même masse qu'un petit avocat, et vous ne pouvez même pas l'étaler sur du pain grillé.

Il s’agit donc, en un sens, d’un très petit échantillon. Surtout quand on considère jusqu’où la NASA et ses partenaires sont allés pour le récupérer. Le Goddard Space Flight Center de l'agence spatiale a travaillé avec l'Université de l'Arizona et Lockheed Martin pour construire le vaisseau spatial OSIRIS-REx pour 800 millions de dollars. Il a été lancé en septembre 2016 sur une fusée Atlas V, pour un coût supplémentaire de 183,5 millions de dollars. Lors de son passage à travers le système solaire interne et de son retour, la NASA a dépensé 200 millions de dollars supplémentaires en opérations de mission.

Une boîte de thon

Au total, la NASA a investi 1,2 milliard de dollars, et la majeure partie d’une décennie, pour récupérer une quantité de poussière d’astéroïde qui pourrait tenir — confortablement — dans une petite boîte de thon.

Mais comme le dit le proverbe, les bonnes choses arrivent en petits paquets. Bien que l’échantillon soit petit, il est 20 fois plus grand que la quantité de matière astéroïde précédemment renvoyée sur Terre par deux missions japonaises de retour d’échantillons. Ça va aller un peu long Alors que les scientifiques étudient les matières organiques et autres matériaux trouvés dans cette poussière d’astéroïde, ils trouvent des indices divins sur l’origine de la vie et les conditions qui existaient à l’aube de notre système solaire. Vous n'avez pas besoin de beaucoup de matériaux pour obtenir un résultat utile avec un microscope électronique.

READ  La capsule Orion de la NASA commence de nouveaux tests de gouttes d'eau

De plus, la récupération des échantillons était deux fois supérieure au minimum requis pour la mission, soit 60 grammes. Par conséquent, OSIRIS-REx peut désormais être catégoriquement classé comme un succès sans réserve.

attendre son heure

La communauté scientifique a dû attendre plus longtemps que prévu pour connaître la quantité de matière OSIRIS-REx revenue sur Terre. Alors que les ingénieurs et techniciens du Johnson Space Center de Houston s'efforçaient d'ouvrir le conteneur d'échantillons en octobre dernier, ils se sont heurtés à un accroc dû à deux attaches tenaces. Ce n’est qu’après l’invention de nouveaux outils que le conteneur d’échantillons a finalement été ouvert pour révéler le petit trésor en janvier.

Dans les semaines à venir, certains documents de Bennu seront conditionnés et distribués aux chercheurs pour étude. Dans le cadre de la mission OSIRIS-REx, un groupe de plus de 200 scientifiques du monde entier exploreront les propriétés du régolithe, notamment des chercheurs de plusieurs institutions américaines, de l'Agence japonaise d'exploration aérospatiale et de l'Agence spatiale canadienne.

Cependant, la NASA a l'intention de réserver environ 70 % du matériel pour des études futures.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *