Le creusage conjoint du minerai de fer de Kara Digilte par l’Algérie et le Maroc est ignoré pour un nouveau projet

Mardi 30 mars, l’Algérie a signé un protocole d’accord avec un consortium chinois sur le projet minier de Djibouti (ou Kara Djiblite), situé à l’ouest de Dindigul. Investissement Le coût de cet investissement n’a pas encore été déterminé et ne devrait pas dépasser 2 milliards de dollars, selon les premières estimations, a déclaré le ministre algérien de l’Energie Mohamed Arkab aux médias. 25 La presse algérienne rapporte que l’exploitation de la mine prévue en trois phases jusqu’en 2025 sera la première à voir la production de fer dans la zone exploitée. abdos.

Délai pour quelques années. Les gisements de fer sont plus susceptibles d’être exploités par une teneur en phosphore. Comme l’a révélé dans une interview accordée aux médias locaux en octobre par l’ambassadeur de Moscou à Alger Igor Beliav, une société russe est impliquée dans l’extraction de minerai de fer.

Au-delà de ce problème, le projet éclaire un pan de l’histoire contemporaine de MacRae. En effet, l’exploitation de la mine aurait dû être confiée à une société mixte maroco-algérienne, conformément à la déclaration maroco-algérienne du 15 juin 1972 à Rabat à la frontière, Presse officielle Dans l’édition du 15 juin 1973 de la République d’Algérie. L’Etat, en revanche, a procédé à cette procédure par décret d’Etat du 22 juin 1992.

La joint-venture maroco-algérienne oubliée

Dans le document, le roi Hassan II et le président Houri Boutin ont déclaré que «les relations fraternelles entre l’Algérie et le Maroc ne peuvent pas être une barrière, mais plutôt un lieu de compréhension des sentiments et des intérêts». L’engagement a été pris en présence d’une quarantaine de délégués de pays africains venus assister au Sommet de l’Organisation de l’unité africaine à Rabat.

READ  La France apporte des modifications majeures au projet de règlement technique de l'UE

Les deux dirigeants ont réaffirmé leur engagement à maintenir une paix durable pour les siècles à venir à travers la signature de la Conférence sur la démarcation de la frontière algéro-marocaine et la Conférence de coopération pour le développement de la mine Kara-Diglet.

Le roi Hassan II avait un intérêt particulier à exploiter la mine de Kara Digilite, souligné par le ministre des Affaires étrangères de l’époque, Abdelhadi Buttleb. A mon retour de Tunisie (juin 1972), le roi Hassan II m’a chargé de poursuivre l’affaire avec mon adversaire, Apologiz Bouteflika. Il m’a dit: “ Traitez cette question avec diligence afin que le point sur l’exploitation minière de Kara Diglet arrive à son point d’application ”, a-t-il déclaré.

Mais ses tentatives pour organiser une rencontre avec son rival, Aptologis Pudeflica, ont échoué. Les Algériens n’ont jamais accepté les termes de la partition et l’exploitation collective de la mine n’a jamais eu lieu. La question du Sahara occidental a fourni un autre argument pour se soustraire à leurs obligations.

Près de cinq décennies après la signature de l’accord sur la délimitation des frontières, les autorités algériennes ont boycotté cette coopération avec le Maroc afin d’exploiter Kara Djibouti. Pourtant, la même convention de 1972 a été utilisée il y a quelques semaines par Alger pour justifier l’expulsion des agriculteurs marocains de l’oasis d’El Arja (Figueroa).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *