L’Algérie légifère pour protéger la liberté des médias. D’autres sont dans des livres utilisés pour emprisonner les journalistes

ALGER, Algérie (AP) — Le Conseil national algérien a adopté une nouvelle loi sur les médias que les responsables ont saluée comme une victoire majeure pour les journalistes du pays alors que les préoccupations en matière de liberté de la presse ont tourmenté le premier mandat du président Abdelmadjid Deboun.

La nouvelle loi abroge la loi nationale sur le « délit de presse » et inclut de nouvelles garanties pour garantir que les journalistes ne risquent pas d’être arrêtés ou emprisonnés pour avoir fait leur travail. Cependant, deux journalistes éminents restent derrière les barreaux et les lois utilisées par les autorités pour poursuivre les journalistes – notamment l’interdiction du financement étranger des médias – restent en vigueur.

Cependant, l’auteur de la loi, le ministre algérien de la Communication Mohamed Lagab, l’a qualifiée de « meilleure loi de l’histoire de l’Algérie indépendante en matière de secteur de la presse ». Il a dit que c’était un ordre du président Debon.

De nombreux journalistes ont salué l’adoption de mardi comme une avancée majeure. Certains ont répondu avec plus de prudence.

Ahmad Kessana, journaliste à la retraite et militant politique chevronné, a déclaré qu’il saluait la loi. Mais après des années d’emprisonnement de journalistes, dont Khaled Trareni et Ihsaneh El Ghady, Debon se demande pourquoi l’administration a décidé de franchir le pas maintenant.

«Je ne pense pas qu’il s’agisse d’une croyance en des personnes au pouvoir qui ne croient fondamentalement pas à la liberté de la presse. A l’approche de l’élection présidentielle, ils doivent soigner leur image », a déclaré Kessana.

READ  AB Zondagh exhorte la France à se concentrer sur les conflits dans six pays

La refonte du secteur du journalisme algérien autrefois dynamique, aujourd’hui en plein essor, intervient un an avant les campagnes de réélection de Debon.

Les deux cas évoqués par Khezzana ont suscité une condamnation internationale de l’Algérie.

Drareni, ancien rédacteur en chef du Caspa Tribune et reporter à la chaîne française TV5 Monde, a été arrêté et emprisonné en 2020 pour incitation à la manifestation et atteinte à l’unité nationale. Il Plus tard gracié Il travaille désormais pour Reporters sans frontières (RSF) en tant que représentant pour l’Afrique du Nord. El Ghadi, propriétaire d’une société de médias qui supervisait les sites d’information Maghreb Emergent et Radio M Radio, aujourd’hui fermés, est toujours en prison pour des accusations similaires d’atteinte à la sécurité de l’État et de financement étranger pour ses médias.

L’avocate d’El Ghadi, Fetta Sadat, a déclaré à l’Associated Press qu’elle pensait que la nouvelle loi n’aurait probablement pas d’effet sur son client. Il a été condamné à sept ans de prison en avril.

Tout au long du mandat de Tebboune, Liberté, le plus grand journal francophone du pays, a été fermé, à l’exception des journalistes qui ont été condamnés à des peines de prison. De nombreux sites d’information sont également hors ligne et d’autres sont inaccessibles dans tout le pays sans VPN.

L’abrogation de la loi algérienne sur le « délit de presse » est débattue au Parlement depuis plus d’une décennie. Cette loi a été inscrite pour la première fois dans la loi nationale en 2011, mais a été suspendue car le pays a continué à l’utiliser pour poursuivre en justice les journalistes qui critiquaient le gouvernement, notamment lors des manifestations du Hirak en 2019 qui ont conduit à l’éviction de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika.

READ  Les carnets de vaccination seront annulés à partir du 14 mars

La loi a servi de prétexte pour emprisonner plusieurs journalistes, dont El Ghadi Mustafa BenzamaRédacteur en chef du quotidien Le Provençal.

La nouvelle loi entrera en vigueur dès sa publication au Journal officiel du pays, date à laquelle les tribunaux ne statueront plus sur ce que les journalistes peuvent écrire. Plus tard, les organismes professionnels du journalisme – le Conseil d’éthique et de conduite, l’Autorité de régulation de la presse écrite et l’Autorité de régulation de l’audiovisuel – réglementeront le secteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *