Avant les JO, des personnalités du sport français se rendent à Auschwitz pour lutter contre la haine

En 2022, Simon, Voyage du Siècle (Simone Veil, Femme du Siècle) connaît un grand succès dans les cinémas français. En réalisant le biopic de Simone Veil, Olivier Dahan a également permis à plusieurs stars du sport français de découvrir Auschwitz-Birkenau.

Dimanche 14 janvier, d'anciens athlètes, médaillés français et présidents de fédérations se sont rendus dans les camps d'Auschwitz I et II en Pologne, pour combattre symboliquement l'antisémitisme et toutes les formes de racisme à l'approche des Jeux Olympiques de Paris 2024.

« J'ai eu l'idée de ce projet après avoir vu le film sur Simone Veil », a déclaré Richard Dacoure, ancienne star du basket français et sponsor du voyage. « Le film m'a beaucoup touché et m'a donné envie d'y aller. Alors que les Jeux se déroulent à Paris cette année, j'ai pensé que cela aurait du sens d'y aller avec les athlètes. »

« Un voyage humanitaire, pas politique. »

Puis Dakoury, champion d'Europe en 1993 avec Limoges, décide de contacter son ami Pierre Friedenreich, président du comité sportif du Conseil représentatif des institutions juives françaises, CRIF, qui organisait chaque année de tels événements avec des parlementaires et des étudiants. Fraidenraich a immédiatement soutenu l'idée.

Le voyage devait initialement avoir lieu fin novembre 2023 mais a finalement été reporté à janvier 2024 suite à l'attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre. Al-Daqouri a expliqué : « C'était un voyage que nous voulions humanitaire et apolitique, nous avons donc décidé de le reporter de quelques semaines en raison de la situation. »

Depuis, le monde du sport n’a pas été épargné par la montée du sentiment antisémite en France. Par exemple, Youssef Atal, footballeur de l'OGC Nice, a été condamné le 3 janvier à huit mois de prison avec sursis pour incitation à la haine après avoir partagé une vidéo appelant à une « journée noire pour les Juifs », à la lumière du conflit. Israël. Et de l'enthousiasme. Depuis, il a fait appel. Plus récemment, l’ancienne basketteuse Emily Gomis a démissionné de son rôle d’ambassadrice pour les Jeux Olympiques de 2024 après avoir été critiquée pour une publication sur Instagram sur Israël qui « violait son devoir de neutralité ». Les stars du sport français sont arrivées sur le sol polonais au milieu de l'actualité.

READ  Gauff se prépare pour le plus grand test sur terre battue contre Brady en France | Des sports

« J'ai écouté et appris »

Lorsque la première caserne d'Auschwitz-Birkenau est apparue, l'ambiance joyeuse dans le bus des athlètes a soudainement changé. Pendant quelques secondes, personne n'a parlé, pas même Pascal Gentil, habituellement de la vie du parti. C'était la première fois que le champion de taekwondo et double médaillé de bronze olympique à Sydney (2000) et à Athènes (2004) visitait le camp d'extermination d'Auschwitz.

Vous avez 51,92% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *