Algérie : libérer les membres de la minorité religieuse ahmadie

Les autorités algériennes doivent être libérées immédiatement et sans condition, et toutes les charges retenues contre elles doivent être abandonnées.

Les autorités devraient abandonner toutes les charges retenues contre les 21 autres membres actuellement membres du panel en attendant l’enquête.

Le 6 juin 2022, le premier tribunal de Béjaïa a inculpé 24 personnes identifiées comme membres de la secte ahmadie de « participation à un groupe non reconnu » et de « diffamation de l’islam ». 2 fois du code pénal algérien. Le juge a ordonné la garde immédiate des trois membres et a libéré les autres en attendant leur procès. Le 8 juin, leur avocat a fait appel du verdict.

« Les autorités algériennes ont l’obligation légale de respecter, protéger, promouvoir et faire respecter le droit à la liberté religieuse pour tous dans le pays, y compris ceux de différentes confessions », a déclaré la directrice adjointe Amna Kuellali.

« Les autorités algériennes doivent libérer immédiatement et sans condition les trois détenus et abandonner toutes les charges retenues contre eux et les 21 membres de la religion ahmadie de la paix et de la lumière. »

Redouane Foufa, coordinateur d’un groupe de religieux à Béjaïa, a déclaré à Amnesty International avant son arrestation que les autorités algériennes harcelaient le groupe à Béjaïa depuis avril 2022. Ils les ont interrogés sur leurs croyances religieuses et ont confisqué leurs passeports et téléphones. Et les ordinateurs portables le 2 avril. Ils ont rendu leurs passeports le 7 juin, mais ils ont conservé leurs appareils électroniques.

Le 5 juin, la police de Pékin a détenu 24 membres du groupe pendant 13 heures. Les adultes ont été interrogés et leur photo et leurs empreintes digitales ont été prises.

READ  L'as de l'UDT Paul Pogba a marqué le transfert de la Juventus après la victoire de la France

Selon Nadia Saliba, membre du groupe et épouse du prisonnier Gretin Ahman, un responsable a déclaré qu’ils étaient des traîtres à l’islam et inéligibles au droit d’être citoyens. Les membres du groupe ont été informés qu’ils seraient traduits en justice le lendemain matin et que leurs enfants seraient interdits de fréquenter les écoles algériennes jusqu’à l’année prochaine.

Le 6 juin, un groupe de 24 personnes a passé 14 heures au tribunal – Redouan Foufa, le coordinateur du mouvement à Bejaya, et deux membres, Gretin Ahman et le shérif Mohammed Ali – ont été inculpés et envoyés à la prison White Gir de Beijaya. .

La religion ahmadie de la paix et de la lumière a été fondée en 1993. Il suit les enseignements de l’Imam Mahdi et croit en l’Imam Ahmad al-Hassan comme son guide divin. L’Algérie compte actuellement environ 70 membres.

Il est scandaleux qu’un groupe de personnes se retrouve derrière les barreaux au nom de leurs croyances ou de leurs convictions.

Amna Guellali, Amnesty International

Selon Hadil El Ghouli, porte-parole de la religion ahmadie Paix et Lumière, les membres du groupe à Bejaya ont été interrogés par la police dix fois au total au cours des trois derniers mois.

Avant son arrestation, Redouane Foufa a déclaré dans une interview à Amnesty International qu’une trentaine de soldats avaient déjà fouillé la maison qu’il partageait avec les membres de l’équipe et saisi des documents tels que des cartes d’identité et des passeports, des téléphones et des ordinateurs portables.

Yusra Besai, un autre membre du groupe religieux minoritaire, a déclaré à Amnesty International : « Nous vivions en paix dans notre propre maison. Nous n’essayons jamais d’apporter nos croyances à l’extérieur. Ce sont eux qui viennent nous voir et violent notre vie privée et nos droits.

READ  Un couple français remporte une bataille juridique contre le syndrome des éoliennes | La France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.