Vers une bourse d’engagement politique, par Pierre Bourdieu (Le Monde Diplomatique

Thomas Cole, “Un paysage romantique avec une tour brisée.”

TOday Il est important, sinon nécessaire, qu’un certain nombre de chercheurs indépendants rejoignent les mouvements sociaux, car nous sommes confrontés à la politique de la mondialisation. (J’utilise le terme «politique de mondialisation» intentionnellement, et non le terme «mondialisation», qui implique un processus naturel). La production et la publication de cette politique sont en grande partie gardées confidentielles. Il faut beaucoup de travail de recherche juste pour le découvrir avant de le mettre en œuvre. Plus tard, cette politique a des conséquences que, grâce aux ressources en sciences sociales, nous pouvons prédire, mais à court terme, elles restent invisibles pour la plupart des gens. Une autre caractéristique de cette politique est qu’elle a été en partie élaborée par des universitaires. La question est de savoir si ceux qui, grâce à leurs connaissances scientifiques, sont capables de prévoir les conséquences mortelles de cette politique peuvent et doivent garder le silence – ou si cela ne constitue pas une sorte d’échec pour aider les personnes en danger. Si la planète est vraiment en danger, ceux qui pensent déjà la savoir ne devraient-ils pas éviter les réserves que les scientifiques ont traditionnellement placées sur eux-mêmes?

Dans l’esprit de la plupart des gens instruits, en particulier dans les sciences sociales, il existe une dichotomie entre eux Bourse Et le engagement (1) Ce que je considère comme fatal – parmi ceux qui se consacrent au travail scientifique, il est conduit selon des méthodes acquises avec un public d’autres universitaires à l’esprit, et ceux qui prennent position et prennent leurs connaissances vers l’extérieur Cette opposition est artificielle, et en fait , vous devez être un chercheur indépendant qui travaille dans les règles de la bourse Pour pouvoir produire des connaissances politiques, c’est-à-dire, Bourse Avec engagement (2). Pour être un véritable chercheur associé politique, et légitimement engagé politiquement, vous devez adhérer à vos connaissances. Et ces connaissances ne s’acquièrent que par un travail scientifique, qui se fait selon les règles de la communauté académique.

Si la planète est vraiment en danger, ceux qui pensent déjà la connaître ne devraient-ils pas éviter les réserves que les scientifiques ont traditionnellement placées sur eux-mêmes?

En d’autres termes, il faut se débarrasser d’un certain nombre de dualités auxquelles on s’accroche et dont le seul rôle est de leur permettre d’échapper à la responsabilité, comme un scientifique s’enfermant dans son signe d’ivoire. La dichotomie entre science et engagement donne au chercheur un confort moral car il a l’approbation de la communauté scientifique. C’est comme si les scientifiques pensaient être doublement sages parce qu’ils ne faisaient rien de leur science. Mais quand il s’agit de biologistes, cette attitude peut être criminelle. Et c’est aussi dangereux pour les criminologues. Cette réserve et cette fuite vers la pureté ont des conséquences sociales très graves. Des gens comme moi, qui sont payés par l’État pour faire des recherches, devraient-ils conserver soigneusement les résultats de leurs recherches pour leurs collègues? Il est très essentiel de présenter d’abord ce que l’on pense être une découverte pour un examen par les pairs, mais pourquoi réservons-nous les connaissances et l’observation collectivement acquises à des collègues?

Il me semble que le monde d’aujourd’hui n’a pas le choix: s’il est convaincu qu’il y a un lien entre la politique néolibérale et la délinquance et la criminalité et toutes les preuves de ce que Durkheim pourrait appeler une anomalie, comment pourrait-il ne pas dire cela? Loin de lui en vouloir, nous devons le féliciter. (Peut-être que je défends ma position …)

Maintenant, que fait ce scientifique dans un mouvement social? Premièrement, il ne distribue pas de leçons – comme certains intellectuels organiques (3) Ceux qui ne peuvent pas commercialiser leurs produits sur le marché scientifique hautement concurrentiel ont recours à faire jouer les éduqués parmi les non éduqués, tout en niant l’existence de l’intellectuel lui-même. Le scientifique n’est ni un prophète ni un expert en pensée. Il doit inventer un nouveau rôle très difficile: il doit écouter, chercher et créer; Il devrait essayer d’aider les organisations qui ont pris la tâche de résister à la politique néolibérale – de plus en plus tiède, et malheureusement, y compris les syndicats. Il doit assumer la tâche de les aider en leur fournissant des outils, notamment contre l’influence symbolique des «experts» engagés par les grandes multinationales. Vous devez appeler un chat un chat. Par exemple, la politique éducative actuelle est déterminée par l’UNICE (Confédération des associations industrielles et patronales d’Europe), l’Institut transatlantique, etc., il suffit de rendre compte des services de l’OMC pour connaître les politiques éducatives. Dans cinq ans. Le ministère de l’Éducation ne fait que faire écho à ces directives, qui ont été élaborées par des législateurs, des sociologues et des économistes, et qui, une fois introduites sous une forme juridique raisonnable, sont mises en circulation.

C’est comme si les scientifiques pensaient être doublement sages parce qu’ils ne faisaient rien de leur science.

Les universitaires peuvent aussi faire quelque chose de plus nouveau et de plus difficile: ils peuvent atténuer les conditions organisationnelles nécessaires pour produire une intention collective de créer un projet politique, et deuxièmement, les conditions organisationnelles pour réussir à inventer un tel projet politique; Ce qui sera bien sûr un projet de groupe. Après tout, l’Assemblée constituante de 1789 et le Conseil d’État de Pennsylvanie étaient composés de gens comme vous et moi, qui avaient une formation juridique et avaient lu Montesquieu, qui a réussi à inventer nos structures démocratiques. Aujourd’hui, il faut inventer les choses de la même manière. Évidemment, les gens pourraient dire: “Il y a des parlements, une confédération syndicale européenne, toutes sortes d’institutions qui sont censées faire cela”. Je n’introduirai pas cela ici, mais il est clair qu’il faut en conclure que ce n’est pas le cas. Par conséquent, des conditions favorables doivent être créées pour cette invention. Les obstacles à cette invention doivent être levés, et ces obstacles proviennent en partie des mouvements sociaux chargés de les éliminer – en particulier les syndicats.

Pourquoi être optimiste? Je pense que nous pouvons dire que nous avons une chance raisonnable de succès, et maintenant nous sommes dans ce moment Kairos Le bon moment. Lorsque nous avons eu cette conversation vers 1995, aucun de nous n’était entendu et nous étions tous traités comme des fous. Ceux qui, comme Cassandra, ont rapporté des catastrophes ont été ridiculisés, humiliés et agressés par des journalistes. Moins que ça aujourd’hui. Pourquoi? Parce que des progrès ont été accomplis. Nous avons eu un Seattle (4) Et toute une série de protestations. Les conséquences de la politique néolibérale – auxquelles nous nous attendions justement – sont visibles. Et maintenant, les gens comprennent … même le journaliste le plus têtu sait qu’une entreprise qui ne fait pas 15% de bénéfices commencera à licencier ses employés. Les pires prédictions des prophètes de malheur, qui sont simplement plus informés que d’autres, se réalisent. Pas un instant trop tôt. Mais il n’est pas trop tard non plus. Ce n’est que le début et les catastrophes en sont encore à leurs balbutiements. Il est encore temps de bouleverser les gouvernements sociaux-démocrates que les intellectuels adorent, surtout lorsqu’ils en reçoivent divers avantages sociaux.

À mon avis, le mouvement social européen n’a aucune chance d’être efficace s’il ne réunit trois composantes: les syndicats, les mouvements sociaux et les scientifiques – pour autant qu’ils soient bien entendu complémentaires, et non simplement contigus. Hier, je disais aux syndicalistes qu’il y a une différence profonde entre les mouvements sociaux et les syndicats dans tous les pays européens en ce qui concerne à la fois le contenu et les formes de travail. Les mouvements sociaux ont créé des objectifs politiques que les syndicats ont abandonnés, oubliés ou supprimés. Par ailleurs, les mouvements sociaux ont également contribué à des formes de travail peu à peu oubliées, ignorées ou supprimées par les syndicats. En particulier, en ce qui concerne les formes d’action personnelle: les actions des mouvements sociaux vivent ou meurent pour leur efficacité symbolique, qui dépend en partie de l’engagement personnel des manifestants, un engagement personnel qui est aussi un engagement matériel.

L’universitaire n’est ni un prophète ni un expert intellectuel. Il doit inventer un nouveau rôle très difficile: il doit écouter, chercher et créer.

Nous devons prendre le risque. Cela ne veut pas dire marcher, bras dessus bras dessous, comme le font traditionnellement les unionistes le 1er mai. Cela signifie des actions, des métiers, etc., qui demandent à la fois de l’imagination et du courage. Mais je dis aussi: «Attention à la« phobie syndicale ». Il y a une logique pour les syndicats qu’il faut comprendre. Pourquoi est-ce que je dis aux syndicalistes ce que pensent les mouvements sociaux et vice versa? Parce que seulement si chaque groupe se considère comme de l’autre il pourra surmonter les divisions qui affaiblissent Alliances déjà faibles Le mouvement de résistance contre la politique néolibérale est très faible partout dans le monde et a été affaibli par ses divisions internes: c’est un moteur qui gaspille 80% de son énergie en tant que chaleur, sous forme de tensions, frictions, conflits, etc. plus vite et plus.

Il existe plusieurs types d’obstacles à la création d’un mouvement social européen unifié. Par exemple, il existe des obstacles linguistiques importants dans la communication entre les syndicats ou les mouvements sociaux – les présidents et les dirigeants parlent des langues étrangères, et les syndicalistes et les militants le sont beaucoup moins. Pour cette raison, l’internationalisation des mouvements sociaux ou des syndicats est devenue très difficile. Ensuite, il y a les obstacles liés aux habitudes, aux modes de pensée et à la solidité des structures sociales et syndicales. Quel est le rôle des scientifiques à cet égard? Qui fonctionnent autour Invention collective de structures d’invention collective Cela donnerait naissance à un nouveau mouvement social, c’est-à-dire à de nouveaux contenus, de nouveaux objectifs et de nouvelles formes d’action internationales.

Traduit par Lucy Elvin en 2021.

READ  Live Bob Marley, actualités du divertissement et top stories

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *