Cannes “Le XIIIe arrondissement de Paris” montre une autre facette de la capitale française, l’actualité du divertissement

Le nouveau film du réalisateur français Jacques Audiard “Paris District 13” (Les Olympiades) ne montre pas la Tour Eiffel, les immeubles haussmanniens ou la Seine. Il dresse son objectif à la place des tourelles brutales du 13e arrondissement, connu sous le nom de Chinatown à Paris, où il a vécu.

Avec des personnages inspirés des romans graphiques de l’artiste américain Adrien Tomin, Odiard peint des gens éduqués mais déçus essayant de trouver leur chemin, évitant consciemment les clichés du cinéma sur la fracture entre riches et pauvres en France.

Un documentaire sur la protestation de Hong Kong est projeté tardivement à Cannes

“Je voulais parler de la classe moyenne, des gens qui ont des diplômes universitaires et qui ont eu un certain succès, mais ils n’ont rien qui leur convienne”, a déclaré Odiard à Reuters jeudi, au lendemain de la première de son film à Cannes. .

“Le XIIIe arrondissement de Paris” est l’un des 24 films en compétition pour la Palme d’or au 74e Festival de Cannes. Le tournage pendant le verrouillage de COVID-19 a aidé l’actrice Lucy Chang pour la première fois à obtenir son personnage Emily, une jeune femme qui a du mal à trouver un emploi et à ne pas tomber amoureuse de son ancien colocataire.

“Pendant l’épidémie, nous sommes beaucoup plus seuls, fermés et isolés. Alors peut-être que cela peut apporter ce genre d’émotion aux personnages, inconsciemment”, a déclaré Zhang. Odiar, qui a remporté la Palme d’or en 2015 pour Dheepan, sur les réfugiés tamouls en France, a déclaré qu’il était inquiétant que certains films français manquent de représentation multiethnique.

READ  Le Temple Pompidou d'Art Moderne de Paris projette une succursale dans le New Jersey | divertissement

Cannes : Sony choisit les droits du concurrent de la Palme d’Or « Room 6 »

Dans le “13e arrondissement de Paris”, deux des personnages principaux – Camille et Emilie – sont issus de familles immigrées. “Dans les films de (François) Truffaut, on peut aussi voir un agent immobilier, ou un amoureux qui perd connaissance, mais il n’y a pas de Noir ou de Chinois”, a déclaré Odiard aux journalistes.

Odiard est le réalisateur de films acclamés par la critique, dont Sisters Sisters, The Prophet et Rust and Bones.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *