Avec la reprise des manifestations algériennes, les manifestants diffèrent dans leurs objectifs

Abdel Nour Ait Said et Mohamed Al-Shibti ont aidé à renverser le vétéran président algérien il y a près de deux ans en participant à des manifestations de rue massives contre l’élite dirigeante, mais ils ne se sont plus mis d’accord sur les manifestations.

Le mouvement de protestation, connu sous le nom de Hirak, a amené des dizaines de milliers de personnes dans les rues chaque semaine pendant plus d’un an jusqu’à ce que la pandémie mondiale frappe l’Algérie au début de 2020, les forçant à s’arrêter.

Maintenant, avec la reprise des manifestations alors que des milliers de personnes pressaient à nouveau pour un changement plus inclusif, Ait Said et Shebti ont emprunté des voies différentes qui reflétaient un débat plus large entre ceux qui sont descendus dans la rue les premiers.

Ait Saeed, un étudiant en biologie de 22 ans, assiste toujours aux manifestations. Toute l’élite dirigeante qui dirige l’Algérie depuis l’indépendance de la France en 1962 veut démissionner et que l’armée quitte la politique.

Il a déclaré: “Les demandes et les objectifs du mouvement n’ont pas encore été satisfaits”.

Pour Shabti, un enseignant de 33 ans, les manifestants ont gagné lorsque l’armée a forcé le président vétéran Abdelaziz Bouteflika en avril 2019 et emprisonné de hauts responsables pour corruption.

Il voit la demande de plus de changement comme une insulte à l’armée, une institution étroitement liée à la lutte douloureuse de l’Algérie pour mettre fin au régime colonial.

Ils critiquent et exigent des changements, mais ils n’offrent pas d’alternatives. “Ils n’ont même pas le leadership pour négocier”, a déclaré al-Shibti à propos des manifestants.

READ  Le Maroc se classe mieux que l'Algérie et la Tunisie, selon l'institut allemand GIISA

Fin 2019, l’armée a fait pression pour de nouvelles élections présidentielles – que les manifestants ont dénoncées comme représentatives – qui ont abouti à la victoire d’Abdelmadjid Tebboune avec un faible taux de participation.

Tebboune a nié ce mois-ci que l’armée avait un rôle politique et a déclaré qu’elle avait répondu aux demandes des manifestants, citant la libération de certains détenus et des plans de réforme des institutions.

L’année dernière, son offre de négocier avec le Hirak n’a abouti à rien et ses promesses de réforme économique n’ont pas été tenues. Les modifications qu’il a apportées à la constitution ont été approuvées comme un report du référendum sur le Hirak, mais avec un taux de participation lamentable de 24%.

Le rôle militaire

La position de Tebboune a été soutenue par certains manifestants, comme Al-Shabti.

«Insulter l’armée et les institutions de l’État n’est pas un moyen approprié de changer.» Assis dans un café d’Alger, soutenu par ses amis, il a déclaré: «La poursuite d’une vie meilleure nécessite une moralité pacifique.»

Les divergences sur l’avenir du mouvement se sont intensifiées en raison de la position de plus en plus dure des autorités, dans ce que l’agence des Nations Unies pour les droits de l’homme a décrit comme une répression comprenant de nombreuses arrestations.

Bien que les manifestations de rue semblent tolérées, les points de contrôle empêchent les gens d’accéder aux marches, et le Comité des droits de l’homme des Nations Unies a déclaré que des centaines d’individus avaient été arrêtés.

Le journaliste Khaled Drareni a été arrêté l’année dernière après avoir couvert les manifestations et condamné à deux ans de prison pour incitation à des rassemblements et menace d’unité nationale. Il a été libéré après 11 mois d’amnistie.

READ  Rêve californien: l'économie californienne devrait se remettre plus rapidement de l'épidémie aux États-Unis

Il a déclaré: “Le mouvement a libéré beaucoup de choses et ouvert la voie aux libertés et à l’expression d’opinions politiques”.

Mais Drareni a ajouté: “L’état des libertés en Algérie est très mauvais … Nous devons continuer notre lutte pour la liberté de la presse.”

Ce point de vue est en harmonie avec Ait Saeed, qui a été l’un des premiers à se joindre aux manifestations en 2019 et qui marche toujours au premier rang des rassemblements de protestation.

“Le mouvement doit se poursuivre … les étudiants et la population resteront sur le terrain jusqu’à ce que les objectifs soient atteints, si Dieu le veut”, portant des vêtements de sport et marchant avec une foule au centre d’Alger, a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *