Le fondateur et les employés d’Apple Daily de Hong Kong font face à de nouvelles accusations de sédition

HONG KONG (Reuters) – Les procureurs de Hong Kong ont déposé mardi une accusation de « publication séditieuse » contre le magnat des médias emprisonné Jimmy Lai, qui fait déjà face à des accusations en vertu d’une loi stricte sur la sécurité nationale qui, selon les critiques, a étouffé les libertés dans le centre financier asiatique.

Lay, 74 ans, fondateur du pro-démocratie Apple Daily, a comparu devant le tribunal aux côtés de six anciens employés d’Apple Daily. Le quotidien a fermé ses portes en juin après que les autorités eurent fait une descente dans le journal, arrêtant des employés pour des raisons de sécurité nationale et gelant des avoirs.

Lai fait déjà face à deux accusations en vertu de la loi sur la sécurité nationale que Pékin a imposée à l’ancienne colonie britannique en juin dernier, notamment pour collusion avec un pays étranger.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

L’accusation supplémentaire de sédition accuse Lay d’avoir comploté pour imprimer, publier, vendre et distribuer des « publications séditieuses » entre avril 2019 et le 24 juin 2021.

Les procureurs affirment que les publications pourraient « apporter la haine, le mépris ou l’incitation à l’indignation » contre les gouvernements de Hong Kong et de Chine, selon l’acte d’accusation vu par Reuters.

Lay fait partie des personnes les plus éminentes inculpées en vertu de la loi sur la sécurité nationale promulguée en juin 2020 pour punir le terrorisme, la collusion avec des forces étrangères, le sabotage et le séparatisme avec une possible réclusion à perpétuité.

READ  Les villes côtières de La Palma ont fermé leurs portes alors que la lave s'écrase dans l'océan

Les arrestations et les procès répétés de Lay ont suscité les critiques des gouvernements occidentaux et des groupes de défense des droits internationaux qui affirment que la loi a été utilisée pour emprisonner des dizaines de militants pro-démocratie et écraser la dissidence et les libertés, y compris la liberté de la presse.

Hong Kong et les autorités chinoises affirment que la loi a rétabli la stabilité après de longues manifestations en faveur de la démocratie en 2019.

Lay a été condamné dans plusieurs affaires de rassemblement non autorisé. Deux sources bien informées ont déclaré qu’il était détenu depuis plus d’un an et qu’il se trouve maintenant à la prison de sécurité maximale de Stanley à l’isolement.

Le même complot a été présenté pour produire des accusations de publication incendiaires contre six anciens employés d’Apple Daily, dont le rédacteur en chef Ryan Law ; rédacteur en chef adjoint Chan Boye Man; Cheung Kim-hung, PDG de Next Digital, la société mère de médias d’Apple ; le chroniqueur Yeung Ching-kee ; éditeur de l’édition anglaise Fung Wai-kong ; et le rédacteur en chef Lam Man Chung.

Les six hommes ont également été inculpés de « complot en vue de commettre une collusion avec un État étranger ou avec des agents extérieurs ».

Le juge Peter Law a ajourné l’affaire jusqu’au 24 février. La détention de l’accusé se poursuivra jusque-là.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

(Reportage par James Pomfret et Sarah Cheng) Montage par Robert Persil

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

READ  Biden et Macron se rencontreront pour la première fois depuis la dispute sur l'accord sur les sous-marins australiens

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *