AUTRES SPORTS : Jeux olympiques – Le triathlon britannique est convaincu que la France fournira une Seine sûre pour les Jeux

PARIS (Reuters) – Le triathlon britannique s’est engagé sur cette position en ce qui concerne les problèmes de qualité de l’eau à l’approche des grandes compétitions et est confiant dans la capacité des autorités françaises à organiser des Jeux olympiques en toute sécurité au milieu des inquiétudes concernant les niveaux de pollution dans la Seine. Rivière.

Les épreuves de triathlon et de natation en eau libre des Jeux olympiques de Paris se déroulent sur la Seine, et les organisateurs des Jeux ont été critiqués pour avoir refusé d’organiser un plan de secours en cas de fortes pluies tombant sur la rivière, qui s’appuie sur un bassin de stockage nouvellement construit pour aider à réduire eau. Risque de pollution, non propice à la baignade.

Plutôt que de choisir un autre lieu, les organisateurs organisent des journées d’urgence pour les épreuves de natation en eau libre et de triathlon, ce qui leur permet d’ajuster le calendrier si nécessaire.

« À chaque Jeux olympiques ou paralympiques auxquels nous avons participé, il y a généralement quelque chose à voir avec l’environnement et généralement avec l’eau, et nous nous en occupons », a déclaré à Reuters le directeur des performances de British Triathlon, Mike Cavendish.

« Donc, à Tokyo, tout était question de température de l’eau. Et il y avait des problèmes de qualité de l’eau à Rio. Ce n’est donc pas nouveau pour nous. Et partout où nous sortons des Jeux olympiques et paralympiques, nous sommes toujours confrontés à quelque chose. dans le monde naturel, ce qui signifie que, sur le plan environnemental, nous sommes confrontés à certains défis.

READ  Beren Laffont, la meilleure patineuse artistique du monde, fait une pause dans la compétition

« Mais nous sommes assez à l’aise car pour nous, les autorités ont fait, je pense, un aussi bon travail qu’elles l’auraient fait jusqu’à présent. Et nous serons prêts à y aller, quoi qu’il arrive. » S’il s’agira finalement d’un duathlon ou d’un triathlon, et quelle est la qualité de l’eau.

En début d’année, la Fondation Surfrider, une organisation à but non lucratif dont le but est de « protéger et démontrer l’importance des lacs, des rivières, des océans, des vagues et des côtes », avait déclaré que la Seine n’était pas propice à la baignade.

Toutefois, les tests indépendants ont été réalisés en dehors de l’été, lorsque la rivière est censée être sécuritaire pour la baignade pour les Jeux de Paris 2024 et l’année prochaine pour le grand public.

Paris est un exemple

Le Surfrider souhaite se rendre sur les berges du fleuve pour davantage d’essais pendant les JO.

« Nous demandons aux autorités de continuer à autoriser l’accès aux berges du fleuve, afin que nous puissions continuer à collecter des échantillons », a déclaré à Reuters Lucy Sigalas, chargée de mission sport et environnement à la Surfrider Foundation.

L’adjoint au maire de Paris chargé des Sports, Pierre Rabdan, a déclaré que cela ne serait pas possible pour des raisons de sécurité.

« Il n’y a pas de points d’accès aux prélèvements qui seront mis en place pour les personnes souhaitant effectuer des prélèvements indépendants (de l’eau de Seine) car d’une part (les tests menés par les autorités parisiennes) se font dans un cadre bien précis, pour qu’ils puissent répondre exigences de qualité de baignade », a déclaré Rabdan à Reuters.

READ  La France offre un soulagement à l'entraîneur Galthie avec la victoire du Pays de Galles

« Mais tout cela se fait en toute indépendance (par les laboratoires engagés par les autorités parisiennes), donc il n’y a aucun problème. Quant à l’accès aux sites de compétition, puisque des questions ont été soulevées, il est clair que cela ne sera pas possible. pour des raisons de sécurité. » .

« Je comprends que les gens se posent des questions. Mais ce qu’il faut préciser, c’est que nous ne jouons pas avec la santé des athlètes ou des personnes. Nous répondons nous-mêmes aux protocoles scientifiques et aux réglementations européennes liés à la natation. »

Cavendish estime que Paris a fait tout ce qu’elle pouvait pour organiser des Jeux en toute sécurité et que ses efforts devraient servir d’exemple aux autres grandes villes.

« Paris fait ce qu’elle fait et essaie de faire de la Seine un espace de compétition sûr, mais aussi une zone de baignade sûre, qui mérite d’être reconnue », a-t-il déclaré.

« Et je pense que si davantage de pays et de villes tentent de le faire, ils ne pourront peut-être pas le faire à 100 %, ils ne réussiront peut-être pas. Mais à moins que davantage d’endroits ne le fassent, nous ne serons pas dans une position où nous aurons plus de propreté. de l’eau pour le grand public. » Comme vous et moi.

(Reportage de Julian Brito ; édité par Toby Davis)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *