Algérie. Cesser d’utiliser de fausses accusations de terrorisme pour poursuivre les militants de la paix et les journalistes

Amnesty International rapporte que les autorités algériennes poursuivent des journalistes, des défenseurs des droits humains et des militants politiques, et qualifient les deux organisations politiques de « terroristes ».

En juin, les autorités ont modifié la définition du « terrorisme » pour permettre la poursuite des militants silencieux et des voix critiques. Journalistes Hassan Bauras Et Mohammed Mallodge Le dernier est soumis à cette nouvelle tendance dangereuse. Les deux font face à des poursuites potentielles pour leurs publications en ligne pour avoir critiqué des responsables et pour avoir collaboré avec le groupe antipolitique non enregistré Rasad et le Mouvement pour l’autodétermination (MAK) de Kapil. Ils ont été inculpés d’infractions liées au terrorisme, dont l’article 87B, qui définit le terrorisme comme tout acte contraire à « la sécurité du territoire, l’intégrité du territoire, la stabilité et le fonctionnement normal des institutions de l’État ».

Le directeur adjoint d’Amnesty International pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, Amnesty International, a déclaré : « Les autorités algériennes ont intensifié leurs tactiques pour réprimer la dissidence pacifique en utilisant des allégations de terrorisme pour réduire au silence les militants de la paix et les journalistes.

Amnesty International exhorte les autorités algériennes à libérer immédiatement Hassan Bouras et Mohamed Malouj et à abandonner ces allégations sans fondement à leur encontre.

En mai, le Haut Conseil de sécurité algérien a nommé deux organisations organisations « terroristes ». Depuis

En juin, les autorités ont élargi la définition du terrorisme à l’article 87bis du Code pénal pour « chercher à obtenir le pouvoir de manière inconstitutionnelle ou à changer de régime ».

READ  La vente des vignobles de Ponzi au champagne français Bollinger envoie des ondes de choc à travers la vallée de Willamette

Le 6 septembre, Hassan Basras a été arrêté par la police à El Bayat, à l’ouest de l’Algérie, et le 12 septembre, Mohammed Maloud a été arrêté à Alger. La police a confisqué leurs téléphones et ordinateurs. Les juges de première instance du tribunal CD Mohammed ont ordonné sa détention provisoire les 12 et 14 septembre dans l’attente d’accusations telles que “diffusion de fausses nouvelles”, “atteinte à la sécurité nationale” et “acte de terrorisme”. Peine de mort en cas de condamnation.

À Alger, un juge poursuivant les crimes électroniques a interrogé Bauras, affirmant qu’il avait des liens avec Rasad, et a examiné son profil Facebook. Amnesty International a examiné plusieurs de ses publications sur Facebook publiées ces dernières semaines et a déclaré qu’il n’y avait rien de violent ou de haineux. Au lieu de cela, Pras Ross a souvent utilisé Facebook pour commenter les derniers développements en Algérie, notamment la crise de l’oxygène due à l’augmentation des cas du gouvernement-19 et l’Oxygen Djamel Benzmail, qui a été tué par une foule lors d’un incendie à Kaboul le 11 août. .

Selon son épouse, Mohamed Moulz a été interpellé devant le siège du journal Liberté à Alger. La police l’a transféré au poste de Gendermary dans la ville orientale de DC Oso et l’a arrêté il y a deux jours. Gendermary l’a produit devant le tribunal CD Mohammed à Alger, où un juge a examiné son profil sur les réseaux sociaux et ordonné sa détention provisoire. Après avoir demandé une interview au MAK et à son leader Farhat Mehny en janvier 2021, ils l’ont accusé d’avoir des liens avec elle, même si cela ne s’est pas produit.

READ  « Vous n'êtes pas paranoïaques » : le Mexique au cœur du scandale des logiciels espions

Passé en revue les messages et commentaires les plus récents d’Amnesty International sur les événements récents dans la région de la Kabbale.

“Rien ne dit que ni Hassan Bauras ni Mohammad Maloudj n’ont fait quoi que ce soit de mal à part exercer leur droit à la liberté d’expression. Il est clair que les autorités utilisent honteusement la loi antiterroriste comme un stratagème pour apaiser la dissidence”, a déclaré Amna Kuyallali. .

Les deux journalistes attendent maintenant leurs enquêtes. Bauras a été emprisonné à Golia, près d’Alger, mais à des centaines de kilomètres de sa famille. Maloud est détenu à la prison d’El Haraz à Alger.

Fond

Hassan Bouras, journaliste, militant politique et membre du Défenseur algérien des droits humains, a condamné la corruption du gouvernement dans sa ville natale d’El Bayat. Il a été condamné en novembre 2016 à un an de prison pour avoir condamné la corruption d’agents de sécurité.

Mohamed Malhotge, journaliste à Liberde, un journal national, est l’un des rares journaux indépendants restants en Algérie en 2012. Raba Karese a été arrêté en avril et est le deuxième journaliste de Liberty à être détenu pour des accusations non fondées après avoir purgé un an de prison. En août, il a été suspendu pendant quatre mois pour ses articles sur la lutte de Duarex à Damanruset, dans le sud de l’Algérie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *