Après un an de verrouillage, l’Algérie souffre du chômage et d’une activité en détérioration

Algérie, 30 mars (efe-epa). Un an après la fermeture de l’Algérie pour la première fois pour freiner la propagation du coronavirus, le taux d’emploi a augmenté de façon spectaculaire et le secteur des entreprises a été gravement touché.

La pandémie a coûté leur emploi à 50000 salariés et a plongé l’économie déjà fragile du pays dans une spirale descendante, déjà en grave crise depuis 2014 en raison de la baisse des prix du pétrole et du gaz, principale source de revenus du pays.

Selon un rapport publié par la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI) cette semaine, 200000 travailleurs manquent de ressources et environ 180000 autres souffrent de retards dans la perception de leurs salaires dans le pays, la majorité de la population gagnant sa vie dans le pays. le secteur informel. .

D’autres rapports indiquent que le taux de chômage est supérieur à 40 pour cent, tandis que 62 pour cent des travailleurs occupent des emplois à risque, affectés par une inflation excessive et la dépréciation continue de la monnaie.

“La situation est critique, caractérisée par l’incertitude et l’instabilité. Elle est devenue beaucoup plus compliquée qu’elle ne l’était en 2014”, a déclaré l’économiste Mahfouz Kaoubi à Efe.

“Le prix du pétrole continue d’affecter gravement la baisse des revenus du pays … Mais le plus important est la récession dans le secteur des entreprises”, ajoute-t-il.

64% des entreprises algériennes ont licencié leurs employés au milieu de la pandémie, affectant le plus la construction et les travaux publics, selon la CACI.

Un mois après avoir découvert le premier cas confirmé de coronavirus en Afrique en février de l’année dernière, le gouvernement algérien a fermé les frontières du pays, interdit tous les rassemblements, imposé un verrouillage et a également suspendu les manifestations de masse hebdomadaires qui ont débuté en février 2019.

READ  Éditorial : Le Plan pour l'emploi soutient nos salariés, notre économie et notre avenir

Le verrouillage est resté en place, bien que les infections à Covid-19 aient tendance à baisser, avec moins de 100 cas signalés par jour dans le pays de 44 millions de personnes.

Le virologue Mohamed Malhaj explique à Efe: “Pendant des semaines, il y a eu une stabilisation du nombre de cas en raison de trois facteurs: les mesures prises, les précautions sanitaires prises par la population et le potentiel scientifique de ralentissement du virus.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *