Anomalie, mi-frisson d’avion, mi-exploration de la réalité, du destin et du libre arbitre

« Attendez… vous me tirez la jambe ! Vous pensez être dans des Rencontres rapprochées du troisième type ? », demande le passager, ajoutant :  » Quel genre d’idiot a écrit ce questionnaire ? « 

Les lecteurs trouveront des indices tirés des films « Matrix » et de diverses émissions de télévision : « The Leftovers », où la vie s’évanouit soudainement ; « Retournés » où les morts apparaissent soudainement ; Et bien sûr « Lost » et « Manifest », qui présentent des vols atterrissant inexplicablement au mauvais moment ou au mauvais endroit. Mais ce qui m’a le plus fait penser à « L’histoire de ta vie » de Ted Chiang, le roman qui a mené à l’Arrivée (pas aussi bon). Dans « L’Anomalie » comme dans cette histoire, les gens pris dans une situation défiant l’entendement réagissent avec courage et amour.

La plupart des personnages de Le Tellier essaient de se montrer à la hauteur. Les chefs religieux, les diplomates, les responsables du renseignement, les philosophes et les scientifiques examinent le mystère sous tous les angles. On parle sérieusement de l’hypothèse de Bostrom, une théorie sur la réalité conçue par le philosophe réaliste d’Oxford dont les travaux incluent la physique théorique, les neurosciences computationnelles et l’intelligence artificielle.

Même le gouvernement américain essaie de faire ce qu’il faut, du moins dans un premier temps. (Non merci à son patron idiot, avec sa ressemblance avec le « mérou potelé avec une perruque blonde », qui s’ennuie lors des briefings scientifiques et qui ne s’enterre que lorsqu’il entend des allusions à des choses dont il a entendu parler, comme « Star Trek ».) « Arrêtez déjà avec tous vos milliards », ajoute-t-il, alors qu’un scientifique commence à discuter de la nanotechnologie. « Je n’y comprends rien. »)

READ  Podcast One conclut un accord de développement de premier regard avec le Consortium Image de Patrick Wachsberger

Le Tellier n’est pas un fan de l’over-the-top américain, comme il le démontre dans une scène fascinante de « The Late Show With Stephen Colbert », dans laquelle l’animateur manipule l’expérience d’un passager pour l’émotion et le faux drame. Dans le même temps, son récit de la relation entre un architecte plus âgé et sa jeune petite amie est un vœu pieux et peut plaire à davantage de lecteurs non féminins.

Mais son écriture, servie par la traduction gracieuse d’Adriana Hunter du français, est à la fois intelligente et diversifiée. Et il est impossible de ne pas ressentir de la tendresse pour les personnages confus, avec leurs vaillants efforts pour comprendre l’insondable et réécrire leurs histoires en fonction de la nouvelle réalité.

Lorsque vous aurez terminé ce livre provocateur, vous vous demandez peut-être encore ce que c’est. Un fantasme spéculatif sur la réalité de la réalité ? Un chant précis pour la capacité humaine à s’améliorer ? Attention à quel point il est facile de tout gâcher ? Peut-être toutes ces choses aussi.

« Les scientifiques voudront expliquer, ils voudront comprendre, ils voudront expliquer, c’est leur rôle », dit le président français — oui, Emmanuel Macron apparaît brièvement, s’adressant à la nation. « Mais c’est en nous et en nous seuls que chacun de nous trouvera des réponses. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *