Amendements ministériels aux forces militaires et de sécurité algériennes

Mardi, la présidence algérienne a mis fin au service du directeur général de la sécurité nationale, Khalifa Al-Ounissi.

Il a été remplacé par Farid Zainuddin bin al-Sheikh, un membre éminent de l’agence et un expert en analyse médico-légale et en contre-terrorisme.

La présidence de la République n’a pas révélé la raison du licenciement d’Al-Onisi, qui avait été nommé à son poste en 2020.

Il était connu pour s’opposer au mouvement de protestation anti-gouvernemental Hirak. Des centaines de manifestants ont été arrêtés pendant son mandat et le recours à la force contre des rassemblements a été autorisé à plusieurs reprises sur ordre direct de l’armée.

Un jour plus tôt, le chef d’état-major Saeed Chengriha Muhammad Salah Benbishah avait nommé le secrétaire général par intérim du ministère de la Défense, succédant à Abdelhamid Grace.

Le département de la Défense n’a pas révélé la raison du licenciement de Grace.

Shangriha a appelé les membres du ministère lors de la cérémonie de nomination à Bebecha à redoubler d’efforts pour «servir l’Algérie et protéger ses intérêts suprêmes».

Les changements ont eu lieu moins d’un mois après le retour du mouvement dans la rue après une interruption de près d’un an en raison de la pandémie de coronavirus. Les manifestations ont repris avec vigueur alors que le pays se prépare pour les élections législatives du 12 juin.

Les observateurs s’attendent à ce que les militants de la société civile balaient les urnes et expulsent les fidèles du régime.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *