Agréable Mois du Reggae « Jam in France » à l'Ambassade de France | divertissement

Les pionniers du reggae parlent depuis longtemps de l'accueil chaleureux qu'ils reçoivent en France, capitale européenne de la culture, lorsqu'ils s'y produisent, et comme pour le répéter, le tapis rouge a été déroulé jeudi dernier dans la section française ici en Jamaïque, où le L'Ambassade de France a lancé… Session de reggae bruyante.

Par un savant jeu de mots, l’Ambassade de France a accueilli « Jam in France ». Un concert de reggae à l'occasion du Mois du Reggae et en collaboration avec le Ministère de la Culture, du Genre, du Spectacle et des Sports, présenté par le chanteur de reggae français David Cayrol et ses amis. Et si Cayrol figure parmi les meilleurs groupes de reggae français, alors l'ambassadeur de France en Jamaïque, Olivier Guyonvarch, compte certainement parmi les plus grands fans de reggae.

Lors de sa réception, Guyonfarsh a parlé de son bonheur d'accueillir Jam en France. « La Jamaïque est riche du cadeau que cette merveilleuse nation a fait au monde, à savoir la musique reggae. Tout le monde connaît la Jamaïque et aime la Jamaïque à cause de la musique reggae. Dans toute diplomatie, lorsque les délégués jamaïcains prennent la parole, les autres délégués écoutent… parce que c'est la Jamaïque. Oui, mec. » « Le reggae parle au monde et à travers le reggae, la Jamaïque a un message universel à transmettre au monde : un message de paix, d'amour, d'unité et un message de libération de l'esclavage mental », a déclaré Guyonvarsh, y compris des citations de Marley dans son discours.

Mais ce ne sont pas tous les honneurs. À la fin de son discours, il s'est transformé en un véritable yadhi lorsqu'il a sorti son chapeau rasta et l'a placé fermement sur sa tête, se balançant au rythme du reggae. Plus tard au cours de la séance, le dernier yaadie a montré ses pas de danse aux côtés de la ministre de la Culture, du Genre, du Divertissement et du Sport, Olivia Grange, et toutes deux ont ensuite conclu un accord pour organiser à nouveau la cérémonie l'année prochaine.

READ  Jean-Baptiste chante pour Macron au premier dîner d'État de Biden

Dans une interview après le concert, Guyonvarsh est entré dans les détails.

« Je suis un fan de musique reggae », a-t-il déclaré. « Je dois admettre que je ne connais pas vraiment le reggae, mais j'aime la bonne musique et il n'est pas nécessaire d'être un spécialiste pour aimer la musique, surtout le reggae, car c'est une musique qui parle droit au cœur. Le reggae, c'est un peu le reggae. » comme une rivière… une source dans la montagne…  » Entrez simplement dans l'eau et laissez l'eau vous emmener vers les belles mers de la Jamaïque. C'est ce que je ressens lorsque j'écoute de la musique reggae et surtout ce soir quand il y a tant d'artistes et de légendes. Je suis très heureux et fier que la France puisse participer au Mois du Reggae. »

Guyonvarch a qualifié David Cayrol de « le plus jamaïcain des joueurs de reggae français » et il a eu raison. Visiteur fréquent en Jamaïque au fil des années, Cairol a développé une merveilleuse relation de travail avec des chanteurs et instrumentistes jamaïcains, ainsi qu'avec des étudiants de langue française. Parmi eux se trouvaient ceux qui l'accompagnaient jeudi lors du lancement de son album. Verset.

Des musiciens célèbres de Dizzy Jones sont apparus comme groupe d'accompagnement et les performances comprenaient Bongo Herman, Midi Sun et Tichay, ainsi qu'un groupe d'étudiants français du St George's College. Les jeunes font partie d'un programme dirigé par Caerol dans des écoles jamaïcaines pour les étudiants de langue française et jumelé avec un projet similaire en France pour les étudiants de langue anglaise. Les deux groupes se sont rencontrés en ligne et ont écrit une chanson intitulée Gardiens de la FlammeLequel a été enregistré en anglais et en français. Les jeunes garçons de St George's ont fait leurs débuts sous de grands applaudissements.

READ  La France pleure "l'Immortel" Belmondo, rendra hommage à mon pays jeudi

Sur scène avec eux chantant et souriant fièrement en tant que parent se trouvait Caerol, qui a dit que c'était extraordinaire, et son publiciste jamaïcain, Jackie Knight Campbell, a fait écho à ses sentiments.

« Je me sens heureux, fier et privilégié d'être ici en Jamaïque pendant le Mois du Reggae et de présenter la troisième édition de l'échange musical de notre école 'JAM in French' avec le St George's College », a déclaré Cayrol.

Avant que Cayrol ne prenne le devant de la scène et n'épate la foule avec des sélections de son album, le groupe montant MediSun, dirigé par Rasheed Hammond, a montré exactement pourquoi il avait été choisi pour cet événement, en interprétant des chansons originales, Je te ramène à la maison Et 1 appel. Tout comme il l'a fait à Intimate le jour du Nouvel An, MediSun a eu un impact positif et a établi un lien étroit avec le public.

Avec une voix deux fois plus grande et plus grande, Tishay Makeda, résidente du sud de Londres, était radieuse alors qu'elle avançait avec passion et délivrait son message de liberté et de spiritualité.

Lorsque Bongo Herman se produit ce soir, jeudi n'était pas différent. En tant qu'homme qui a vécu les tenants et les aboutissants de Studio One, il a fourni un aperçu historique et démontré les outils créatifs utilisés pour créer cette musique appelée reggae.

Les rideaux sont tombés lorsque MediSun, Teshai, Carlene Davis, Tony Rebel et Naomi Cowan ont rejoint Caerol sur scène pour le Dennis Brown Show. révolution. Le maître de cérémonie était Tommy Cowan.

READ  Composer de la musique dans les cinq quartiers

[email protected]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *