Argentine Maile ordonne une libéralisation majeure de l’économie

Le président argentin Javier Miley (au centre) a prononcé son discours à la nation depuis le palais présidentiel Casa Rosada à Buenos Aires, entouré de son cabinet. Photo : Bulletin / Bureau de Presse de la Présidence Argentine / Agence France-Presse
Source : Agence France-Presse

Le nouveau président argentin Javier Miley a dévoilé mercredi une série de mesures visant à libéraliser l’économie chancelante du pays, supprimant ou modifiant plus de 300 règles par décret présidentiel, notamment sur les loyers et les conditions de travail.

« L’objectif est de s’engager sur la voie de la reconstruction du pays… et de commencer à défaire le grand nombre de réglementations qui ont entravé et empêché la croissance économique », a déclaré Miley dans un discours télévisé depuis le palais présidentiel, flanqué de son cabinet. .

La troisième économie d’Amérique latine est en récession après des décennies de dette et de mauvaise gestion financière, avec une inflation dépassant 160 pour cent sur un an et 40 pour cent des Argentins vivant dans la pauvreté.

Milley, qui a été élu le mois dernier et a pris ses fonctions il y a 10 jours, s’est engagé à réduire l’inflation, mais a averti que la thérapie de « choc » économique était la seule solution et que la situation empirerait avant de s’améliorer.

Lire aussi

L’influence de l’OPEP+ est tombée sous le feu des projecteurs alors que les prix baissent

Parmi les changements annoncés mercredi figuraient l’abolition de la loi sur la réglementation des loyers, ainsi que des règles empêchant la privatisation des entreprises publiques.

Miley a également annoncé « la mise à jour du code du travail pour faciliter la création réelle d’emplois » ainsi qu’une série d’autres mesures réglementaires affectant le tourisme, les services Internet par satellite, les produits pharmaceutiques, la production viticole et le commerce extérieur.

Suite à ce discours, des milliers de personnes se sont rassemblées dans les rues proches du Congrès pour exprimer leur mécontentement.

Les manifestants ont frappé des casseroles et des poêles, grimpé aux portes et brandi le drapeau national.

« Je suis ici parce que le décret me terrifie », a déclaré à l’AFP Nicola Weiselbaum, une enseignante de 48 ans.

« Les mesures sont très négatives », a déclaré Leopoldo Maldonado, un étudiant de 25 ans.

« Je suis particulièrement préoccupé par la loi sur les loyers et la réforme du travail. Amener les jeunes à obtenir un emploi stable est déjà très compliqué », a-t-il déclaré.

Lire aussi

Dernières commandes? Les pubs britanniques ont été touchés par la hausse des coûts et l’évolution des goûts

Des gens cognent des poêles et des casseroles lors d'une manifestation contre le nouveau gouvernement du président argentin Javier Miley devant le Congrès national
Les gens frappent des poêles et des casseroles lors d’une manifestation contre le nouveau gouvernement du président argentin Javier Miley devant le Congrès national. Photographie : Luis Robaio/AFP
Source : Agence France-Presse

Le décret, qui a été publié au Journal officiel à minuit, doit être évalué par une commission mixte de législateurs des deux chambres du pouvoir législatif dans un délai de 10 jours.

Le constitutionnaliste Emiliano Vitaliani a déclaré à l’AFP que le décret ne pourrait être annulé que si la Chambre des représentants et le Sénat le rejetaient.

Le parti d’extrême droite Libertad Avanza de Miley ne dispose que de 40 sièges sur les 257 membres de la Chambre des représentants et de sept sénateurs sur 72. Mais la marge de Miley s’améliore si l’on prend en compte les membres de la coalition de centre-droit Ensemble pour le changement.

Thérapie de « choc » pour le bien de l’économie

Pour l’analyste politique Lara Joyburu, les démarches de Miley ne sont pas surprenantes, compte tenu de la façon dont il a fait campagne pour la présidence. Mais elle a déclaré à l’AFP que son recours au décret d’urgence était inhabituel.

READ  La France et l'Algérie arrangent leurs relations après un différend sur les visas
Des syndicalistes et d'autres Argentins manifestent à Buenos Aires contre le nouveau gouvernement de Javier Miley, qui a ordonné une série de réformes économiques controversées.
Des syndicalistes et d’autres Argentins manifestent à Buenos Aires contre le nouveau gouvernement de Javier Miley, qui a ordonné une série de réformes économiques controversées. Photographie : Juan Mabromata/AFP
Source : Agence France-Presse

Ce libéral de 53 ans qui se décrit lui-même comme « anarcho-capitaliste » a déclaré que des réductions des dépenses équivalant à cinq pour cent du PIB étaient nécessaires.

Avant l’annonce de mercredi, son administration avait déjà dévalué le peso argentin de plus de 50 % et annoncé d’énormes réductions des généreuses subventions gouvernementales au carburant et aux transports à partir de janvier.

Lire aussi

Les plongeurs de falaise sont de retour à Acapulco après l’ouragan meurtrier

Miley a également annoncé un moratoire sur tous les nouveaux projets de construction publique et une suspension de la publicité publique pendant un an.

Le Fonds monétaire international a salué les mesures prises la semaine dernière pour lutter contre l’inflation, à laquelle l’Argentine doit 44 milliards de dollars.

Le président argentin Javier Miley a mis en garde contre une réduction des dépenses équivalant à cinq pour cent du produit intérieur brut dans la troisième économie d'Amérique latine.
Le président argentin Javier Miley a mis en garde contre des réductions de dépenses équivalant à cinq pour cent du produit intérieur brut dans la troisième économie d’Amérique latine. Photographie : Luis Robayo/AFP/Fichier
Source : Agence France-Presse

« Au cours du siècle dernier, les hommes politiques ont fait de leur mieux pour étendre le pouvoir de l’État, aux dépens des Argentins ordinaires », a déclaré Miley mercredi.

« Notre nation, qui était dans les années 1920 la première puissance mondiale, a été impliquée au cours des 100 dernières années dans une série de crises qui proviennent toutes de la même cause : les déficits budgétaires. »

Miley a remporté une victoire éclatante aux élections qui ont eu lieu en novembre, après avoir fait face à une vague de colère au cours de décennies de crises économiques récurrentes, caractérisées par la dette, l’impression monétaire effrénée, l’inflation et les déficits budgétaires.

L’Argentine continue de souffrir d’une hyperinflation qui a atteint 3 000 pour cent en 1989-1990 et d’un effondrement économique dramatique en 2001.

Des manifestants argentins se rassemblent sur la Plaza de Mayo, devant le palais présidentiel de Buenos Aires, dans le cadre de la première manifestation contre le nouveau gouvernement de Javier Miley.
Des manifestants argentins se rassemblent sur la Plaza de Mayo, devant le palais présidentiel de Buenos Aires, dans le cadre de la première manifestation contre le nouveau gouvernement de Javier Miley. Photographie : Luis Rubaio/AFP
Source : Agence France-Presse

Avant le discours de Miley, des milliers de personnes ont manifesté contre son gouvernement à Buenos Aires, brandissant des pancartes et scandant des slogans près du palais présidentiel Casa Rosada.

READ  L'or connaît la plus forte baisse mensuelle depuis 2016 | Nouvelles des affaires et de l'économie

Lire aussi

Un procès historique en faux au Vatican pour rendre son jugement

La police militaire et d’autres agents de sécurité se sont frayés un chemin dans le centre-ville, y compris des policiers anti-émeutes en tenue complète, dans une démonstration de force que les organisateurs de la manifestation ont qualifiée de tentative de provocation.

« Cela me rappelle la dictature » entre 1976 et 1983, a déclaré Eduardo Pilboni, leader du mouvement de gauche Polo Obrero.

Source : Agence France-Presse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *