Algérie : le plan d’action du gouvernement pose les bases d’un nouveau modèle économique indépendant de la rente pétrolière

ALGER – Le plan d’action du gouvernement présenté mardi par le Premier ministre et ministre des Finances Ayman Ben Abdel Rahman devant l’Assemblée nationale (l’Assemblée nationale) tend à jeter les bases d’une économie diversifiée fondée sur la richesse et la création d’emplois” à partir de la rente pétrolière.

Le gouvernement pose de nouvelles bases pour la reprise économique grâce à de profondes réformes des systèmes financier et bancaire. Le Premier ministre a indiqué que le modèle économique actuel comprend une révision des mécanismes et des conditions d’octroi de crédit loin des pratiques de favoritisme qui prévalaient dans le passé.

A ce titre, le Premier ministre a évoqué l’identification des terres industrielles, agricoles et touristiques pillées ou inexploitées afin de les remettre à de véritables investisseurs.

Voir aussi : Parlement : le Premier ministre présente le plan d’action du gouvernement

À cet égard, bin Abdul Rahman a souligné la nécessité d’éliminer l’économie parallèle et de construire une économie basée sur la connaissance, en soutenant les petits projets et les entreprises émergentes.

Dans le cadre de la promotion du développement durable et de l’exploitation rationnelle des richesses dans le contexte du changement climatique, le Premier ministre a évoqué la rationalisation de l’utilisation des ressources en eau, d’autant plus que la capacité de production annuelle d’eau devrait bondir de 10 milliards de mètres cubes. à 12 milliards de mètres cubes. m 3.

Par ailleurs, il a souligné l’importance de relancer et de promouvoir les grands investissements en « réduisant le coût élevé des services logistiques qui entravent la concurrence et en mettant en place de nouvelles plateformes logistiques en fonction des spécificités de chaque région ».

READ  Perte consécutive des exportations américaines de GNL

Concernant l’agriculture, le Premier ministre a affirmé que les capacités de production et de stockage seront augmentées pour atteindre l’autosuffisance afin de réduire la facture des importations qui grève le budget public.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *