Algérie : les partis des Frères musulmans se présentent aux élections

Les partisans du mouvement politique algérien Al-Bina organisent un rassemblement électoral dans la capitale, Alger, le 5 juin 2021, avant les élections générales du 12 juin.
Crédit image : AFP

Abu Dhabi : La course à la majorité aux élections législatives algériennes de samedi s’intensifie entre les deux partis des Frères musulmans.

Une partie soutient l’équipe arrivée au pouvoir après le président s’excuse Bouteflika, la seconde est dans l’opposition et a eu des ministres dans plusieurs gouvernements depuis les années 1990.

Lors de la campagne électorale de l’Assemblée, qui s’achève mardi, le chef du Mouvement pour la construction nationale, Abdelkader bin Kuraina, a publié une déclaration disant : « Le référendum au sein du parti nous a donné l’avantage dans les élections.

Lors de rassemblements auxquels ont assisté un grand nombre de partisans du parti et d’islamistes politiques, il a insisté pour que son parti « fasse couler la nouvelle Assemblée populaire nationale (première chambre parlementaire) ». Mais il a insisté sur le fait qu’il était un “moine” en menant le gouvernement hors des élections.

L’ancien ministre Ben Ghurina a expliqué samedi lors d’une cérémonie électorale dans la capitale : « L’objectif du mouvement après les élections du 12 juin est de former un gouvernement de coalition auquel participeront toutes les forces sincères, intégrant ainsi les aspirations du peuple algérien. “

Bin Curina a déclaré : « Il veut un comité gouvernemental qui exclura diverses forces politiques et élites nationales dans le cadre d’une nouvelle approche, établissant un gouvernement politique pour au moins cinq ans, qui mettra en œuvre un programme de redressement national qui aidera le pays. faire face à la crise multiforme. “

Dans une interview accordée au journal français Le Point jeudi dernier, le président algérien Abdelmadzi Deboun a déclaré que “l’islam politique n’est pas un obstacle au développement de pays comme la Tunisie, la Turquie ou l’Egypte”. Un tel modèle d’islam politique ne me dérange pas car il ne s’élève pas au-dessus des lois républicaines strictement appliquées. “

Nasser Hamadoch, un dirigeant clé de la Société pour la paix, a déclaré à Asharq al-Awsat : « Chaque parti se respecte, connaît sa taille, réalise ses points forts, veut gagner son élection, surtout quand il y a une tendance générale à respecter la volonté de l’électorat. “

Il a ajouté : « Il est vrai qu’aucun parti politique ne peut avoir la majorité absolue, et nous sommes déterminés à prendre les devants avec une forte coalition parlementaire et la direction d’un gouvernement d’union nationale évoluant vers un consensus national. En coordination et en coopération avec le Président de la République.

READ  Issa Mandi : Villarreal identifié comme défenseur algérien après la sortie du Real Betis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *