Anna van der Bregen à la retraite, devenant directrice sportive et f-Rouleur

Lorsqu’Anna van der Bregen a pris sa retraite du Peloton professionnel en 2021, elle l’a fait comme l’un des plus grands jockeys de sa génération. Sept victoires consécutives à La Flèche Wallonne, quatre titres généraux au Giro Rosa, trois maillots arc-en-ciel, deux Liège-Bastogne-Lièges et un Tour des Flandres, le tout avant d’en arriver aux courses d’un jour et au titre olympique.

Avant d’apparaître sur Rouleur Live, Richard Abraham a parlé à la femme de 31 ans de sa retraite, de sa carrière de directrice sportive, de l’avenir du cyclisme féminin et des raisons pour lesquelles elle commence tout juste à se constituer une garde-robe de souvenirs.

Rolior : D’abord, c’est le début, mais comment se passe la retraite ? Avez-vous déjà frappé à la maison?

Anna van der Bregen : Pas encore, le trou noir n’existe pas encore !

R : Dans le cadre de votre transition vers la direction sportive, vous étiez dans la voiture d’équipe du premier Paris-Roubaix féminin, plutôt que dans la course. Comment s’est passée cette expérience ?

R : C’était spécial. Et c’était très normal. Vers la fin de cette saison, je courais et je travaillais du côté de la direction. À mon avis, le travail commence vraiment l’année prochaine, mais vous ne pouvez pas faire cette transition d’un seul coup. Tu as besoin de temps pour voir comment Danny [Stam, SDWorx manager] Il fait des choses, pour en expérimenter le plus possible. Des courses comme Roubaix sont en tête d’affiche pour conduire dans des courses effrénées.photo: Alex Broadway / SWpix

R : Étiez-vous autorisé à prendre le volant ?

R : Non ! J’ai conduit la voiture sur l’une des étapes du Tour féminin de la CEMAC [in August] Parce qu’il était près de chez moi et que j’étais invité à la course pour faire une présentation sur ma retraite. J’ai pensé, pourquoi ne pas monter dans la voiture ! C’était une course tranquille qui s’est terminée par un sprint rapide, et la plupart du temps sur de grandes routes, donc la première course était vraiment bonne pour apprendre à conduire en convoi derrière la course. Je n’avais pas le droit de conduire à Roubaix… et je ne le voulais pas. Il faut être un bon automobiliste à Roubaix, c’est devenu vraiment frénétique.

R : C’est vrai, on a vu une vidéo virale d’un AG2r-Citroën tournant un virage et se retrouvant dans un fossé.

A : Si je conduisais, ce serait moi !

R : Comment avez-vous trouvé la transition vers le fait de ne pas être un athlète professionnel ?

R : Je pense que oui volonté Je me sens étrange. Mais généralement, lorsque la saison est terminée, vous avez un mois ou plus pour manger les choses que vous aimez, pour vous détendre, pas pour vous entraîner, et c’est la même chose maintenant. Je pense que ce sera différent quand tous les pilotes recommenceront à s’entraîner, quand les choses reviendront à la normale et que les courses recommenceront.

Thèmes connexes : Anna van der Bregen – La fin d’une carrière senior

R : C’est un peu comme un soulagement au début des vacances scolaires d’été, mais arrive janvier et les camps d’entraînement…

R : Je me sens à l’aise de pouvoir encore rouler presque tous les jours, mais je n’ai plus besoin de le faire. Je peux rouler avec l’équipe au camp d’entraînement quand je veux. Peut-être que la partie étrange est lorsque les pilotes font le plein et que je ne peux plus le faire, je sais que j’en étais capable. C’est peut-être étrange, mais je dois encore l’essayer.photo: Alex Broadway / SWpix

R : Beaucoup de coureurs à la retraite ont besoin d’une pause lorsqu’ils arrêtent de rouler, mais il semble que vous n’en ayez pas encore assez ?

A : Je n’abandonne pas parce que je n’aime plus rouler ; En fin de compte, j’aime faire du vélo mais sans le stress de devoir le faire, j’ai besoin de m’entraîner, et j’ai besoin d’être bon dans la première course. C’est tellement relaxant de faire du vélo comme je ne l’ai jamais fait auparavant. J’aime toujours sortir de la maison sinon je vais grossir et rester à l’intérieur toute la journée !

READ  Euro 2020 : le sélectionneur de la France se moque de José Mourinho à propos de la mission à Tottenham

R : C’est ce qui arrive aux directeurs sportifs, assis dans la voiture de l’équipe toute la journée, entourés d’aliments sucrés…

R : Exactement. Je ne veux pas être comme ça !

R : Comment sont nés vos projets de retraite ?

R : Il y a deux choses. Surtout, j’avais le sentiment que parfois il allait et venait encore. Quand j’avais un objectif en tête et que je voulais être vraiment bon, c’était facile de sortir pour m’entraîner parce que je savais pourquoi je le faisais. Mais cette motivation disparaissait parfois dans les courses qui n’étaient pas importantes pour moi. C’est toujours spécial de gagner une course qui ne disparaît jamais… mais parfois certains de mes coéquipiers ont gagné une course de manière inattendue, et j’ai pu voir à quel point ils étaient heureux et je me suis revu au début de ma carrière. Je me souviens quand j’ai terminé troisième au GP de Plouay en 2013, mon premier podium en Coupe du monde. Je veux dire la troisième place de la course ! Mais j’en étais très content. Parfois, ce sentiment me manque, où cela signifie tout pour vous. Et parfois, si un de mes collègues a cette motivation, cela me donne plus de bonheur que d’essayer de gagner moi-même. C’était un signe. Eh bien, que se passe-t-il et qu’est-ce que je fais avec ?

R : Vous êtes-vous déjà inquiété du fait que le cyclisme devienne « juste un travail » ? Et devenir ennuyeux ?

A : Quand c’est juste un travail, la formation devient vraiment difficile. Je me sentais bien, je pouvais courir encore deux ans, ce n’est pas un problème, et je gagnerais encore quelques courses, peut-être moins qu’avant. Mais ce n’était pas comme ça que je voulais être cycliste. Ou comment je veux me souvenir du cyclisme pour moi-même.

Rencontrez Anna van der Bregen au Rouleur Live 2021

R : Et je suppose que nous nous souvenons de lui aussi en tant que passager ? Pensez à Mark Cavendish – d’une certaine manière, cela aurait été parfait s’il avait pris sa retraite à Paris à la fin du Tour de France, associé à Eddie Merckx sur 34 victoires.

A : Oui, je dirais la même chose, si vous pouviez signer une année comme celle-ci. Mais alors, s’il aime toujours la course, même s’il n’est pas aussi bon qu’il l’était, pourquoi devons-nous décider quand prendre sa retraite ? C’est un sentiment à l’intérieur. Si vous en appréciez toujours chaque minute, n’arrêtez pas de faire du vélo.

R : Avez-vous toujours su que vous vouliez être directeur sportif ?

R : Au début, je pensais que je ne serais pas dans le cyclisme quand j’arrêterais, ce serait bien de faire quelque chose de complètement différent [van der Breggen has a nursing degree-  Ed.] Mais quand l’équipe m’a demandé d’être DS, j’ai su que je pouvais continuer à faire du vélo sans me concentrer sur le fait d’être bon moi-même, mais plutôt sur toutes les filles de l’équipe. Faites-en les meilleurs pour qu’ils puissent gagner des courses. Je pense que c’est quelque chose que j’aimerais faire à ce stade de ma vie.

READ  L'attaquant du Dreams FC Joseph Esau arrive à Bells pour achever le transfert de MCA

Van der Bregen au Giro Donne 2021 (Photo : Sean Hardy)

R : Il y a de l’adrénaline dans la voiture de l’équipe, une sensation de course… peut-être avec une saveur différente. Excité de courir derrière elle ?

R : C’est difficile à expliquer. Est-ce la même? Je ne pense pas. C’est sexy mais d’une manière différente. Le truc, c’est que vous essayez de faire du bon travail en tant que directeur sportif, mais je me sens encore loin des filles à ce stade. Oui, vous pouvez parler, mais c’est tout. Oui, vous êtes excité, mais vous ne pouvez pas y faire grand-chose. En tant que coureur, si mon objectif était de courir, la concentration et la sensation d’adrénaline lors du franchissement de la ligne étaient toujours plus importantes que ce que je ressens maintenant.

R : Allez-vous manquer ce post ?

R : Oui et non ! Je le détestais parfois. Quand vous savez que vous devriez être bon mais que vous savez que vous ne le serez pas, et les gens s’y attendaient. C’était dur. J’ai beaucoup apprécié le fait qu’au départ de Roubaix je ne ressentais rien. Ce n’est plus à moi de décider. Je suis content de l’avoir essayé plusieurs fois et maintenant mon travail consiste à laisser les filles essayer la même chose. C’est excitant pour moi.

R : Vous êtes-vous autorisé à regarder en arrière et à réfléchir à votre carrière ?

R : Nous avons récemment fait un voyage de sponsoring avec SDWorx et ils ont réalisé un film mettant en lumière toutes mes grandes victoires. Je me souviens de chaque course. C’était comme revenir de vacances et faire un album photo. Je fais actuellement quelque part pour mes récompenses. Quand les gens me posaient des questions sur mes médailles olympiques, je devais toujours dire qu’ils étaient en haut derrière le casier. Ces choses n’étaient pas très importantes pour moi quand je conduisais. Mais maintenant, si je pouvais regarder en arrière parfois, je pense que ce serait bien.

Abonnez-vous à la newsletter Rouleur Femme

R : Beaucoup de coureurs sont comme ça, ne montrant jamais leurs coupes et leurs maillots. S’agit-il toujours d’attendre avec impatience la prochaine chose ?

A: Pour moi, il s’agissait de, chaque fois que je rentre à la maison, je veux passer du temps sans faire beaucoup de vélo. Imaginez si vous aviez des choses dans le salon et que vous aviez plus de monde. Ils posaient des questions à leur sujet et vous finissiez par reparler de cyclisme. Pour moi, être à la maison, c’était profiter de l’autre côté de la vie. Cela va changer maintenant, je pense.photo: Alex Whitehead / SWpix

R : Comment voyez-vous l’évolution du sport au cours de votre carrière ? Il a fait d’énormes progrès à certains égards, pas tellement dans d’autres. Que voudriez-vous voir dans dix ans de plus ?

A : J’ai l’impression que nous sommes au milieu de quelque chose qui se passe vraiment avec de grands changements. Mais je suis aussi inquiet, car ça va très vite et nous devons le faire correctement. Il y a à peine trois ou quatre ans, nous n’étions pas sûrs du cyclisme féminin. Certaines équipes n’allaient pas bien. Certains n’avaient pas d’argent. L’émission n’avait pas réellement lieu. À ce moment-là, nous pensions, à l’avenir, au cyclisme féminin ? Peut être pas.

READ  Regardez en direct Newcastle v Tottenham - Listes mondiales des chaînes pour dimanche

Nous avons maintenant le Tour de France Femmes (TDFF). Le calendrier 2022 sera complet, avec de nombreuses courses et de nombreux changements de règles d’équipe. Je me demande déjà comment ça sera dans un an ? Comment ça se passera l’année prochaine ? J’espère que nous pourrons nous débrouiller ! Pour nous, c’est la première fois que nous roulons sur des programmes en duo, ce qui signifie qu’il faut au moins 12 filles dans l’équipe. Mais nous avons aussi un salaire minimum. Nous ne pouvons plus demander à quiconque de monter un maillot d’équipe et de faire du vélo.

R : Lorsqu’on fait de grands pas en avant, le sport, comme toute personne, peut perdre son équilibre en cours de route…

R : Il semble que certains des organisateurs aient toujours essayé d’être présents et d’organiser la course. Ils ont peut-être dû sauter un an parce qu’ils n’ont pas d’argent, mais ils sont toujours là. On adore avoir un TDFF, on sent que ça fait une énorme différence, mais il ne faut pas oublier les organisateurs qui étaient déjà là. J’espère que nous n’oublierons pas ces courses et que nous partirons pour ce nouveau parcours.

En relation : Tour de France Femmes avec Zwift – « Vous donnerez un nouveau souffle au sport »

R : En tant que coureur, est-ce difficile de contourner l’idée que vous ne serez plus jamais rapide !?

R : Pas vraiment. C’est tellement bon de savoir que je n’ai plus besoin d’avoir ce pic ! C’est devenu de plus en plus difficile d’année en année. Parfois je me demandais pourquoi ai-je besoin de prouver encore et encore que je peux être le plus rapide au Mur de Huy ? Je pense que l’année prochaine, je ne m’amuserai que si nous avons un camp d’entraînement et que les coureurs me déposent dans les montées. C’est bien, parce que ça n’a plus d’importance ! Mon objectif maintenant est de rester en bonne santé, de profiter de la balade et c’est tout ! C’est un soulagement à ce stade.

R : À quand remonte ce pic ? Quand pouvez-vous dire : C’était mon meilleur ?

A : Quand j’ai gagné le championnat du monde de course sur route à Innsbruck [in 2018]Ce fut une course et une période importante pour moi. Mais quand vous regardez les watts que je peux payer, cette saison autour des courses espagnoles en mai a été la meilleure, meilleure que jamais.

R : Cela semble une question idiote, mais avez-vous un plan d’entraînement maintenant ?!

R : Lors de ma promenade en berger, beaucoup de gens m’ont demandé : « Comment vas-tu t’entraîner maintenant, parce que tu dois t’entraîner en tant que cycliste ! Je vais continuer à rouler. Je fais déjà partie d’un club de course à pied. Mais je ne ferai plus de plan d’entraînement. J’adore bouger. Si je voulais, je pourrais faire des sprints, avoir des courbatures, et qu’importe !? Je vais profiter du sport d’une manière différente.

R : Marathon d’Amsterdam, attention !

R : Oui, exactement ! Je n’irai pas cette année mais Chantal [van den Broek-Blaak] Elle m’a demandé si je voulais courir un marathon avec elle. C’est donc sur la liste !

Anna van der Bregen interviendra au Rouleur Live 2021, billets disponibles ici

Photo de couverture: Alex Whitehead / SWpix

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *