72% des économistes s’attendent à une récession d’ici le milieu de l’année prochaine

72 % des économistes interrogés par la National Association for Business Economics s’attendent à ce que la prochaine récession aux États-Unis commence au milieu de l’année prochaine, si ce n’est déjà fait.

Ce résultat lamentable comprend près d’un sur cinq (19%) qui affirment que l’économie est déjà en récession, telle que définie par le National Bureau of Economic Research (NBER). 20 % des prévisionnistes ne s’attendent pas à ce que la récession commence avant le second semestre de l’année prochaine.

« Les résultats de l’enquête reflètent de nombreuses opinions partagées parmi les orateurs », a déclaré le président de la NABE, David Altige, dans un communiqué. « Cela en soi suggère qu’il y a moins de clarté que d’habitude sur les perspectives. »

L’enquête semestrielle, menée entre le 1er août et le 9 août, a montré les réponses de 198 membres NABE.

Le mois dernier, le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a affirmé lors d’une conférence de presse qu’il existait encore un moyen de contrôler l’inflation sans déclencher de déflation. Cependant, même Powell reconnaît que cette voie est devenue plus étroite car la Réserve fédérale a dû recourir à des augmentations drastiques des taux d’intérêt pour endiguer l’inflation.

Près de trois prévisionnistes sur quatre (73%) dans un sondage NABE se disent pas du tout ou pas très confiants dans la capacité de la Fed à ramener l’inflation à son objectif de 2% sans provoquer de récession au cours des deux prochaines années. Seuls 13% des économistes se disent confiants ou très confiants dans la capacité de la Fed à accomplir cet exploit.

READ  L'Égypte appelle à une réponse accrue aux défis de la sécurité alimentaire dans les pays en développement

Pendant ce temps, la loi sur la réduction de l’inflation, qui était en discussion au Sénat lors de la réalisation de cette enquête, a reçu un large soutien des économistes de l’enquête NABE.

Plus des trois quarts des membres du comité (76%) ont déclaré soutenir l’objectif de réduction du déficit de 300 milliards de dollars de la législation, que le président Joe Biden a promulguée la semaine dernière. Il y a également eu un soutien notable pour l’impôt minimum sur les sociétés de 15 % (69 % des économistes favorables), les subventions aux soins de santé et la réforme de la tarification des médicaments (68 % favorables), les subventions liées au changement climatique, ainsi que les remises et les investissements (63 % favorables).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.