Algérie. Les États-Unis condamnent les graves atteintes aux droits humains et la répression

Le département d’État américain a réitéré sa condamnation des graves violations des droits de l’homme commises par des critiques, des militants pro-démocratie, des journalistes et le grand public en 2021 par des responsables algériens.

Dans son rapport annuel sur la situation mondiale des droits de l’homme, le Département d’État a condamné les arrestations et détentions arbitraires de prisonniers politiques, citant des informations crédibles faisant état de tortures, de traitements inhumains de membres algériens et d’humiliations de membres des forces de sécurité.

Le rapport a également condamné l’arrestation injuste de journalistes, l’utilisation des lois pénales sur la diffamation pour bloquer la censure gouvernementale et les sites Web, ainsi que les restrictions strictes imposées par les autorités algériennes à la liberté d’expression et aux médias.

Le document a condamné le manque d’indépendance judiciaire et l’ingérence substantielle dans la liberté de réunion pacifique et d’association, y compris l’imposition de restrictions excessives à l’organisation, au financement ou au fonctionnement du HIRC, des ONG et des organisations de la société civile.

Il a condamné l’ingérence illégale dans la vie privée des services de sécurité algériens dans la surveillance électronique de divers citoyens, notamment des opposants politiques, des journalistes et des groupes de défense des droits de l’homme.

La déclaration du Département d’État a condamné le traitement inhumain et la déportation illégale des réfugiés africains. Des ONG de l’autre côté de la frontière affirment que les autorités algériennes ont expulsé de force des milliers de migrants subsahariens.

Le document a également condamné les restrictions strictes à la liberté religieuse, la non-enquête et la responsabilité pour les violences sexistes contre les femmes algériennes et le travail des enfants.

READ  Galeries Lafayette 11 magasins en France - WWD

Au cours de l’année écoulée, les autorités algériennes ont constamment utilisé les lois antiterroristes et les couvre-feux pour restreindre la liberté d’expression et de réunion publique afin de détenir des militants politiques et des critiques virulents du gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.