Agnes Chow, militante pro-démocratie de Hong Kong, renonce à sa caution et s’installe au Canada

HONG KONG (AP) — L’une des militantes pro-démocratie les plus connues de Hong Kong, qui a déménagé au Canada pour poursuivre ses études, a déclaré qu’elle ne reviendrait pas dans la ville pour remplir ses conditions de libération sous caution, devenant ainsi la dernière politicienne à fuir Hong Kong sous la règle de droit. La répression des dissidents par Pékin.

Agnès ChowIl était un jeune visage populaire du mouvement pro-démocratie autrefois dynamique de la ville. Il a été arrêté en 2020 En vertu d’une loi sur la sécurité nationale imposée par Pékin et promulguée à la suite des manifestations antigouvernementales de 2019. Elle a été libérée sous caution mais a également passé plus de six mois en prison dans une affaire distincte liée à son rôle dans les manifestations.

Après Chow Kan Il est sorti de prison En 2021, dans cette affaire, elle a dû se présenter régulièrement à la police. Elle a déclaré dimanche soir dans une publication sur Instagram que la pression lui avait causé des « maladies mentales » et avait influencé sa décision de ne pas retourner en ville.

Beaucoup de ses pairs ont été emprisonnés, arrêtés, contraints à l’exil ou réduits au silence suite à la mise en œuvre de la loi sur la sécurité en 2020.

La répression du mouvement pro-démocratie dans la ville montre que les libertés promises à l’ancienne colonie britannique lors de son retour à la Chine en 1997 ont été considérablement érodées. Mais Pékin et Hong Kong ont salué la loi sur la sécurité comme apportant la stabilité à la ville chinoise semi-autonome.

READ  Des dizaines de morts dans un terrible accident de train en Egypte

Zhao a déclaré qu’en juillet, les autorités lui avaient proposé de lui restituer son passeport pour poursuivre ses études au Canada, à condition qu’elle voyage avec eux en Chine continentale. Elle a déclaré qu’elle était d’accord et que son voyage en août comprenait une visite d’une exposition sur les réalisations de la Chine et du siège du géant de la technologie Tencent. Les autorités lui ont ensuite restitué son passeport.

Après avoir examiné la situation à Hong Kong ainsi que sa sécurité et sa santé, Chow a déclaré qu’elle « ne reviendrait probablement pas » dans la ville.

« Je ne veux pas être obligée de faire des choses que je ne veux plus faire et être obligée de retourner à nouveau en Chine continentale. Si cela continue, mon corps et mon esprit s’effondreront même si je suis en sécurité », a-t-elle écrit.

Zhao a déclaré lundi dans une interview diffusée sur TV Tokyo qu’elle réfléchissait toujours à ses prochaines étapes, y compris la possibilité de demander l’asile au Canada. Lorsqu’on lui a demandé si elle y serait active politiquement, elle a répondu qu’elle voulait faire quelque chose pour Hong Kong.

La police de Hong Kong a condamné lundi « fermement » la décision de Chow, sans la nommer, affirmant qu’elle « va à l’encontre et défie l’état de droit ».

« La police exhorte la femme à revenir immédiatement avant qu’il ne soit trop tard et à ne pas choisir la voie du non-retour. « Sinon, elle portera le stigmate d’une fugue pour le reste de sa vie », a déclaré la police dans un communiqué.

La police n’a pas répondu aux questions de l’Associated Press concernant le voyage de Zhao en Chine continentale.

READ  Près de 70 médecins des soins intensifs d'un hôpital espagnol ont été testés positifs pour Covid après une fête de Noël

Chow est devenu célèbre avec d’autres jeunes militants de premier plan Joshua Wong et Nathan Law en tant que leader étudiant pour leur activisme dans les années 2000, y compris lors des manifestations en faveur de la démocratie de 2014.

Elle a cofondé le parti pro-démocratie Demosisto, aujourd’hui disparu, avec Wong et Lu, mais le parti Résolu Le 30 juin 2020, jour même de la promulgation de la loi sur la sécurité.

Wong est maintenant en détention et fait face à une accusation de vandalisme qui pourrait entraîner la prison à vie s’il est reconnu coupable. Low s’est enfui en Grande-Bretagne et la police a offert en juillet une récompense d’un million de dollars de Hong Kong (127 600 dollars) pour toute information conduisant à son arrestation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *